Bon, une douzaine de riverains de la rue des Baronnières qui ne se laissent pas faire, une douzaine d’autorités qui savent très bien qu’elles ont toutes été saisies (alors que l’une d’entre elles, selon Philippe FOURMOND, adjoint à l’urbanisme à l’époque de GARNIER, a validé le refus par la municipalité du PC d’une pépinière de 4-5 ateliers vers 2006 pour dangerosité de la sortie dans le tournant : la question étant, la dangerosité est-elle passée à la trappe d’un coup de baguette magique dans le cadre d’une entente en réseau ?) et la presse qui relaye [qui relaye aussi l’intox comme quoi je serais à l’origine d’un retard, ce qui pourrait poser les fondations d’un joli réseau de spoliation en bande organisée franc-maçonne à cheval sur les fonctions régaliennes, ceci d’autant plus que le journaliste a été témoin des menaces de Michel NICOD en conseil municipal, Michel NICOD ayant de lui-même évoqué le recours au TA de Bernard REYNAUD, et, celui-ci ayant mentionné que le recours n’est pas suspensif des travaux, Michel NICOD a alors mentionné : « Monsieur REYNAUD, vous gérez votre risque ! » Quel risque ? Michel NICOD, maire de Beynost, qui a déclaré en conseil municipal à Christian BARDIN, auteur des compte-rendus « Soyons de bons maçons et surtout soyons de bons architectes. », connaît-il par avance le résultat des courses ? (1) Le « chantier » en cours va-t-il finir comme l’Etoile ? ]. Rappel : quand on fonctionne comme la Biélorussie, on se récolte une révolution orange. Que ça soit par l’élection ou que ce soit par la voie associative, natif de Beynost et avec des ancêtres forgerons à Beynost en 1648, je défendrai mon village natal bien aimé contre les désolateurs, jusqu’à ma mort. La France ne peut fonctionner comme la Chine, la Russie de POUTINE, l’Ukraine ou la Biélorussie.

http://gw.geneanet.org/breynaud3_f?lang=fr&pz=bernard+claude+antoine+geographe+et+cpa+lyon+directeur+d+hlm+et+de+sem+en+retraite+passionne+de+geologie+tectonique&nz=reynaud&ocz=0&m=A&p=andreanne+en+notre+tombe+la+plus+ancienne+au+cimetiere+de+beynost&n=grison&sosab=10&color=&t=T&marriage=on&image=on&v=11

(1) réponse dans le dossier transmis au Tribunal administratif :

A l’inverse de Monsieur Reynaud et des riverains du permis, Dynacité n’a aucun préjudice :

1°) le recours est non suspensif des travaux.

2°) aucun arrêt des travaux n’a été demandé.

3°) un PC modificatif aurait du être déposé très vite portant sur la voie communale.(2)

4°) aucune demande financière n’a effleuré l’esprit de l’auteur du recours .

5°) Dynacité pouvait demander un permis modificatif dès le 6 juin 2013, date de l’envoi du recours par B.Reynaud à Dynacité et à la mairie de Beynost, entre 2 opérations des coronaires. B.Reynaud, lui, n’a disposé que de 20 jours pour répondre en octobre 2013.

6°) Dynacité est bloqué depuis des années par le recours contre le PLU, procédant de proches du maire qui n’ont pas mis fin à leur recours en 2008, de même que la municipalité actuelle n’a pas renoncé à l’extension du cimetière, origine d’une annulation légitime.

7°) Dynacité est soumis à une injonction paradoxale par les élus de la majorité municipale (cf Pièce jointe n°12 du recours initial), tout en mentionnant les plans d’OAP dans son permis (PJ n°11 du recours initial).

8°) sur la base des PJ n°12 et 16, Dynacité était parfaitement au courant de la problématique.

9°) il est imprudent de passer un appel d’offres avant validation du permis de construire.

10°) aucune garantie d’emprunt n’a été demandée à Beynost.

11°) curieusement, aucune des 3 opérations de logement social de Beynost ne sort avant les élections : avons-nous affaire à un « chantier »?

On peut ajouter que le coût de l’opération à près de 3000€/m2 est hors normes, proche de Confluence à Lyon, pour un prix de terrain de seulement environ 400 000€ (sans bail emphytéotique) pour 27 logements. Où est le bug ?

