Midi : corruption, crime organisé, franc-maçonnerie. Site ancien à l’adresse sur http://www.angelfire.com/wizard2/solidaires/Midi.html et faisandé (lettres accentuées), comme l’ensemble des pages angelfire/wizard2/solidaires, un jour sur deux alors que je n’y touche plus depuis des années.

http://sites.google.com/site/bernardreynaudbeynost/glossaire-systemique-de-la-france

http://beynost.blogspot.com/2009/11/temoignage-pour-ledification-de-la.html

"Aime ton prochain autant que toi-même et ne lui fais jamais ce que tu ne voudrais pas qu’on te fit. Sers-toi du don sublime de la parole, signe extérieur de ta domination sur la Nature, pour aller au-devant des besoins d’autrui et pour exciter dans tous les coeurs le feu sacré de la vertu. Sois affable et officieux, édifie par ton exemple; partage la félicité d’autrui sans jalousie. Ne permets jamais à l’envie de s’élever un instant dans ton sein, elle troublerait la source pure de ton bonheur, et ton âme serait en proie à la plus triste des furies. Pardonne à ton ennemi; ne t’en venge que par des bienfaits. Rappelle-toi toujours que c’est là le triomphe le plus beau que la raison puisse obtenir sur l’instinct, et que le Maçon oublie les injures jamais les bienfaits."

Le livre de Fontenelle "La baie des affaires. Enquête sur les dysfonctionnements de la justice a Nice." a un dernier chapitre stupéfiant que toutes les françaises et tous les français devraient lire pour s’informer sur l’état de la justice : "…les dysfonctionnements de la justice à Nice ne sont pas une vue de l’esprit d’Eric de Montgolfier, contrairement à ce que semble penser l’Inspection générale des services judiciaires… Le juge Renard confie le dossier ["suicide Vito"] à la juge d’instruction Anne Vella[Point 12/1/01 p59 : Anne Vela, juge d'instruction... a joué la transparence et révélé sa propre appartenance à la franc-maçonnerie..."]…Le parquet de Nice requiert… la mise en examen et le placement sous mandat de dépôt… la juge d’instruction rend une ordonnance de refus de plus ample informer… le chambre d’accusation… présidée par Yves le Bourdon [défenseur de Renard au CSM] … confie le dossier Vito à… Jean-Paul Renard… La cour d’appel, en revanche, ne s’interroge pas – mais ce n’est pas sa vocation – sur les raisons pour lesquelles Anne Vella ne s’est pas livrée à ces vérifications les plus élémentaires… Et pourtant, le 23 janvier 2001, le juge Renard, comme avant lui Anne Vella, renvoie le docteur C. devant le tribunal correctionnel… les juges de la cinquième chambre constatent que "les faits déférés au tribunal correctionnel sous la qualification de délit sont de nature à entraîner une peine criminelle", et se déclarent incompétents… Les avocats de Cédric Vito… ont mis le doigt sur UN ASPECT ASSEZ TROUBLANT DE CE DOSSIER : ILS ONT DECOUVERT QUE PLUSIEURS DE SES PROTAGONISTES ETAIENT FRANCS-MACONS A LA ****. Ce n’est peut-être qu’un hasard, un de plus…"

1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie
Monsieur le Juge appartient-il à la franc-maçonnerie ?
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice de la fonction de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie

FR3 12/10/04 sur le juge Renard : "…Le rapport du Conseil supérieur de la magistrature déplore une "perte de repères déontologiques" et confirme les accusations du procureur Eric de Montgolfier nommé à Nice en 1999 pour "assainir" le tribunal. Les nombreuses rumeurs dont faisait objet le tribunal de Nice avant l’arrivée d’Eric de Montgolfier sont ainsi confirmées pour la première fois en ce qui concerne le juge Renard…." Ceux qui ont harcelé moralement et professionnellement "en bande organisée" de Montgolfier vont-ils passer en CSM ? M.Perben pensez-vous que les Françaises et les Français vont payer longtemps la capitation pour la décapitation des Résistants ?

« La vendetta française » Coignard p 96 : « … COUR D’APPEL D’AIX-EN-PROVENCE. CETTE COUR, CONNUE POUR ABRITER DES FRANCS-MACONS DE HAUT RANG, DONT ON NE PEUT ECRIRE LES NOMS SOUS PEINE D’INTERMINABLES ET COUTEUX PROCES… La piste des représailles fraternelles [contre de Montgolfier] est d’autant plus crédible que L’INSPECTION GENERALE DES SERVICES JUDICIAIRES ELLE-MEME COMPTE JUSQU’AU PLUS HAUT NIVEAU DE NOMBREUX FRANCS-MACONS DANS SES RANGS… »

1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie
Monsieur le Juge appartient-il à la franc-maçonnerie ?
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice de la fonction de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie

Fontenelle « Des frères et des affaires » p165 une lettre de la GLPAM au siège de la GLNF mentionne les "nombreux juristes que comporte la Province [huissiers, avocats, notaires et autres magistrats]"… p233 en 2000 est inauguré à Paris la loge Honneur Fidélité Fraternité… « on n’y trouve – presque – que des policiers. Et non des moindres, puisque plusieurs de ses membres fondateurs… sont DES CONTROLEURS GENERAUX DE LA POLICE »… p96 « Les gendarmes ont quitté le GADN il y a quelques années pour former leur propre fraternelle »… p234 la mafia calabraise est entrée en maçonnerie… poser la question de l’existence, derrière la mafia d’un état-major politique occulte qui aurait envisagé d’UTILISER LA N’DRANGHETA, COSA NOSTRA ET DES FRANCS-MACONS DEVOYES POUR SUBVERTIR L’ETAT DEMOCRATIQUE… une loge maçonnique super-secrète… un projet de subversion à l’échelle nationale…

1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie
Monsieur le Juge appartient-il à la franc-maçonnerie ?
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice de la fonction de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie
Hallier « Les puissances du mal » p 192-193 : Article L731-1 du Code de l’Organisation judiciaire… la récusation d’un juge peut être demandée… s’il existe un lien de subordination [le serment maçonnique] entre le juge… et l’une des parties… s’il y a amitié [la solidarité maçonnique]… notoire [d’où la nécessité impérative de lever le secret maçonnique, mais la répétition crée la suspicion légitime cf le roman de Renard et ses appuis hiérarchiques francs-maçons décryptés par Coignard] entre le juge et l’une des parties…
La demande de renvoi pour suspicion légitime est une demande de dessaisissement d’une Chambre de la juridiction saisie lorsqu’une des parties fait valoir que les magistrats qui la composent pris collectivement et non individuellement , font preuve , ou risquent de faire preuve d’inimitié , ou d’ animosité à son égard .(articles 356 et suivants du Nouveau Code de Procédure civile)(source Legitravail sur Google.com)
L’article 668 du Code de Procédure Pénale dit que tout juge peut être récusé s’il y a entre lui et l’une des parties « toutes manifestations assez graves pour faire suspecter son impartialité ».

Monde 10/7/03 p15 : "Plus qu’un état des lieux du tribunal, le document de l’IGSJ constitue UNE CHARGE AU VITRIOL A L’ENCONTRE DU CHEF DE PARQUET… M. de Montgolfier avait choqué plus d’un magistrat en évoquant publiquement [Borrel, Jambert, Line Galbardi, ne seraient-ils pas vivants s'ils avaient communiqué ?] les "influences" exercées par une "franc-maçonnerie d’affaires" sur le cours de certains procédures judiciaires. Disparition de dossiers au sein même du palais de justice [marqueur répétitif commun désormais à nombre d'affaires de La Boisse à la scientologie en passant par les carnets d'adresses d'Auxerre-Appoigny et Toulouse], instructions étouffées, procédures bâclées… L’Inspection consacre une bonne partie de son rapport à ces affaires. Sa conclusion ? "Si le traitement de certaines procédures n’était pas toujours exempt de critiques, les signalement effectués n’ont que très rarement permis de mettre en évidence des défaillances professionnelles ou déontologiques". PARADOXALEMENT, L’EXAMEN DE LA PLUPART DES DOSSIERS ETUDIES PAR L’IGSJ DONNE LE SENTIMENT EXACTEMENT INVERSE… s’il "peut être reproché à M.Renard d’avoir fait preuve de légèreté et d’imprudence en conservant des relations, même occasionnelles, avec une personne déjà condamnée dont les activités paraissent douteuses, rien, en l’état et sauf rebondissement, ne permet pour autant de douter de sa probité"… CONCERNANT L’EXISTENCE D’UNE "MACONNERIE D’AFFAIRES", L’INSPECTION ASSURE QUE SES INVESTIGATIONS "N’ONT PAS PERMIS DE CONFIRMER LA THESE DE L’EXISTENCE D’UN TEL RESEAU"… OUTRE LE DOSSIER QUI A VALU A M.RENARD D’ETRE POURSUIVI, CETTE AFFIRMATION SE HEURTE AUX DEVELOPPEMENTS DE L’ENQUETE SUR LES MARCHES PUBLICS DE NICE. CETTE INSTRUCTION, QUI A VALU A PLUSIEURS PROCHES DU MAIRE DE NICE D’ETRE MIS EN EXAMEN AU MOIS DE MARS, A PRECISEMENT MIS EN LUMIERE L’EXISTENCE D’UN "RESEAU" MACONNIQUE…"

Madeleine Le Guillou Présidente d’Association Contre la Corruption met en exergue le point nodal systémique du rapport de l’IGSJ sur de Montgolfier : grâce à celui-ci, LES ENQUETES SUR LES MORTS SUSPECTES SONT PASSEES A NICE DE 3 A 59 PAR AN. DE MONTGOLFIER EST SANCTIONNE "EN BANDE ORGANISEE" POUR AVOIR FAIT SON DEVOIR CONTRE LA JUSTICE DEVOYEE "EN BANDE ORGANISEE".

