Outreau – Rappel du lien avec le satanisme : les arrachages de têtes sur les cadavres dans les livres de Serge GARDE-Cherif DELAY et Gilbert ABAS.


http://sites.google.com/site/bernardreynaudbeynost/glossaire-systemique-de-la-france

http://beynost.blogspot.com/2009/11/temoignage-pour-ledification-de-la.html

Publicités

« We have continually been preserved, almost effortless. » William & Sharon SCHNOEBELEN « Lucifer dethroned » page 38.

 


« … For the « Magister » (or Master) level of Satanist, Satan is presented as the rightful god of the universe, who draws power from suffering, perversion and death… The highest sacrament for these people is the destruction of the innocent. At this level, rites of pain and perversion are believed necessary to help open the « door » to bring on manifestation Satan’s kingdom on the earth… The final level for the Satanist is where the members are usually demon-possessed to their toe-nails… Sex with demons and human sacrifice is a necessity… they will « reign » in hell and will never suffer… They think that they are gods and goddesses themselves AND HAVE THE RIGHT TO DETERMINE WHO LIVES OR DIE… you can kill, destroy, steal and rape all you want because you make the rules… They have probably seen enough of human sacrifices to know the range of horrid things which Satan and his human slaves could do to them… These people believe that they are « salvation-proof ». That is partially why this book was written… » William & Sharon SCHNOEBELEN « Lucifer dethroned » pages 35-38.


http://sites.google.com/site/bernardreynaudbeynost/glossaire-systemique-de-la-france

http://beynost.blogspot.com/2009/11/temoignage-pour-ledification-de-la.html


« The COS is this country’s first tax-exempt satanic church. » William & Sharon SCHNOEBELEN « Lucifer dethroned », page 33. Vous avez bien dit COS ?


http://sites.google.com/site/bernardreynaudbeynost/glossaire-systemique-de-la-france

http://beynost.blogspot.com/2009/11/temoignage-pour-ledification-de-la.html


Beynost – Achat de la ferme DELORME, conseil municipal du 27 septembre 2012 : une occasion exceptionnelle de permettre aux générations Guerre d’Algérie et Baby Boom de vivre et mourir au pays en ayant la chance unique de se voir assurer un cheminement doux et une occasion exceptionnelle pour tous d’aborder ce challenge avec délicatesse et de façon globalement cohérente.

Jean-Maurice DABOVAL a opéré une intervention remarquable posant de bonnes questions, sans être a priori opposé au projet :

– réfléchir avant de décider.

– capacité d’investissement de la commune.

– décision prématurée.

Il demande un vote à bulletin secret qui obtient l’aval du conseil municipal et permet de donner plus de neutralité au débat et au vote. Il demande une estimation d’un expert des Tribunaux pour le prix.

Pour Bernard PELANDRE, il n’y a aucun risque. Pour Michel NICOD, il n’y a aucun lieu du même type dans Beynost et il faut absolument éviter les ratés du passage de l’Espérance et du milieu de la rue du Prieuré. Il n’y a pas autre chose à présenter aux générations futures par rapport à nos racines.  Pour Michel NICOD, il faut préserver le patrimoine historique. Dont acte, il sera difficile de refaire un volte-face du type du LET+frères DEVAUX après une prise de position aussi définitive.

Pour Jean-Maurice DABOVAL, ce n’est pas le rôle de la commune d’acquérir du patrimoine [en précisant, en référence à René MECHIN, on pourrait dire : de fonctionner en marchand de biens].

Je suis intervenu en complétant ainsi :

– après avoir bassiné le conseil municipal pendant 4 ans en faveur de la protection des auvents à colonnes des anciennes fermes et maisons rurales, je ne peux qu’être pour la protection du plus bel ensemble de la Côtière des Dombes,  avec celui qui est en-dessous du lavoir du haut de St Maurice de Beynost.

– il aurait fallu préciser le contexte financier par substitution dans la liste limitative des investissements du mandat fixée par Price Waterhouse Coopers (audit financier demandé par mes soins et aimablement accepté et mis en oeuvre par Jean-Maurice DABOVAL).

– il aurait fallu, pour ce faire,  élaborer une fiche de projet basique avec achat foncier, coûts standards de travaux et honoraires, à affiner en entonnoir : faut-il tabler sur 3 M €,  à maîtriser avec un excellent programme [après 12 ans comme programmiste d’équipements publics et de foyers à l’Etablissement Public d’Aménagement de la Ville Nouvelle de St Quentin en Yvelines et au CREPAH, bureau d’études de l’Union Nationale des Fédérations d’Organismes HLM, je peux assurer que je sais ce que ça signifie !] une excellente maîtrise d’oeuvre  ? [En fait, il faut définir un coût d’objectif non négociable et au forfait.]

– j’ai esseyé de calculer les éléments de l’opération à partir de la fiche cadastrale (comme pour le terrain ROMAND en cours de conseil municipal, en l’occurrence j’étais tombé juste !) et à partir des standards nationaux de dépendance : 16-20 logements correspondent, semble-t-il,  aux besoins de Beynost et permettent de satisfaire les besoins des anciens  (à voir les parents âgés des nouveaux arrivants volontaires sans contrainte : il est toujours délicat de couper une personne âgée de son environnement antérieur).

– j’ai réalisé en tant que Directeur d’HLM des opérations de ce type, en particulier les Anciennes prisons de Forcalquier, en bien plus mauvais état suite aux dégâts des infiltrations d’eau. La ferme DELORME paraît très saine.

A bulletins secrets, l’achat est approuvé (avec les pouvoirs divers) par 16 voix pour, 8 abstentions et 1 voix contre.

Michel NICOD conclut : « Je vous remercie pour Beynost. »

Un scénario de volte-face de type  « Y a plus un sou, il faut vendre à la hussarde ! » paraît donc vraiment, vraiment, vraiment, difficile à mettre en oeuvre.

En fin de séance Michel NICOD accepte, suite à mon questionnement, de positionner l’investissement ferme DELORME et Etablissement Français du Sang par rapport à l’audit financier de Price Waterhouse Coopers : « Je suis d’accord pour qu’on regarde les choses. ».


La Côtière de Beynost est-elle maudite ? Après la Montée Neuve rendue inaccessible… après travaux, les bassins de rétention réalisés après l’orage ravageur de 1995 se révèlent comme ayant des exutoires mal calibrés (trop larges lors du dernier orage ravageur récent) ! Beynost est-il un attracteur étrange de bureaux d’études de type Gaston La Gaffe ?


Un grand merci à Sergio MANCINI pour la mise en place du radar pédagogique dans Beynost.