(2) encore plus vite dès le 18/7/13 en référence à l’ordonnance DUFLOT qui prescrit des PC rectificatifs à la hussarde et en sachant que seule est concernée la voie communale  qui peut très bien comporter un mail planté piétons-cyclistes de 4m de large et une voie roulante pour véhicules de 6 mètres, 5, 5 mètres ou 5 mètres selon le trottoir que l’on souhaite maintenir à l’est ET EN SACHANT QUE DANS L’ETAT ACTUEL DU PROJET LES 27 FAMILLES LOCATAIRES HLM DEBOUCHENT SUR UN COUPE-GORGE LETAL RUE DES BARRONNIERES, AVEC MISE EN DANGER DE LA VIE D’AUTRUI ET EN TOUT PREMIER LIEU DES RIVERAINS DE LA RUE DES BARRONNIERES DEJA GRAVEMENT TOUCHES EN 2002 (cf le PC refusé antérieurement par la municipalité GARNIER, en accord avec la DDE, contre une pépinière d’entreprises ! source Philippe FOURMOND le 1/11/13) !               

Sur la dérive totalitaire maçonnique de la Justice, en violation des articles 2 et 3 de la Constitution et XVI de la Déclaration des droits de l’homme, voir la synthèse du Point du 1/2/11 sur internet  « Les francs-maçons des justiciables pas comme les autres. Quand l’appartenance maçonnique pèse dans la balance » avec l’exemple du procès lié au conflit interne à la GLNF  « Chaque camp espère tomber sur des juges compréhensifs, et reconnaît donc de façon implicite l’influence fraternelle dans les prétoires. Les frères avocats sont nombreux aussi. » :
http://www.lepoint.fr/politique/les-francs-macons-des-justiciables-pas-comme-les-autres-01-02-2011-130548_20.php

« … Récemment, une sorte d’expérience de laboratoire a eu lieu au tribunal de Paris. Des francs-maçons attaquent d’autres francs-maçons, tous de la même obédience. C’est, depuis un an, la panique à la GLNF, deuxième obédience du pays derrière le GO. Des frères sont entrés en dissidence et remettent en question la légitimité du grand maître, François Stifani, qui, selon eux, outrepasse son pouvoir. Pour régler le contentieux, il a fallu, horresco referens, faire appel à la « justice profane ». Chaque camp espère tomber sur des juges compréhensifs, et reconnaît donc de façon implicite l’influence fraternelle dans les prétoires. Les frères avocats sont nombreux aussi… »

Le chapitre 9 « Détournements de justice » de la somme « Les frères invisibles » de Ghislaine OTTENHEIMER et Renaud LECADRE, Pocket,  pages 248-275, est entièrement consacré au faisandage de la « Justice » par la franc-maçonnerie, d’un bout à l’autre de la France.

France Totalitaire : « Les frères invisibles » de Ghislaine OTTENHEIMER et Renaud LECADRE, Pocket 1°) page 40 : « … « Un frère s’arrangera toujours avec son avocat pour que son affaire soit jugée le jour où l’audience est présidée par un frangin compréhensif », témoigne un membre de la GLF… », 2°) page 273 : « … Les avocats… Cette profession bat… tous les records en matière d’engagement maçonnique… parfois pour le pire. Combien de clients, lâchés la veille d’une audience ou non prévenus de sa date, ont eu un jour le sentiment que leur avocat défendait une autre cause cachée ?… » Les bâtonniers et l’Odre sont-ils noyautés ?

Tout cela définit un « Etat Totalement Totalitaire » violeur des articles 2, 3 et 64 de la Constitution et 2, 6, 10, 12 et 16 de la Déclaration des droits de l’homme son préambule, des articles 7, 8, 9, 10, 11, 12, 17, 19, 20, 21, 25, 26, de la Déclaration universelle des droits de l’homme, du principe de laïcité (1), de l’article 432-4 du Code Pénal… et l’article 40 du CPP, l’article de loi le plus violé de France !