Sur la base du témoignage de la présidente de SOS Justice l’attaque contre de Montgolfier était la reprise d’un scénario antérieur qui avait réussi avec le même prétexte de mauvaise gestion : "Pour votre bonne information, sachez qu’en 1998, à la demande de M. Jean-Jacques ZIRNHELT – Procureur de la République à Nice, successeur de M. Paul-Louis AUMERAS, l’IGSJ enquêtait à Nice notamment sur l’existence du réseau de pédophilie niçois. Il est à préciser, qu’aucune victime ni témoin dudit réseau n’a jamais été entendu par ladite inspection, même pas moi-même qui suis à l’origine de la dénonciation dudit réseau le 13 février 1995. Avant même que cette inspection n’ait lieu, le Procureur ZIRNHELT faisait l’objet d’une mutation inattendue Outre-Mer, celui-ci ayant été accusé de mal gérer, comme par hasard, le Tribunal de Nice…"

Libé 12/10/04 : "… Ce serait alors une gifle magistrale pour le garde des Sceaux, Dominique Perben, qui avait diligenté sa propre inspection il y a deux ans : elle clouait le bec aux détracteurs du juge Renard qui, depuis des années, mettent en doute sa probité. Mieux, la chancellerie envisageait la mutation du procureur niçois Eric de Montgolfier ­ son plus farouche adversaire, partisan de faire le ménage au tribunal de Nice au motif qu’il colporterait de simples «ragots». Le rapport du CSM, établi indépendamment du ministère, rétablit les rôles et remet la Justice sur ses pieds…"

Nouvel Obs 15/10/04 : "…Concernant ensuite ses relations avec Charles-Ange Ginésy, il a déclaré que "ça ne (lui) posait pas de problème de voir le fils de temps en temps" alors qu’il instruisait l’affaire contre son père. Cassant, le Premier président de la Cour de cassation Guy Canivet, qui présidait le CSM, a résumé a sa façon cet épisode: "Vous avez des relations avec le fils et l’instruction du père traîne"… Le juge a aussi été mis sur le gril pour s’être entretenu avec deux détenus, impliqués dans un trafic de cocaïne touchant la bourgeoisie niçoise qu’il instruisait: il n’avait pas dressé de procès-verbal alors que les deux hommes auraient mis en cause deux magistrates du tribunal de Nice, dont l’une était franc-maçonne. "Vous être dépositaire d’une information qui intéresse le grand public et que vous traitez par le silence", s’est étonné Guy Canivet.

Nice-Matin 16/10/04 : « Affaire Renard : deux autres magistrats sur la sellette… des « ébats sexuels collectifs agrémentés de cocaïne » auxquels deux magistrates auraient pu participer… « des membres de la bourgeoisie locale »… Lamanda , a consacré à ce sulfureux dossier de longs développements, soit 10 des 71 pages de son rapport. DES avril 2002, LE PROCUREUR ERIC DE MONTGOLFIER AVAIT OUVERT A NICE UNE ENQUETE PRELIMINAIRE. DEUX ANS PLUS TARD [VOUS AVEZ BIEN LU DEUX ANS ET ENTRE TEMPS L’IGSJ S’EST ATTAQUE A DE MONTGOLFIER], LE GARDE DES SCEAUX S’ALARME A SON TOUR [contraint et forcé une fois de plus et comme pour l’assassinat de Jambert en attendant la chaîne d’autopsies faisandées de Borrel à Alègre…]. Dominique Perben vient de saisir d’une enquête interne l’Inspection générale des services judiciaires (IGSJ) [Perben n’a pas encore compris que, suite à l’attaque grandement orientée contre de Montgolfier, les Françaises et les Français le licencient pour perte de confiance et qu’il doit démissionner suite à l’accumulation de viols de la Constitution sous son égide et celle de Chirac garant constitutionnel de l’indépendance de la Justice : Chirac à Nîmes le 8/11/04 : « qu’aucun acte de délinquance ne soit laissé sans réponse… » Du Mitterrand pur jus façon « l’argent maudit, l’argent qui corrompt… »…]… Jean-Paul Renard se défend d’avoir étouffé l’affaire… il reconnaît avoir reçu deux détenus « bec à bec », C’EST-A-DIRE SEUL A SEUL, HORS PROCES-VERBAL ET SANS AVOCATS. IL ADMET QUE L’UN ET L’AUTRE ONT MIS EN CAUSE DES COLLEGUES… Ils ne mettront plus en cause la magistrature… des pièces capitales n’ont pas été mises sous scellés, tels qu’un carnet recensant les clients du dealer de cocaïne ou un relevé de communication laissant apparaître laissant apparaître des appels entre l’une des magistrates et une amie proche, impliquée dans le trafic et non poursuivie. « J’IGNORAIS QUE CES ELEMENTS N’AVAIENT PAS ETE TRANSMIS A LA POLICE » soutient Jean-Paul Renard… Lamanda… : « De tels faits… paraissent spécialement graves, NON SEULEMENT A RAISON DE LEUR ENORMITE, MAIS ENCORE PAR LEUR EFFET DESASTREUX SUR L’IMAGE DE LA JUSTICE ». »

Nouvel Obs 15/10/04 : "…Le ministre de la Justice Dominique Perben a souhaité jeudi 14 octobre que le juge Jean-Paul Renard, entendu par le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) en audience disciplinaire, soit "sévèrement sanctionné". "Le juge Renard doit être sévèrement sanctionné", a-t-il déclaré dans le cadre de l’émission "Questions d’info" sur la chaîne parlementaire et France-info. "La procédure disciplinaire se déroule" et "dans cette affaire, l’institution judiciaire d’une part et le ministre que je suis d’autre part doivent être fermes", a estimé le ministre…"

Aujourd’hui en France 30/10/04 : "Le juge Renard mis à la retraite d’office…" Tous les procès faisandés par le juge Renard vont-ils être rejugés honnêtement et dans le respect des droits des citoyens et du peuple seul souverain ?

Nouvel Obs 28/10/04 http://www.nouvelobs.com/dossiers/p2086/a252700.html : "… Alors qu’à Paris Renard perd pied, son principal adversaire reste introuvable. Tous les journalistes cherchent à joindre Eric de Montgolfier. On voudrait une réaction, une de ces phrases bien senties dont il a le secret. Le procureur de Nice, qui avait le premier dénoncé l’influence des loges sur la justice locale, est en vacances à Rome. Il savoure sa victoire dans la Ville éternelle. Quel incroyable retournement! Il y a près d’un an, c’était lui le vaincu. Ses ennemis et la chancellerie avaient bien failli avoir sa peau en rejetant sur lui la responsabilité des fautes qu’il dénonçait! Illustration presque trop parfaite du vieil adage: «Le premier qui dit la vérité…» Le procureur iconoclaste a failli tomber dans un traquenard qui aurait pu lui coûter son poste à Nice et sa réputation. L’une de ces machines infernales politico-médiatiques, sur fond de connivences maçonniques, d’arrière-pensées politiques et de lâcheté institutionnelle dont il est souvent difficile de se relever. Devant le CSM, il y a quinze jours, le représentant du ministère de la Justice a stigmatisé la «perte complète des repères déontologiques» de Jean-Paul Renard et «ses manquements graves et répétés» aux devoirs d’un magistrat. Il n’a pas prononcé une seule fois le mot «franc-maçon». Pourtant, l’ombre des frères planait sur tous les dossiers examinés: magistrats maçons, élus maçons, policiers maçons, chefs d’entreprise maçons, délinquants maçons… In fine, le représentant du garde des Sceaux a demandé la sanction maximum: la révocation. Il a aussi affirmé que la chancellerie avait tout fait pour diligenter l’enquête du CSM… C’EST EN FAIT L’INVERSE QUI S’EST PASSE…. il faut revenir sur l’invraisemblable bras de fer qui oppose le procureur de Nice et Jean-Paul Renard depuis près de cinq ans. Un duel qui illustre toute la complexité du combat contre les fameux «réseaux francs-maçons» dans la justice, dénoncés par Eric de Montgolfier, quelque temps après son installation sur la Côte… enfin, un homme finit par bouger: c’est le premier président de la cour d’appel d’Aix-en-Provence, Bernard Bacou. Fraîchement débarqué dans le Sud, il est sidéré par le contenu du rapport. Sidéré aussi par l’assourdissant silence du pouvoir politique. Bien que la loi l’y autorise, Bacou se refuse dans un premier temps à saisir, seul, le Conseil supérieur de la Magistrature. «Etant donné le niveau de gravité des actes reprochés au juge Renard, il me semblait plus approprié que ce soit la chancellerie qui effectue cette saisine. D’autant que je ne possédais pas tous les éléments», explique-t-il aujourd’hui au «Nouvel Observateur». Bernard Bacou fait alors savoir qu’il attend une réaction du ministère jusqu’au mois de janvier 2004. Las. La chancellerie ne donnant toujours pas signe de vie, le magistrat décide de monter seul au créneau. Mi-janvier, il saisit de lui-même le CSM…

Pour l’instant, le magistrat a sombré seul. Mais pendant ces vingt-deux années passées dans les Alpes-Maritimes, il aurait accumulé suffisamment de «munitions» contre suffisamment de personnes, franc-maçonnes ou pas. Il serait une «bombe vivante» dont la possible déflagration ferait trop de dégâts et ruinerait l’image de la justice… Une dernière hypothèse court dans les couloirs du tribunal de Nice. De nombreux magistrats ne comprennent pas non seulement pourquoi l’IGSJ a rendu un rapport aussi «abracadabrantesque» au printemps 2003 mais aussi pourquoi la chancellerie a mis autant de temps à réagir. Certains évoquent, bien sûr, les «réseaux maçons» qui irradient toute la magistrature. Jusqu’à l’IGSJ? Jusqu’au CSM? [il suffisait de lire "La vendetta française" de Coignard pour avoir la réponse] En 2000, quand le juge Murciano de Grasse a été convoqué par l’instance disciplinaire, il a carrément mis en cause un des magistrats qui siégeait, en évoquant son appartenance à la même loge que Michel Mouillot. Le magistrat, qui a démenti, a été jusqu’à faire circuler des attestations de sa présence à la messe [voir l'invariant systémique fonctionnel Rampolla OTO 1er-Taxil] le dimanche, pour se défendre. Aujourd’hui… certains en viennent à s’interroger sur une possible initiation du garde des Sceaux, lui-même… http://www.nouvelobs.com/dossiers/p2086/a252702.html

« Un juge au-dessus des lois ? » Fontenelle : « … le palais de justice de Nice a été, pendant – au moins – une dizaine d’années, une zone de non-droit… Il n’est pas sain qu’un magistrat fasse partie d’un réseau qui a pour principe le secret… Le patron d’un groupement de francs-maçons profite d’un entretien avec la ministre de la Justice pour formuler des menaces contre le procureur de la République de la quatrième ville de France… madame la ministre a déclaré au boss du Grand Orient de France « qu’aucun changement n’interviendrait concernant le secret d’appartenance à une structure maçonnique ou autre »… [complicité de viol des premiers articles de la Constitution de la France]… Jean-Pierre Ferry, vice-président du tribunal de grande instance de Nice, estime pour sa part qu’Eric de Montgolfier jette « le discrédit sur l’ensemble des magistrats niçois »… Un homme se lève alors pour défendre le juge Renard, et l’histoire devient vraiment très, très belle. Il s’agit d’Yves Le Bourdon, président de la chambre de l’instruction (ex-chambre d’accusation) de la cour d’appel d’Aix-en-Provence… Lancé, Yves Le Bourdon, qui ne peut certes pas deviner que ses affirmations se retourneront contre lui trois ans plus tard, semble ne plus pouvoir s’arrêter… les sept enquêteurs de l’IGSJ sont à Nice… le procureur général d’Aix-en-Provence, Gabriel Bestard, leur envoie un signal fort. Il stigmatise publiquement Eric de Montgolfier, le décrivant comme « habile et dangereux »… A Nice, en 2001, les inspecteurs avaient manifestement pris une commande assez particulière : une tête de proc… Les auteurs du rapport de l’IGSJ écrivent, à la page 130, qu’ils n’ont recueilli « aucun élément à même de confirmer, ou de révéler, des faits mettant en cause la probité de M.Renard »… Il faut préconise L’Inspection générale des services judiciaires qu’Eric de Montgolfier s’en aille… Il en va de même pour M.Dorcet… Hervé Expert, devrait aussi être muté…Cela s’est passé en France, au mois de juin 2003. Et pas dans une république bananière [dans une Etat totalitaire]… Et Dominique Perben, ministre de la Justice, semble trouver cela positivement formidable… « Ensuite, explique Vincent Lamanda, […] j’ai entendu certaines personnes du monde judiciaire exclusivement (magistrats, greffiers, avocats, gendarmes), dont l’entretien avec les membres de l’Inspection générale n’avait pas donné lieu à l’établissement d’un procès-verbal ou qui n’avaient pas été interrogées et dont il paraissait indispensable de recueillir le témoignage, ou encore, pour l’une d’elles, qui avait déclaré publiquement que ses réponses aviaient été « minimisées », ou enfin, pour une autre, qui pouvait détenir de nouvelles informations […]. »… Ses tournures, tout au long de son rapport, sont visiblement l’œuvre d’un pince-sans-rire… je me demande si Vincent Lamanda, seul, n’a pas abattu beacoup plus de boulot en moins de 6 mois que n’en avaient effectué en dix mois les sept enquêteurs de l’IGSJ ?… « Robert « tenait » plusieurs personnes de haut rang autour de lui, que ce soit au niveau politique, judiciaire, fiscal et policier » [confirmation que l’Etat français totalitaire est fondé sur le chantage en sus de la bande organisée]… probablement des photos en « galante compagnie » [ou pédocriminelles ?]… Monsieur Perben ? Des noms ! JE N’AI PAS ENVIE DE PASSER LES TRENTE PROCHAINES ANNEES A ME DEMANDER, A CHAQUE FOIS QUE JE VERRAI UN ELU, UN MAGISTRAT, UN AGENT DU FISC OU UN POLICIER : « EST-CE QUE CE GARS-LA EST « TENU » ? »… Le sous-préfet, au téléphone, m’a simplement dit : « Si vous saviez ce que je sais, vous ne désigneriez pas M.Renard. » [donc le système dirigeant de la France, qui a couvert Renard avec acharnement, était parfaitement au courant]… juge d’instruction avec qui il disait avoir participé à des ébats sexuels collectifs agrémentés d’usage de cocaïne [rappel : l’échangisme est au cœur du centre de torture d’Auxerre-Appoigny et de l’affaire Alègre]… carnet disparu [un de plus]… Vincent Lamanda… : « Au vu des éléments recueillis, DE NOUVELLES ENQUETES MERITERAIENT SANS DOUTE D’ETRE ENTREPRISES [alors M.Perben ?] TANT SUR DES FAITS IMPUTABLES A M.RENARD… QU’A L’EGARD D’AUTRES MAGISTRATS… »…

Rappelez-vous … Ferry,… Le Bourdon, … le CSM,… Guigou,… Bestard, … l’Inspection générale des services judiciaires,… Perben… les gens de l’IGSJ sont littéralement fous de rage contre Dominique Perben… Il n’est jamais plaisant de voir ses errements diffusés à des centaines d’exemplaires… Davost… IL EST EVIDENT POUR TOUT LE MONDE QUE CE QUI S’EST PASSE A NICE POURRAIT BIEN S’ETRE PASSE AILLEURS [et en premier lieu à Montpellier]… » Fontenelle dissèque le dévoiement de la "Justice" en bande organisée. Françaises, Français, jusqu’à quand allez-vous payer la capitation pour l’inversion des fonctions régaliennes et le viol de la Constitution de la France ?

… Dans le volumineux courrier que reçoit «le Nouvel Obs» chaque fois que nous publions un article traitant de la franc-maçonnerie, un nombre impressionnant de lettres et de courriels émanent de justiciables convaincus d’avoir été trahis par leurs avocats ou par leurs juges en raison de solidarités maçonniques qui leur échappent et qui englobent souvent les experts judiciaires et autres professions connexes. Lorsqu’il était grand maître du Grand Orient, Alain Bauer recevait plus d’une lettre de dénonciation par semaine. «Si la moitié ne tient pas debout, traitant de problèmes de divorce ou d’héritage, l’autre moitié nous interpelle», reconnaissait-il alors…"
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice de la fonction de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie

VSD 18/11/04 p8 “Nice. Le Renard qui cache la forêt. Selon certain magistrats, le juge n’est pas le seul responsable des dysfonctionnements de la justice niçoise, inlassablement dénoncés par le procureur de Montgolfier. Après l’éviction le mois dernier du juge Renard, dont le Conseil supérieur de magistrature a sanctionné les graves manquements par une mise à la retraite d’office, nombre de magistrats niçois trouvent cet arbitrage « un peu court ». Pour eux, ce juge n’est pas seul responsable de la dérive de l’institution judiciaire azuréenne. « Il a bénéficié d’une évidente complaisance ». En cause : 1) l’Inspection générale des services judiciaires (IGSJ). En 2003, elle a relevé « une réelle disproportion entre la suspicion exprimée » par Eric de Montgolfier « et les manquements susceptibles d’être finalement retenus ». 2) Les anciens procureurs de Nice, Paul-Louis Aumeras et Jean-Jacques Zirnhelt, qui n’ont « jamais rien remarqué d’anormal ». 3) l’ex-président de la chambre d’instruction à la cour d’appel d’Aix-en-Provence, Yves Le Bourdon. Pour lui, « le juge Renard a travaillé tout à fait normalement ». 4) Le procureur général d’Aix-en-Provence, Gabriel Bestard. Il a accusé Eric de Montgolfier, qui dénonçait les écarts du juge Renard, de « mettre en cause les gens à la légère ». 5) Le ministre UMP de la justice , Dominique Perben. Il a diffusé, en 2003, un rapport de l’IGSJ accablant pour Montgolfier, mais totalement à côté du sujet. Juste avant, le maire UMP de Nice, Jacques Peyrat, s’était publiquement vanté d’avoir obtenu du gouvernement la tête du « proc »… »

Aujourd’hui en France 1ç/11/05 p 16 : "La procureur Anne de Fontette a requis hier une peine de six mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende à l’encontre de l’ex-juge niçois Jean-Paul Renard… des "faits particulièrement graves" [va-t-il y avoir une inspection sur la position étrange de l'IGSJ, étrange sur Renard et étrange sur de Montgolfier ?]… "une atteinte à la crédibilité de l’appareil judiciaire [disparues de l'Yonne, Alègre, Borrel, Murciano, Lévy, affaires de Montpellier...], aux libertés individuelles que les magistrats sont censés garantir"… Il s’agit "d’une perte totale de repères déontologiques" et d’UN MELANGE ENTRE LE SERMENT IRREVOCABLE QUE PRETE LE MAGISTRAT ET LE SERMENT QUE PRONONCE L’IMPETRANT LORS DE SON ENTREE DANS UNE LOGE MACONNIQUE, a estimé le procureur…"

"On ne compte plus dans le sud-est le nombre d’affaires qui, sur le plan judiciaire, soit s’enlisent, soit se soldent par des décisions d’une mansuétude incompréhensible.

Il est vrai que la carrière de nombreux magistrats se déroule de manière fort heureuse, pendant trente ans, entre Nice et Marseille, avec un détour à Grasse ou à Aix-en-Provence. Nulle part ailleurs, en France, on n’enregistre, une telle stabilité. De ce point de vue, la longévité géographique des carrières des magistrats du sud-est est comparable à celle dont ont bénéficié les magistrats français détachés à Monaco, pérennité à laquelle le ministre de la Justice vient opportunément de mettre un terme, il y a quelques semaines. Il est donc plus que temps, alors que des voix s’élèvent pour dénoncer la situation dégradée du fonctionnement de certaines juridictions dans le sud-est, de tirer les leçons de l’absence de mobilité de certains magistrats en poste dans le midi de la France".

Rapport de la mission parlementaire sur le blanchiment (sidérant et incontournable) sur http://www.assemblee-nat.fr/rap-info/i2311-612.asp :
« L’appartenance éventuelle de telle ou telle personnalité à un club, une association, une amicale quelconque ou son engagement supposé dans la franc-maçonnerie relève pleinement d’un choix personnel et n’intéresse en rien la Mission.

En revanche, le fait que de telles structures se soient retrouvées possiblement infiltrées par des organisations criminelles qui, de façon délibérée, ont développé une stratégie de pénétration en y captant l’influence de personnalités représentant les institutions de la République, mérite un examen attentif.

Pour la Mission, c’est dans cette perspective que doit, par exemple, être analysée la déclaration du juge Philippe Dorcet au cours de son audition. Le crime organisé a décidé d’entrer en maçonnerie. M. Philippe DORCET, juge d’instruction au Tribunal de grande instance de Nice : J’ai appris, en discutant, de manière officieuse, avec des officiers de police judiciaire, que la mafia calabraise est organisée selon un régime de loges – les cosche. Dans les Alpes-Maritimes, sept cosche sont établies, la cosca mère étant à Juan-les-Pins, et dépendent toutes de la cosca de Vintimille. Enzo Ciconte cite trois raisons pour lesquelles le crime organisé a décidé d’entrer en maçonnerie : intégrer le tissu économique local, avoir des liens au sein des institutions et approcher les magistrats. [...]

Ce n’est pas la franc-maçonnerie qui est en cause, mais je pense qu’à un moment donné, elle a été un réseau décisif où se sont croisées, à l’abri du secret, des personnes venant d’horizons très différents. Tout ce mixage entre gens qui n’avaient pas tous le souci de l’intérêt commun, a pu favoriser, à un moment donné, des dérapages importants.

Extrait de l’audition de M. Philippe Dorcet, juge d’instruction au Tribunal de grande instance de Nice, devant la Mission, le 9 mai 2001.

Ainsi, l’existence, à Nice, de relations sociales parallèles qui se sont instaurées, par exemple, dans le cadre de certaines loges maçonniques où se côtoient, se fréquentent et s’entraident un certain nombre de personnes que tout devrait opposer dans la société civile, entrave le fonctionnement régulier des institutions de la République.

Entendu par votre Rapporteur l’été dernier, l’ancien directeur des services fiscaux des Alpes-Maritimes, M. Alain Bertaux, s’est montré troublé par l’issue très favorable qu’ont pu connaître certains dossiers fiscaux qui méritaient, à l’évidence, un autre sort que l’abandon des poursuites.

Le témoignage de M. Alain Bertaux a paru suffisamment sérieux pour que la Mission décide de transmettre le compte rendu de son entretien, en application de l’article 40 du code de procédure pénale, au Procureur de la République, M. Eric de Montgolfier. »

Mezzogiorno versus Narbonnaise (la provincia romana d’avant la conquête de la Gaule) ?

L’analogie systémique est dans la ligne de la recherche fondamentale de Germaine Tillon "Le harem et les cousins".

Aujourd’hui en France 23/6/06 page 20 : "… Perquisition à la mairie de Nice… Quatre personnes proches du cabinet du maire… ont été interpellées et placées en garde à vue… Plusieurs enquêtes judiciaires ces dernières années ont visé la mairie niçoise et des collaborateurs de l’actuel maire UMP."
Aujourd’hui en France 28/6/06 page 23 : "Nice Des proches du maire m’ont demandé une commission" Pierre RAYNAUD, l’homme d’affaires à l’origine d’un nouveau scandale. Une nouvelle enquête menace la mairie de Nice. deux proches du maire UMP Jacques Peyrat, son chef du protocole et le chef de la police municipale ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire…"

Pyrénées orientales :
http://www.chez.com/hiram/jr/ http://www.chez.com/cqh/bilalte/00sommaire-bilalte.html

Hérault :

Février 2006, Frêche traite des harkis de sous-hommes. Lang présent n’a rien entendu. Le PS met 15 jours à réagir. D’autres auraient tenu un tel propos, il y aurait eu une manifestation nationale de millions de personnes. Génocide communiste de 100 millions de personnes : génocide politiquement correct ; génocides du Rwanda et du Congo : "Un génocide en Afrique cela n’a pas beaucoup d’importance." (Mitterrand selon Libération).

Dans la systémique de l’Ecole française des escadrons de la mort, la banalisation de la tonalité Volkischer Beobachter et Radio des Milles Collines (en parallèle à "gagner la bataille de la conspiration du silence"), est un point clé. La tonalité Radio des Milles Collines commence à être instillée en France et les milices (au Rwanda issues des supporters d’équipes de football) sont en place (l’Akazu et les Cobras ont également été rapatriés en France) après 25 ans de désolation active au sens d’Annah Arendt, de Déséducation Nationale active et de formation intensive à la violence extrême par les médias, les jeux électroniques barbares et le gonzo. Tout cela est voulu et planifié par la RGOORT : la République Génocidaire Occulte Occultiste Relativiste Totalitaire à l’origine des génocides du Rwanda (plus efficace que celui des nazis lors des 6 premiers mois d’invasion de l’URSS) et du Congo-Brazzaville.

Comme le nazisme, la RGOORT se fonde sur la déliquescence et l’anomie sociale.

Agglo-Rieuse n°164 14/9/05 : "Les errements du Directeur des HLM… "Enfin, les errements observés dans le déroulement de l’opération de Cournonterral et le versement à l’entreprise GMT d’une indemnité de 251 000 euros en partie non justifiée mettent sérieusement en cause la responsabilité du directeur et les procédures de décision au sein de l’office."… "L’examen des justificatifs (143 pages) fournis par la GMT à l’appui de sa demande d’indemnité suscite pour un grand nombre d’entre eux des doutes sérieux sur leur lien réel avec le chantier de Cournonterral." s’interrogent les contrôleurs… Laissons la parole à la Miilos qui page 21 écrit : "Pendant la période de "gel" du chantier de Cournonterral, le directeur a eu recours aux services de la société en participation GMT/ABCD pour réaliser le gros oeuvre de son habitation principale." Les vérificateurs détaillent la procédure. "Le devis a été établi le 3 juin 2002 (soit 4 jours avant la suspension du chantier de Cournonterral) et la construction a été réalisée pendant la période d’interruption de l’opération (ordre de service de reprise du chantier de l’Office fin juin 2003, décompte définitif des travaux de l’habitation personnelle fin août 2003."…" Marianne 28/2/05 p64 : "Languedoc-Roussillon… Pas content du tout François Idrac, le préfet de région !… 20% du PIB régional seraient produits hors de la sphère légale !… ENQUETE QU’IL LUI A FALLU "ARRACHER" DE HAUTE LUTTE A SES SERVICES [ce qui signifie en clair que notre capitation sert à financer des inverseurs de fonctions régaliennes]… un gâteau… de 8,5 milliards d’euros… Jamais, dans sa carrière de préfet, il n’avait vu un tel mutisme, dit-il…"
http://www.chez.com/hiram/presse/1996-01-18-edj.htm
http://www.nouvelobs.com/dossiers/p1988/a29990.html

EQUATION DE LA SPOLIATION SUR MONTPELLIER (à partir des initiales des noms de famille des spoliateurs en bande organisée) :
S=1(D+G+L)+2N+3(A+S)+4(C+B+F+P+R)+5M.

1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie
Monsieur le Juge appartient-il à la franc-maçonnerie ?
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice de la fonction de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie

" Le Code pénal prévoit toutefois la circonstance de "bande organisée" définie par tout groupement ou toute entente établie en vue de la préparation, caractérisée par un ou plusieurs faits matériels, d’une ou plusieurs infractions. La commission de certaines infractions en bande organisée, telles qu’enlèvement, séquestration, proxénétisme aggravé, vol, extorsion, destruction, dégradations et détériorations, est une cause d’aggravation et emporte durcissement de la peine. De plus, avec la loi du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité, la liste des infractions, pour lesquelles la circonstance aggravante de bande organisée est prévue, est largement étendue. C’est ainsi que la circonstance aggravante de bande organisée est étendue aux infractions suivantes dans le code pénal : meurtre (article 221-4 du code pénal), tortures et actes de barbarie (article 222-4 du code pénal), corruption de mineurs (article 227-22 du code pénal, diffusion, enregistrement, transmission de l’image à caractère pornographique d’un mineur (article 227-23 du code pénal), évasion de détenus (article 434-30 du code pénal), enlèvement et séquestration (article 224-5-2 nouveau du code pénal). Par ailleurs, la répression de l’escroquerie commise en bande organisée est portée à dix ans d’emprisonnement au lieu de sept ans auparavant (article 313-2 du code pénal)…"

AGGLO-RIEUSE 1 et8/9/04 : « Depuis 10 ans la saga judiciaire X défraye les prétoires. Cette vieille famille montpelliéraine piégée dans un projet immobilier qui les a mis sur la paille ne s’avoue pas vaincue. En octobre dernier le juge Y met en examen la puissante société Z… Les chefs d’accusation sont « FAUX, USAGE DE FAUX ET ESCROQUERIE ». MAIS COMME PAR HASARD, LA CHANCE OU LES RESEAUX D’INFLUENCE PARALYSENT LA MACHINE JUDICIAIRE MONTPELLERAINE La famille X engage comme architecte W… détail qui tue W a caché qu’il n’est pas inscrit à l’ordre des architectes. EN 2003, LE PROCUREUR DE MONTPELLIER RELEVE A SON ENCONTRE « DES PRESOMPTIONS GRAVES DE FAUX EN ECRITURES, D’USAGE DE FAUX ET D’ESCROQUERIE » LE SUPPOSE HOMME DE L’ART CONSEILLE LES X POUR LE CHOIX DE L’ENTREPRISE… CE SERA LA SOCIETE Z, une filiale de la monumentale société V. LES DEUX DIRIGEANTS DE LA SOCIETE Z SONT DANS LE COLLIMATEUR DE LA JUSTICE, AINSI QUE T qui dirige la société V… Tous ces notables sont bien entendu présumés innocents…LA SOCIETE V DEMARRE LES TRAVAUX EN 1992… POURTANT, UNE CLAUSE STIPULE QUE L’ENTREPRENEUR NE PEUT COMMENCER LE CHANTIER AVANT QUE LE FINANCEMENT DES BANQUES SOIT EFFECTIF… IL A ETE AJOUTE A LA MAIN AU STYLO SUR LE CONTRAT QUE « LA MISE EN PLACE DU CREDIT D’ACCOMPAGNEMENT DEVRA SE FAIRE AVANT FIN 92 » LES X NE PARAPHENT PAS LE RAJOUT ; SEULE LA SIGNATURE DE LA FILIALE DE LA SOCIETE V FIGURE SUR LE DOCUMENT… LA SOCIETE V… EXIGEANT… LE PAIEMENT IMMEDIAT… LES X SONT ACCULES A LA RUINE. « MON PERE EST MORT DE CHAGRIN ET MOI, J’AI FAILLI ME FOUTRE EN L’AIR… »… LEURS DEUX VILLAS D’HABITATION SONT SAISIES, UNE AUTRE EST LA PROIE DES FLAMMES. ELLE ABRITAIT LES PIECES COMPTABLES DE L’OPERATION. BIZARRE… LE FAMEUX TERRAIN EVALUE A 15 MILLIONS DE FRANCS EN 1990 EST BRADE EN 1996 POUR 10 FOIS MOINS A LA SOCIETE T, UNE DROLE D’ENTREPRISE DANS LE COLLIMATEUR DE LA JUSTICE… SELON LE MIDI LIBRE DE L’EPOQUE, LA PROCEDURE EST TROUBLANTE : « LE TRIBUNAL DE COMMERCE PRESIDE ALORS PAR S ACCORDE UN PLAN DE CONTINUATION DANS DES CONDITIONS INESPEREES. L’ENTREPRISE A UN DELAI DE 16 ANS POUR REMBOURSER SES DETTES »… LA SOCIETE T OBTIENT DE LA MAIRIE DE MONTPELLIER UN PERMIS DE CONSTRUIRE POUR LE MOINS SURPRENANT… DES EVENEMENTS SEMBLANT DECLENCHES PAR DES FORCES OCCULTES REVIENNENT REGULIEREMENT. SANS TOMBER DANS LA PARANOIA, ON POURRAIT DECRYPTER CERTAINS ASPECTS DE CETTE AFFAIRE EN Y VOYANT L’INFLUENCE DE RESEAUX FRANCS-MACONS QUI NE FONT PAS QUE REFLECHIR A LA PENSEE PHILOSOPHIQUE. SI L’ON SE REFERE A L’OUVRAGE DU JOURNALISTE JACQUES MOLENAT «LE MARIGOT DES POUVOIRS», LES BONNES FEES DE LA SOCIETE T PORTENT L’HABIT DU CLUB DES R, LE CERCLE MACONNIQUE LE PLUS INFLUENT DE MONTPELLIER… CELUI PAR QUI CHAQUE FIL DE L’AFFAIRE ABOUTIT S’APPELLE Q… IL REALISE LE GRAND SCHELEM… « ON SE CROIRAIT DANS UN PAYS DU TIERS MONDE EN CE QUI CONCERNE LA JUSTICE ». [Dumas a évoqué sans problème les sections spéciales : ils doivent encore en rire en chargeant les canons lors des agapes] L’HOMME… SAIT DE QUOI IL PARLE. LE JUGE… QUI INSTRUISAIT… VIENT DE PARTIR… SOUHAITONS QUE SON SUCCESSEUR MONTRE… QUE MONTPELLIER N’EST PAS L’AFRIQUE ET ENCORE MOINS UNE REPUBLIQUE BANANIERE. »

AGGLO-RIEUSE 6/4/05 p 1-2 : « LE PLUS JEUNE FRANC-MACON DE FRANCE POURSUIT SON PERE EN JUSTICE. CET HERAULTAIS DE 23 ANS RECLAME 18 MILLIONS D’EUROS A SON PERE… JEAN-FRANCOIS C…. BRILLANTES ETUDES A SUP DE CO, OFFICIER DANS L’ARMEE… PRECOCE CHEF D’ENTREPRISE… LE 28 JUIN 2003 IL ‘RECOIT LA LUMIERE"… IL Y AVAIT UNE TRENTAINE DE FRERES ET L’UN D’EUX M’A INTERPELLE EN DISANT "C’EST UNE HONTE D’ATTAQUER SON PERE EN JUSTICE" RACONTE JEAN-FRANCOIS…"… J’AI MIS UNE BAFFE A MON ACCUSATEUR ET JE SUIS SORTI"… COMME LE DEPLORE A MI-VOIX LE JEUNE HOMME "IL Y A DES POROSITES ENTRE UNE FRACTION DU MILIEU JUDICIAIRE ET LES FRERES" [C'EST DONC OFFICIEL DE SOURCE MACONNIQUE, M.PERBEN : ALLEZ-VOUS SANCTIONNER LES RENARD LOCAUX OU ATTENDREZ-VOUS UNE FOIS DE PLUS D'Y ETRE CONTRAINT PAR LES EVENEMENTS ?]… MON PERE AVAIT 90% ET MOI 10%… J’APPRENDS QUE J’AURAI CEDE TOUTES MES PARTS… ON A IMITE SA SIGNATURE [MEME SCENARIO DANS L'AIN POUR UN MAIRE CORROMPU QUI DONNE DES PARTS DE SA FEMME A SA MAITRESSE EN IMITANT LA SIGNATURE ET QUI FINIRA... A MONTPELLIER!]. IL PORTE PLAINTE POUR FAUX ET USAGE DE FAUX A L’ENCONTRE DE SON PERE ET DE SA NOUVELLE COMPAGNE A QUI BENEFICIE CETTE CESSION… LE PERE QUI EST RICHISSIME POSSEDE UNE GRANDE PARTIE D’UNE ZONE D’ACTIVITE HERAULTAISE… LE PAPA DE JEAN-FRANCOIS SERAIT UN ANCIEN DE LA CELEBRE LOGE P2…"

« Arrêtons le jeu de massacre » de Loisel et Bourlet (ouvrage remis à tous les députés) p 206-208 : « L’affaire Cotsaftis. Une belle propriété de famille fait l’objet de convoitises de professionnels du droit, qui mettent au point un savant mécanisme juridique, dont l’objectif final non avoué, est de s’accaparer ce bien à vil prix. L’accaparement du bien d’autrui par des professionnels avertis est au cœur du sujet. De plus en plus, dans notre société, des personnes non averties peuvent être confrontées à une telle démarche et se retrouver du jour au lendemain, en position de victimes d’un système dont elles ne soupçonnaient pas l’existence… Le récit de l’histoire vécue par ces personnes s’inscrit en fait dans une démarche de spoliation.

Monsieur Cotsaftis a hérité, dans les années 80 d’une grande maison, située dans le quartier historique d’une ville universitaire du Sud de la France. Cette maison, transmise de père en fils, appartenait depuis près d’un siècle à sa famille « honorablement connue sur la place, le grand-père et le père de monsieur Cotsafis y ayant établi leur cabinet médical, tout en y exerçant une fonction de consul de leur pays d’origine, la Grèce ». A la suite de sa mutation de Paris vers sa ville natale et après plusieurs années de travaux de remise en état de sa maison « financés par plusieurs prêts », il s’installe avec sa famille dans cette demeure, qui devient leur résidence principale.

Quelques années après, les travaux étant quasiment terminés, son épouse crée dans la partie non occupée par eux, une entreprise offrant à ses clients de multiples activités : centre culturel et de remise en forme, activité de conseil en entreprise et restauration, permettant l’organisation d’ateliers, de séminaires, d’expositions et de spectacles…

Avec cette entreprise, aux activités en plein essort, les Cotsaftis n’imaginent alors pas l’importance du risque qui va planer sur leur résidence, en cas de difficultés économiques. En effet, grâce aux disciplines mises en œuvre, de nombreux clients ou visiteurs vont bénéficier des activités dispensées, mais aussi admirer les caractéristiques exceptionnelles de cette belle maison. Et « certains » seront désormais à l’affût de la moindre faiblesse pour assouvir leurs convoitises… Parmi eux, on retiendra la présence de personnages avertis dans l’inivers du droit qui, par le biais de subtiles et habiles manœuvres, finiront par acquérir cet immeuble à vil prix, au moment opportun.

Et tel a été le cas, lorsque M.Cotsaftis s’est retrouvé brutalement « licencié économique », après trente années de bons et loyaux services. Les époux Cotsaftis disposaient pourtant à ce moment-là d’un patrimoine, fruit de plusieurs vies de travail, qui aurait alors dû leur permettre de sortir de cette situation difficile.

Mais, lorsque M.Cotsaftis fait l’objet dudit licenciement, les compagnies d’assurances qui avaient pourtant couvert les prêts bancaires ASSORTIS D’UNE ASSURANCE PERTE D’EMPLOI (associés à ces investissements) ne respecteront pas les contrats signés. Il en résulterat une évidente difficulté économique au sein de la famille, dont les revenus ne permettent plus d’honorer les échéances desdits prêts, difficulté qui sera le point de départ des problèmes qu’ils vont rencontrer, malgré le succès croissant du centre pluridisciplinaire.

Les murs de la maison seront donc vendus à vil prix, aux enchères publiques « par le biais d’une société écran », à des personnages peu scrupuleux, juristes confirmés, rôdés aux pratiques d’acquisition de biens de personnes en difficulté, qui iront jusqu’à détruire brutalement l’instrument économique dudit centre pluridisciplinaire, sans procédure préalable et ce, malgré le bail existant.

En parallèle, ils obtiendront successivement des tribunaux locaux, l’extension de la liquidation judiciaire de monsieur Cotsaftis à son épouse (alors qu’ils étaient mariés sous le régime de la séparation de biens) et à la société locataire des lieux (propriétaire du fonds de commerce préalablement détruit), puis l’autorisation d’expulser les Cotsaftis et leurs enfants de leur maison de famille, malgré les procédures civiles et pénales en cours d’instruction dénonçant ces faits. En conséquence, la famille Cotsaftis se retrouvera alors « à la rue et sans travail » avec des créances pour la plupart indues ou gonflées dans des proportions anormales, ce qu’ils ont également dénoncé, sans suite !

Dans cette affaire, comme dans beaucoup d’autres, certes un peu difficile à résumer, parce que parsemée d’embûches, il faut s’interroger sur le rôle de certains personnages soit disant conseil plus préoccupés de faire « de bonnes affaires », que d’assurer sérieusement la défense de ceux qui viennent les solliciter… Moralité de cette affaire, sur fond de décisions de juridiction économique, nous observons que les juridictions et les victimes ont été manipulées. Elles n’ont pas su ou pu découvrir « les manœuvres astucieuses » mises au point par certains professionnels du droit, ce qui a conduit ces justiciables, après une longue vie de travail et de réussite professionnelle, à quelques années de la retraite, vers un véritable cauchemar [les manœuvres dolosives constituent un bénéfice psychologique secondaire : les affaires Dutroux, disparues de l’Yonne et Alègre ont montré le lien corruption échangisme SM pédocriminalité serial-killers].

Dans ce contexte, les Cotsaftis vont tenter de récupérer ce dont ils ont été dépossédés. Mais ils sont CONFRONTES A UNE VRAIE BANDE ORGANISEE, ce qui les contraint aujourd’hui à subir de multiples procédures judiciaires qui n’en finissent pas et dont ils doivent assumer le coût élevé [localement leur cas n’est pas unique].

DANS CETTE AFFAIRE, COMME DANS TANT D’AUTRES, ON PEUT SE POSER LA QUESTION DE SAVOIR COMMENT DANS NOTRE SOCIETE DE PLUS EN PLUS « JUDICIARISEE », DES PERSONNAGES INFLUENTS, PROFESSIONNELS AVERTIS DU DROIT, PEUVENT REGNER DURABLEMENT EN « MAITRES » AU COEUR DES JURIDICTIONS, GRACE A LA MAITRISE DES PROCEDURES, APPAREMMENT SANS AUCUN CONTROLE, NI RAPPEL A L’ORDRE, AFIN DE S’ACCAPARER « PAR DES PROCEDES SUBTILS » ET TOUJOURS DANS DE TRES BONNE CONDITIONS, LE BIEN D’AUTRUI. Et comme le dit madame Cotsaftis : des affaires comme la nôtres « une famille ruinée et dépossédée de ses biens, une entreprise détruite et liquidée sans raison » il y en a beaucoup en France.

Il est donc important dans l’intérêt de tous, de dénoncer ces différentes affaires afin… de trouver des solutions, qui permettront un jour aux victimes spoliées de retrouver leurs biens et leur honneur. »

1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie
Monsieur le Juge appartient-il à la franc-maçonnerie ?
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice de la fonction de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie

L’Agglo-rieuse n°179 4/1/06 page 2 : « La rocambolesque affaire de la rue Lacombe. Elisabeth Guigou, Laurent Fabius, le cabinet de Sarkozy, celui d »Hélène Mandroux et quelques autres personnalités traversent cette saga qui dure depuis 1991…Au-delà des fantasmes demeure une suspicion d’opération immobilière, au cours de laquelle la famille G. aurait pu se faire dépuoiller. En 1990, Jean-Pierre G ;, qui exerce la profession de chirurgien, reçoit une proposition du Crédit Foncier de France pour une réorganisation des crédits de la famille, dont le montant s’élève à 1,5 millions de francs. « Dans un courrier, le CFF suggère une ouverture d’un crédit de 1,6 MF destiné au financement d’un investissement immobilier » avec notamment comme garantie hypothécaire, la villa de 400 m2 que le couple vient de se faire construire rue Lacombe… En 1998, le CFF exige le reversement de la totalité du capital, et engage une procédure de saisie immobilière à l’encontre des époux G. . Ces derniers ne se laissent pas fair. Ils portent l’affaire devant le Tribunal de Grande Instance de Montpellier, qui leur donne tort. Les péripéties ne font que commencer. Pas moins de 15 avocats vont se repasser le dossier G. Pour la petite histoire, Maître Gilles Collard [indicateur systémique affaire Alègre et affaire des enfants du magistrat Roche assassiné], le ténor du barreau marseillais, est dans le lot… Dany G., qui est une battante… contacte Alain Juppé, pour qu’il intervienne auprès d’Elisabeth Guigou, à l’époque Garde des Sceaux. La ministre de la Justice demande à ses services d’intervenir et évoque dans un courrier « les agissements frauduleux » dont auraient été victimes Jean-Pierre et Dany. En fait, une plainte déposée auprès du parquet de Montpelllier a été classée sans suite. Opiniâtres, les G. ne laissent rien passer. Dans la première décision du Tribunal de Grande Instance, le CFF avance que « les revenus des époux G. sont très supérieurs à ce qu’ils prétendent tant vis-à-vis de l’administration fiscale que de leurs créanciers » et la banque divulgue des chiffres confondant chiffre d’affaire du chirurugien et revenus réels. Les impôts profitent de l’aubaine pour un redressement fiscal…. C’était compter sans « Super Dany » qui en appelle à Laurent Fabius, le ministre des Finances du moment. Le service contentieux des impôts rétablira la situation au profit de la famille G… Quant au procès contre le CFF, en mars 2000, la Cour d’Appel « punit » la banque en réduisant de moitié les intérêts dus par le couple… moult péripétie émaillent la procédure, comme le vol du dossier le 4 octobre 2001 en plein tribunal… Quant en 2002, Dany se rend au cadastre de Montpellier, elle constate que sa maison ne figure pas sur le plan… sur la version 2005 du cadastre, « l’oubli » est rectifié… il semblerait que l’administration ait inversé les propriétaires du 5 et du 7 rue Lacombe… « Je pense que le fisc nous fait payer à tort la taxe foncière de ce bien depuis 20 ans » s’indigne Jean-Pierre G…. un membre du cabinet du maire est venu rencontrer les époux G…. Il faut dire que 3000 m2 de terrain constructible ont de quoi aiguiser l’appétit des promoteurs… après un long entretien en septembre avec le cabinet de Nicolas Sarkozy, Dany G ; qui a de l’entregent… a obtenu un rendez-vous le 12 janvier au ministère de la Justice. » Alain Nenoff »

Chemin critique du processus type de spoliation en bande organisée :
– réseaux occultes philosophico-ésotérico-occultistes y compris au cœur des fonctions régaliennes (cf Coignard pour la mise en cause du procureur de Montgolfier).
– repérage de proies par les partenaires, les concurrents, des initiés positionnés à des points-clés (conseil à la création d’entreprise ou aux entreprises en difficulté).
– élément fondateur, le viol de la loi avec chaîne de complicités en couverture et pour broyer les victimes : non respect des assurances perte d’emploi ou maladie-invalidité par les organismes financiers, ajout unilatéral non cosigné sur un document contractuel, fichage bancaire abusif à but de spoliation (Gaudino, Loisel et Bourlet ont largement décrit les faits générateurs).
– spoliation par le tribunal de commerce selon les scénarios définis par Gaudino, Loisel et Bourlet (un sortant de prison pouvant être juge au tribunal de commerce par démissions en chaîne…).
– plaintes pour faux en écritures, usage de faux, escroquerie, faux en écriture publique, plaintes au pénal répétées déposées par les victimes.
– annonce par écrit du résultat futur d’un jugement.
– huissier remettant les documents hors délais de façon répétée.
– avocats complices ou tenus, coulant les victimes qu’ils étaient censés défendre (les témoignages sont sidérants par leur nombre et marquent le passage au totalitarisme), forfaitures d’officiers ministériels, avocat honnête mis en prison à St Brieuc comme le tombeur de Mouillot à Cannes (le CSM mettra-t-il fin et sanctionnera-t-il l’ensemble des romans de Renard en France ? les procès faisandés seront-ils rejugés ? la justice mafieuse en bande organisée fera-t-elle son miel via la prescription de ses propres déviances ?).
– convocation hors délais ou in extremis, non transmission des dossiers à la défense des victimes.
– biens bradés pour permettre la spoliation au moindre coût et le dégagement de marges massives pour la spoliation.
– sociétés écrans couvrant des professions tenues à l’honorabilité.
– mise en œuvre de vigiles avec destruction de biens pour concrétiser la spoliation.
– viols des procédures à répétition et à l’esbrouffe.
– harcèlement juridique : un délit spécifique devrait être créé au titre du harcèlement moral et financier… et du viol de la constitution.
– harcèlement à répétition dans la durée, messes noires (les satanistes affichent au grand jour leurs rites de "meurtres psychiques" et de vengeance, alors qu’une secte a été condamnée pour des suicides), gourou déjanté mais pas désintéressé.
1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie
Monsieur le Juge appartient-il à la franc-maçonnerie ?
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice de la fonction de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie

Midi Libre 25 Mars 2005 : "… Après quatorze ans de combat la justice a enfin reconnu le préjudice subi par Myriam Masse. Elle avait été condamnée à tort pour avoir dénoncé l’homme qu’elle soupçonnait de viol sur ses nièces. Une réalité, encore aggravée, et confirmée des années plus tard… « Rien ne remplacera ce que j’ai perdu, déclarait hier Myriam Masse. Cela fait partie de ma vie et je ne pourrai jamais l’oublier. Je ne peux pas tirer de satisfaction de cette décision. De toute façon, je ne me suis pas battue pour moi, mais pour mon fils et ma nièce. Ce serait plutôt un sentiment de gros échec d’en arriver là et de ne pas avoir pu empêcher le viol de mes nièces. C’est un point final judiciaire certes mais pour moi le combat ne s’arrêtera jamais. Il continue, il commence même maintenant, pour la défense des enfants, afin que cela puisse servir à d’autres, pour que ça n’arrive plus."… Myriam Masse soupçonnait, depuis 1991, l’ex-concubin de sa sœur, Antoine Rodriguez, d’abuser sexuellement de ses nièces âgées de 12 et 9 ans. Après avoir frappé à toutes les portes des organismes sociaux, des assistantes sociales comme du juge pour enfants sans jamais être écoutée, elle adresse finalement un courrier à la gendarmerie, en 1995, pour alerter à nouveau sur cesfaits. Le dossier est transmis au procureur qui classe non seulement l’affaire sans suite mais décide de poursuivre Myriam Masse pour "dénonciation mensongère". Le 8 mars 1996, elle comparaît devant le tribunal correctionnel de Perpignan qui l’a condamnée à une peine de quatre mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve et à verser 10 000 F à l’époque, au compagnon de sa sœur. Myriam Masse fait appel de cette décision mais la cour d’appel de Montpellier confirme sa première condamnation. [les magistrats concernés passeront-t-ils devant le CSM comme ceux de l'Yonne (le plus concerné n'était pas passé en CSM)?] Pourtant, un incroyable revirement se produit en mars 1999. La mère des fillettes dépose plainte contre son concubin pour le viol de ses enfants. L’instruction du dossier permet rapidement de confirmer la terrible réalité. Les deux petites filles ont été violées de 1991 à 1996 pour l’une, de 1995 à 1999 pour l’autre. Pire encore, la plus jeune des enfants de la famille vit le même supplice à compter d’août 1997. Près de six ans après que Myriam Masse a commencé à dénoncer à corps et à cris les agissements d’Antoine Rodriguez… L’homme a avoué les faits et a été condamné, le 27 mars 2002, à quinze ans de réclusion criminelle…" Ainsi donc une chaîne judiciaire assume la totale responsabilité non seulement du viol antérieur de deux enfants mais aussi permet le viol durant des années d’une autre petite fille. N’importe quel chef d’entreprise serait sanctionné pour une incurie de ce type. La systémique est-elle celle du roman de Renard ?

2001 : Finger, journaliste de la région de … Montpellier, publie un livre négationniste sur les snuff movies. 2005 : le rapport de la Mission Interministérielle de Vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, sur le satanisme, officialise, dans son paragraphe "Une escalade dans la violence", les snuff movies, l'"accès à des sites parfois pédophiles via des sites satanistes" et, "quoiqu’on en dise", les "… actes criminels (messes noires, viols, tortures et sacrifices d’animaux, voire d’humains)…"

Aujourd’hui en France 15/10/05 p 17 : " Scandale Un film porno tourné chez les pompiers La Grande-Motte (Hérault) … L’action se déroule tantôt dans une chambre de repos… et encore à l’intérieur même d’un véhicule de secours…"

Le scénario de harcèlement de la présidente de SOS Justice à Nice constitue un archétype : "… pour n’avoir voulu défendre que mes droits, ceux de mes deux enfants et ceux d’enfants violés collectivement, j’ai été :
– menacée,
– suivie et poursuivie tant à pieds qu’en voiture dans les rues de Nice,
– mise sur écoutes téléphoniques,
– privée arbitrairement d’avocat, Maître Miguel GRATTIROLA ayant fait lui-même l’objet de mesures disciplinaires par le Barreau Niçois, pour être mon avocat et celui de Karim KAMAL,
– mise en garde à vue pour "Outrage à magistrats"
– poursuivie au pénal dans 7 dossiers montés de toutes pièces à mon encontre aux motifs de :
1 – outrage à magistrats – relaxe
2 – délit de fuite, agression avec arme et dégradation volontaire – relaxe,
3 – enlèvement et non-représentation d’enfant (sur la personne de mon fils âgé de 8 ans) – 4 mois de prison avec sursis (procédure pour laquelle un mandat d’arrêt à été délivré à mon encontre et j’ai été placée sous contrôle judiciaire durant 14 mois, avec interdiction de voir mon fils et l’obligation de rendre mon passeport),
4 – détournement de bien saisis – classé sans suite,
5 – tentative d’escroquerie à l’assurance – classé sans suite
6 – abandon de famille – classé sans suite
7 – dénonciation calomnieuse – relaxe
8 – examens psychiatriques ont été ordonnés arbitrairement à mon encontre,[marqueur du totalitarisme de type soviétique]
9 – déchue de mon autorité parentale pour avoir été déclarée arbitrairement paranoïaque pour avoir dénoncé le réseau de pédophilie, donc dangereuse pour mes enfants,
10 – privée de mes enfants, ruinée et empêchée de travailler. Ma situation actuelle d’endettement étant la preuve que durant de nombreuses années je n’ai pas pu trouver un emploi digne de ce nom, d’autant plus que le nombre hallucinant de procédures que j’avais à gérer m’empêchait de travailler.
J’ai ainsi été durant une période bénéficiaire du RMI et de l’aide juridictionnelle totale, avec l’obligation d’avoir à alimenter en documents, 5 avocats différents. Bien que j’aie été victime de graves dysfonctionnements et de persécutions judiciaires, je n’ai jamais refusé de me défendre ni renoncé à défendre des familles et des enfants innocents et malgré tout victimes de crimes dirigés contre eux."
1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie
Monsieur le Juge appartient-il à la franc-maçonnerie ?
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice de la fonction de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie

Marianne 19/2/05 p 66 à 71 "L’incroyable calvaire d’un couple… niçois… Patrick et Brigitte Kaibi" présente, aujourd’hui, en France, le totalitarisme au quotidien.

Nouvel Obs 28/10/04 http://www.nouvelobs.com/dossiers/p2086/a252700.html : "… Dans le volumineux courrier que reçoit «le Nouvel Obs» chaque fois que nous publions un article traitant de la franc-maçonnerie, un nombre impressionnant de lettres et de courriels émanent de justiciables convaincus d’avoir été trahis par leurs avocats ou par leurs juges en raison de solidarités maçonniques qui leur échappent et qui englobent souvent les experts judiciaires et autres professions connexes. Lorsqu’il était grand maître du Grand Orient, Alain Bauer recevait plus d’une lettre de dénonciation par semaine. «Si la moitié ne tient pas debout, traitant de problèmes de divorce ou d’héritage, l’autre moitié nous interpelle», reconnaissait-il alors…"

Aujourd’hui en France 3/1/05 p 18 : « Le juge d’instruction de Grasse Jean-Pierre Murciano, spécialiste des affaires politico-financières, vient d’être définitivement réhabilité. Le 16 décembre, le Conseil supérieur de la magistrature a rendu un non-lieu dans l’affaire du Crédit Lyonnais, qui avait valu au magistrat d’être sanctionné par ses pairs [ce qui avait permis à de Montgolfier de tirer la sonnette d’alarme sur le roman de Renard en venant témoigner]… L’acharnement a commencé en septembre 1999, lorsque j’instruisais les dossiers du Crédit Lyonnais et de la Compagnie générale des eaux liés à l’ex-maire de Cannes… cinq ans plus tard les faits me donnent raison… DES CENTAINES DE MILLIARDS DE FRANCS ONT ETE DETOURNES … VOUS AFFIRMEZ QUE LA FRANC-MACONNERIE OCCUPE UNE PLACE PREPONDERANTE DANS LA CORRUPTION… LES AFFAIRES MOUILLOT ONT DEMONTRE QUE LES PRINCIPAUX ACTEURS DU SYSTEME APPARTENAIENT A LA MEME LOGE. EN EFFET POUR QU’IL Y AIT PACTE DE CORRUPTION, IL FAUT INCLURE DANS LE PROCESSUS les promoteurs, qui bénéficiaient d’autorisations induites, MAIS AUSSI LES FONCTIONNAIRES MUNICIPAUX AINSI QUE LES ELUS ET LES FONCTIONNAIRES D’ETAT QUI SONT LA POUR CONTROLER… Ce qui me pousse à continuer, ce sont les messages d’encouragement de certains confrères qui combattent la corruption, ainsi que les courriers de soutien de citoyens en quête d’une justice sereine et équitable… »

1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie
Monsieur le Juge appartient-il à la franc-maçonnerie ?
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice de la fonction de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie

Constitution de la France : « Aucune section du peuple ne peut s’attribuer la souveraineté nationale », surtout par un fonctionnement "en bande organisée" avec enchaînement de chausse-trappes et inversion des fonctions régaliennes. L’entrave au fonctionnement de la défense, cœur des affaires de spoliation, coeur de l’affaire des enfants belges dans l’affaire de pédocriminalité de Nice, est le marqueur d’un système totalitaire et mafieux.

Aujourd’hui en France 14/2/05 p 16 : « Les subventions aux maçons de Montpellier font des vagues… « Nous estimons que l’argent du contribuable n’a pas vocation à entretenir des activités de sociétés secrètes. Nous n’avons rien contre les francs-maçons. Mais, à l’évidence, les associations qui en dépendent ne sont pas libres d’accès au public. Pour y entrer, il faut être coopté. Les activités de ces associations sont plus cultuelles que culturelles… » fait remarquer Martine Petitout, la présidente d’ACH, qui vient de saisir le tribunal administratif de Montpellier d’une requête en annulation du vote des subventions… «Compte-tenu de l’importance des sommes accordées, cet argent public pourrait être consacré à d’autres actions pour le bien de tous», ajoute Martine Petitout… L’Agglo-Rieuse 26/1/05 p 3 : «… La franc-maçonnerie n’est pas une association culturelle ouverte au public, mais une chapelle fermée, UNE SOCIETE SECRETE… L’ARGENT PUBLIC NE SAURAIT EN AUCUN CAS FINANCER DES SOCIETES SECRETES… Ceux qui ont voté la subvention pourraient très bien avoir favorisé leurs intérêts très privés, mais couverts par le secret"… Nous nous excusons d’ailleurs auprès des Frères d’avoir provoqué une (petite) panique en annonçant que la subvention aurait été versée avant l’achèvement des travaux sur des factures d’architectes. Le lendemain de la sortie de l’Agglo-Rieuse, une salle du deuxième étage a été déménagée d’urgence et un Frère huissier est accouru pour constater que les travaux étaient en cours…"

L’Agglo-Rieuse 5/1/05 p 1 et 3 : « Les quatre vérités de Loulou Nicollin… C’est une secte, ça !…»

Site Hiram : "Le coup remonte à 1981, quand l’adjoint de Frêche aux Affaires culturelles, André Lévy – professeur de médecine et franc-maçon en vue – a l’idée de transformer en temple l’ancienne cave viticole où la mairie entrepose des décors de théâtre. Frêche donne son feu vert pour un bail de 99 ans et… une subvention de 200 000 F ! Le conseiller municipal communiste chargé des bâtiments communaux, Jean Oberti, apprend l’affaire au dernier moment : trop tard pour protester. En 1987, tout aussi discrètement, le conseil général débloque 200 000 F (de plus) et le conseil régionnal, 300 000 F. Jacques Blanc, le président de Région, alors allié au Front national, est impressionné par la "puissance de la franc-maçonnerie" et convainc le patron du groupe lépéniste, Alain Jamet, de ne pas s’opposer à la subvention. Tout de même, depuis Pétain, l’extrême droite abhorre les loges : trois irréductibles refusent de plier. Provisoirement. L’année suivante, il ne restera qu’un seul élu FN pour refuser une aide de 150 000 F à l’aménagement du temple de la GLNF, rue Adolphe Mion. Une information, habilement colportée, fait taire les chatouilleux : un membre du bureau politique du Front National, Jacques Tauran, appartient à l’obédience !"
1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie

Var :
http://www.nouvelobs.com/sup_2000/sup_sud/dossier/dossier7.html http://www.google.fr/search?q=cache:bVO-QKMwSDkJ:mccccm.free.fr/html/archives/dedd/dedd26/dedd2602.htm+Yann+Piat+L%C3%A9vy&hl=fr&ie=UTF-8 http://www.google.fr/search?hl=fr&ie=ISO-8859-1&q=Moracchini+L%E9vy+Piat&btnG=Recherche+Google&meta= http://www.google.fr/search?q=cache:oNwxD8Hq9Y8J:www.investigateur.ms/Luynesevasion.htm+Yann+Piat+L%C3%A9vy&hl=fr&ie=UTF-8

Alpes-Maritimes :
http://www.nouvelobs.com/articles/p1939/a8837.html http://216.239.51.104/search?q=cache:Ydy4-OSiqDwJ:www.humanite.fr/journal/2003-06-30/2003-06-30-374853+IGSJ+Montgolfier&hl=en&ie=UTF-8 http://www.angelfire.com/wizard2/solidaires/IGSJ.html

Midi :
http://nouvelobs.com/sup_2000/sup_sud/dossier1.html

24/2/05 Lucet France 2 Pièces à conviction Tribunal de Nice – Quand la justice dérape.
En introduction : à Nice « LA JUSTICE SE SERAIT RENDUE DANS UN SYSTEME MAFIEUX ».
1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie
Monsieur le Juge appartient-il à la franc-maçonnerie ?
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice de la fonction de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie
Me Boitel, le de Montgolfier des avocats, a rassemblé 47 « pipages de dossiers par manipulations procédurales… organisation des annulations de procédures… au service du vice… comment aussi longtemps ?… le conseil de l’ordre a mis sur cette situation un silence total… des avocats étaient excédés par les ratés de la justice niçoise… la venue de de Montgolfier a permis de diagnostiquer les méthodes… en société secrète avec serment, le secret protège le business… L’Europe a confirmé la position de l’Italie [interdiction aux magistrats d’être francs-maçons suite à l’affaire de la loge P2]… il n’y a pas besoin de se cacher dans une société secrète pour faire de la philosophie…»
1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie
Monsieur le Juge appartient-il à la franc-maçonnerie ?
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice de la fonction de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie
TOUS LES SPOLIES DE FRANCE (et en premier lieu ceux de Montpellier) DOIVENT S’ADRESSER A MAITRE BOITEL POUR NE PAS ETRE POIGNARDES DANS LE DOS PAR LEURS AVOCATS SUCCESSIFS LES TRAHISSANT A LA CHAINE, MARQUEUR NUMERO 1 DU TOTALITARISME FRANCAIS… ASSOCIATION CONTRE LA CORRUPTION DOIT FAIRE LE POINT AVEC MAITRE BOITEL SUR LA CONFIRMATION DE LA POSITION DE L’ITALIE PAR L’EUROPE POUR ELABORER UN PROJET DE REFERENDUM D’INITIATIVE POPULAIRE. 1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie (en 1905, l’église n’était pas mafieuse).
Jacqmin Syndicat de la magistrature : « Il y a des comportements inadmissibles pas forcément sanctionnés sauf s’ils portent ombrage… » Donc, le seul crime sanctionnable au sein de la justice mafieuse, c’est de porter ombrage : ce qui situe le degré d’anomie de nos dirigeants et qualifie le viol de la constitution en tournantes, en réunions et en bandes organisées.
Rousseau, professeur de droit à Montpellier et membre du CSM : « les juges ont hâte de voir de l’ordre. » Quel ordre ? Celui de Montpellier ? Celui de "l’ordre règne à Varsovie !" ?
1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie
Monsieur le Juge appartient-il à la franc-maçonnerie ?
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice de la fonction de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie
De Montgolfier : « La presse est un révélateur démocratique… La loi est une morale publique… Renard s’est très bien servi du droit mais d’une manière dévoyée… les non-lieu étaient confirmés par la chambre d’accusation… Des magistrats peuvent rester 25 ans à la même place en restant honnêtes… La Justice est un service public dû à l’ensemble des citoyens… Je suis plutôt d’un naturel combatif… les pressions ont toujours été très fines… quelques magistrats ont trouvé en quelques mois ce que 7 magistrats n’ont pas trouvé en un an [il faudra qu’ils remboursent aux contribuables français la capitation payée à ce titre]… une démocratie doit permettre de tout dire… je respecte les vrais francs-maçons pas les faux-frères… la franc-maçonnerie ferait peur ?… si on ne peut pas parler de la franc-maçonnerie dans la France de 2005… Guigou : faites attention à votre communication concernant les maçons ??? [et les Auvergnats et les marchands de beignets ?]»
1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie
Monsieur le Juge appartient-il à la franc-maçonnerie ?
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice de la fonction de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie
Maître Cardix, avocat de Renard : selon « l’IGSJ, il n’y a pas de réseaux francs-maçons qui ont pu polluer la justice niçoise. »
Lucet mentionne "Les frères invisibles" en bibliographie.
Un avocat à de Montgolfier : « Si vous partez, ceux qui restent seront tondus ! » La France est bien un pays totalitaire.
Affaire golf de Nice : de Montgolfier examine la continuité du délit de recel, Estrosi consulte, Renard a couvert [Sarkozy/Tarpeia doit veiller à la qualité de ses fréquentations d’Estrosi à Balkany en passant par Jego, sinon il tombera sur ce point].
A l’OPAM, les logement faisaient l’objet d’un péage de 20 à 30 000 francs auprès du sénateur président couvert par Renard.
Affaire laboratoire médical : un assassinat a été couvert par un réseau GLNF y compris régalien au sein de la Justice. Seul l’entêtement des enfants (comme pour la veuve Borrel et l’ADHY) a fait ressortir ce crime « en bande organisée ». De Montgolfier a confirmé le passage aux assises. Les inverseurs de fonctions régaliennes dans le cadre de cette affaire seront-ils jugés ?
Le droit ne peut couvrir l’inversion de la justice par la prescrition. Comme pour le recel, le délit doit être continu. L’Etat mafieux ne peut faire son miel de sa propre perversion.
Perben et Estrosi ont décliné leurs invitations… La combativité change de camp…
Lucet "Juste de la République" a subi des pressions : si elle a le moindre ennui façon Hondelatte, il y aura boycott de la capitation télévisuelle…

M.SARKOZY, PRENEZ VOS DISTANCES [c’est votre intérêt bien compris au titre du principe de précaution] AVEC ESTROSI (émission de Lucet, avec de Montgolfier et Me Boitel, sur le roman de Renard), JEGO (Marianne 14/6/04 p35), BALKANY (Aujourd’hui en France 4/2/05 p12), AMBIEL, CARIGNON, LUCETTE ET AUTRES CECCALDI-REYNAUD.

LES PARIS SONT OUVERTS POUR SAVOIR SI SARKOZY S’EST FAIT PIEGER ET S’IL PRENDRA LE GOLFE DE NICE DANS LES GENCIVES AVANT LES ELECTIONS.

"Noir Chirac" de Verschave p 77 : "… Tous les services officiels étaient systématiquement noyautés, reconnaît Fred Zeller, ancien Grand Maître du GO…" Constitution de la France article 3 : "Aucune section du peuple ne peut s’attribuer la souveraineté nationale…" Le président de la République est garant de la Constitution et de l’indépendance de la Justice. C’est pour quand, en commençant par Montpellier ? Pour le moment le président de la République est le garant du viol de la Constitution (articles 3, 5 et 64) au quotidien en tournante, en réunion et bande organisée. Le peuple seul souverain sanctionnera ce viol de la Constitution par référendum d’initiative populaire (promesse soigneusement non tenue par Chirac) et jugera Chirac un jour en cour d’assises (sur le modèle défini par le peuple italien par référendum d’initiative populaire). Chirac-Papon même combat.

Chirac et les ministres concernés, les Renseignements Généraux parfaitement informés des réseaux au coeur des bandes organisées, respectent-ils l’article 40 du Code Pénal ?

Françaises, Français, choisissons Eric de Montgolfier ou Christian Boitel comme Président de la République. "Tous les citoyens… sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents." La virtus au sens romain du terme.

Mail adressé à Maître Christian BOITEL, avocat à Nice : "Un grand merci pour vos interventions lors de l’émission de Lucet sur Renard. Membre du bureau d’Association Contre la Corruption, j’ai proposé à ma présidente que nous vous adressions tous les spoliés qui nous contactent et que leurs avocats trahissent à la chaîne d’union de façon sidérante pour une démocratie qui devient un pays totalitaire. Ils auront la garantie de ne pas être trahis. L’article 3 de la Constitution mentionne "Aucune section du peuple ne peut s’attribuer la souveraineté nationale." Le Président est garant de la constitution et de l’indépendance de la Justice au titre des articles 5 et 64. J’appelle d’ores et déjà sur internet à voter de Montgolfier ou Boitel pour la présidentielle de 2007. Il nous faut simplement des gens honnêtes et courageux (avec la virtus des romains de la République). Merci pour votre courage."

En mars 2004, un colloque sur la spoliation des citoyens par les réseaux occultes a réuni une cinquantaine de participants en provenance de plusieurs régions de France. Cette situation n’étant pas toujours facile à vivre, et ayant des conséquences souvent inattendues voire dramatiques, a conduit certaines personnes subissant les mêmes désagréments à se regrouper, pour mettre en commun leurs expériences, et trouver des « modes opératoires » en défense ou des solutions « positives » aux problèmes rencontrés. Il a alors été décidé par des victimes de spoliations et des militants de la lutte anti-corruption de créer un collectif. Celui-ci s’est réuni régulièrement depuis cette date. D’où la naissance du MIDEFF, Mouvement d’Information sur la Délinquance Economique et Financière en France. C’est un collectif informel, qui a pour but d’informer l’ensemble des citoyens sur les processus de spoliation, en présentant ceux-ci à partir de l’expérience acquise par les militants du groupe. Le MIDEFF a été présenté à Perben en personne grâce à un ancien des services secrets demeurant en face du plus gros temple philosophico-ésotérique de Lyon.
1905 séparation de l’église et de l’état, 2005 séparation de l’état et de la franc-maçonnerie
Monsieur le Juge appartient-il à la franc-maçonnerie ?
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice de la fonction de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie

Hallier « Les puissances du mal » p 192-193 : Article L731-1 du Code de l’Organisation judiciaire… la récusation d’un juge peut être demandée… s’il existe un lien de subordination [le serment maçonnique ?] entre le juge… et l’une des parties… s’il y a amitié [la solidarité maçonnique ?]… notoire [d’où la nécessité impérative de lever le secret maçonnique, mais la répétition crée la suspicion légitime cf le roman de Renard et ses appuis hiérarchiques francs-maçons décryptés par Coignard] entre le juge et l’une des parties…
La demande de renvoi pour suspicion légitime est une demande de dessaisissement d’une Chambre de la juridiction saisie lorsqu’une des parties fait valoir que les magistrats qui la composent pris collectivement et non individuellement , font preuve , ou risquent de faire preuve d’inimitié , ou d’ animosité à son égard .(articles 356 et suivants du Nouveau Code de Procédure civile)(source Legitravail sur Google.com)
L’article 668 du Code de Procédure Pénale dit que tout juge peut être récusé s’il y a entre lui et l’une des parties « toutes manifestations assez graves pour faire suspecter son impartialité ».

MODELE DE RECUSATION

Lettre recommandée avec A.R
AFFAIRE ……………………….
Le …/…/…….
Monsieur le Procureur de la République

Notre association tient à manifester le plus grand respect de la justice, des juges français et des textes de droit français et internationaux en vigueur, qui assurent le respect d’une justice impartiale. Cela dit, dans l’affaire en référence, au-delà des points de droit proprement dits, et information prise, est évidente une intervention de la franc-maçonnerie. Aussi, ai-je l’honneur de vous demander de diligenter une enquête sur les interventions d’affiliés à la franc-maçonnerie dans cette affaire Cette demande est fondée tant sur :
– l’article 7 du Traité d’Amsterdam incorporant dans les principes fondamentaux de l’Union Européenne la Convention Européenne des Droits de l’Homme, en particulier la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 2 août 2001, arrêt N.F / Italie, N° 00037119/97, rappelant que " Le 14 juillet 1993, le Conseil Supérieur de la Magistrature a adopté une autre directive par laquelle il a affirmé l’incompatibilité de l’exercice des fonctions de magistrat avec l’appartenance à la maçonnerie." ;
– la jurisprudence de la Cour de Justice des Communautés Européennes (décisions de 1969, 1970 et 1974 de la CJCE, arrêts concernant les jurisprudences des Cours constitutionnelles allemandes et italiennes), sur la protection des droits des citoyens vivant dans l’Union en application de la " théorie du standard maximum qui aboutit à conférer aux ressortissants communautaires les garanties dont disposent ceux de l’Etat le plus libéral " (Jean Morange, Professeur à la Faculté de Droit de Limoges " Que Sais-je ", 4ème édition, page 113).

Etant chargé d’une mission de service public et de défendre la société de qui vous tenez vos fonctions, il est de votre devoir d’œuvrer dans ce sens pour la protection des citoyens et de l’ordre public. C’est donc dans ce cadre que, chargé en tant que Président de notre association de la défense des intérêts de nos adhérents, et en application de l’article 15 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 sur le droit à demander compte à tout agent public de son administration, en particulier sur le fait de ne pas être " privé de garanties légales des exigences de caractère constitutionnel " (Décision du Conseil Constitutionnel N° 86-210 DC du 29 juillet 1986 et de la loi N° 78-753 du 17 Juillet 1978, complétée par la Loi N° 80-538 du 16 Juillet 1980 (CADA), dont l’interprétation doit être faite au moyen des textes et jurisprudences internationaux cités ci-dessus, je vous fais la présente demande d’intervention et d’enquête et de me tenir informé dans les meilleurs délais et avec la plus grande précision possible de l’avancement de votre enquête compte tenu de la menace qui pèse sur les citoyens que je représente et des textes constitutionnels en vigueur.

Je vous prie de croire à l’expression de mes respectueux sentiments.

A trouver sur
http://sos-justice.us/sos.htm?menus/index02.html
Plan du site
clic sur Modèles d’actes
clic sur Monsieur le juge est-il franc-maçon ?

Les enfants du magistrat Roche assassiné dans le contexte de l’affaire Alègre mettent enfin à jour le système Alègre, Dutroux, Fourniret, disparues de l’Yonne : des meutres satanistes rituels de pouvoir déjà décrits il y a des années par Françoise Chandernagor dans "L’Archange de Vienne" :
http://www.affaireroche.com
http://galeon.com/affaireroche/defensedetaperca/resume.htm
http://www.lesogres.org/article.php3?id_article=719
http://www.lesogres.org/article.php3?id_article=503
http://www.lesogres.org/article.php3?id_article=534
http://www.pierrepanet.com/roche.htm



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.