Rappel d’archétypes de spoliations maçonniques en bande organisée :
Le Journal de la Côtière n°378 du 20 au 26 février 2003 :
– page 1 : « Jugement non appliqué. Une habitante demande justice… Vivant depuis deux ans avec le Revenu Minimum d’Insertion dans une maison sans chauffage qui est mise aux enchères, une habitante de La Boisse demande qu’un jugement du tribunal de Bourg-en Bresse lui octroyant une rente mensuelle de 1500 euros soit appliqué. Une affaire douloureuse qui met le doigt sur les dysfonctionnements de l’appareil judiciaire et sur une éventuelle dérive franc maçonnique… »,
– page 2 : « … la décision de justice n’a jamais été appliquée malgré de TRES NOMBREUSES LETTRES ECRITES AUX MAGISTRATS ET AUX HOMMES POLITIQUES… le plus hallucinant reste tout de même les multiples dysfonctionnements de l’institution judiciaire… des procès-verbaux ont disparu… », des pièces à Bourg-en-Bresse comme à Grenoble [marqueur répétitif et maintenant bien connu « disparition de documents »], « … un dossier de 229 pages qu’elle envoie en recommandé avec accusé de réception… au tribunal administratif de Lyon (TA) et au ministère de la justice. Bizarrement ce dossier a disparu aussi bien au TA qu’au ministère… Un réseau franc-maçon ?… Son seul revenu est le revenu minimum d’insertion (RMI). Bien loin des 10 000 francs mensuels et du capital de 600 000 francs que la justice lui a attribué par jugement… »
AGGLO-RIEUSE 1 et8/9/04 : « Depuis 10 ans la saga judiciaire X défraye les prétoires. Cette vieille famille montpelliéraine piégée dans un projet immobilier qui les a mis sur la paille ne s’avoue pas vaincue. En octobre dernier le juge Y met en examen la puissante société Z… Les chefs d’accusation sont « FAUX, USAGE DE FAUX ET ESCROQUERIE ». MAIS COMME PAR HASARD, LA CHANCE OU LES RESEAUX D’INFLUENCE PARALYSENT LA MACHINE JUDICIAIRE MONTPELLERAINE La famille X engage comme architecte W… détail qui tue W a caché qu’il n’est pas inscrit à l’ordre des architectes. EN 2003, LE PROCUREUR DE MONTPELLIER RELEVE A SON ENCONTRE « DES PRESOMPTIONS GRAVES DE FAUX EN ECRITURES, D’USAGE DE FAUX ET D’ESCROQUERIE » LE SUPPOSE HOMME DE L’ART CONSEILLE LES X POUR LE CHOIX DE L’ENTREPRISE… CE SERA LA SOCIETE Z, une filiale de la monumentale société V. LES DEUX DIRIGEANTS DE LA SOCIETE Z SONT DANS LE COLLIMATEUR DE LA JUSTICE, AINSI QUE T qui dirige la société V… Tous ces notables sont bien entendu présumés innocents…LA SOCIETE V DEMARRE LES TRAVAUX EN 1992… POURTANT, UNE CLAUSE STIPULE QUE L’ENTREPRENEUR NE PEUT COMMENCER LE CHANTIER AVANT QUE LE FINANCEMENT DES BANQUES SOIT EFFECTIF… IL A ETE AJOUTE A LA MAIN AU STYLO SUR LE CONTRAT QUE « LA MISE EN PLACE DU CREDIT D’ACCOMPAGNEMENT DEVRA SE FAIRE AVANT FIN 92 » LES X NE PARAPHENT PAS LE RAJOUT ; SEULE LA SIGNATURE DE LA FILIALE DE LA SOCIETE V FIGURE SUR LE DOCUMENT… LA SOCIETE V… EXIGEANT… LE PAIEMENT IMMEDIAT… LES X SONT ACCULES A LA RUINE. « MON PERE EST MORT DE CHAGRIN ET MOI, J’AI FAILLI ME FOUTRE EN L’AIR… »… LEURS DEUX VILLAS D’HABITATION SONT SAISIES, UNE AUTRE EST LA PROIE DES FLAMMES. ELLE ABRITAIT LES PIECES COMPTABLES DE L’OPERATION. BIZARRE… LE FAMEUX TERRAIN EVALUE A 15 MILLIONS DE FRANCS EN 1990 EST BRADE EN 1996 POUR 10 FOIS MOINS A LA SOCIETE T, UNE DROLE D’ENTREPRISE DANS LE COLLIMATEUR DE LA JUSTICE… SELON LE MIDI LIBRE DE L’EPOQUE, LA PROCEDURE EST TROUBLANTE : « LE TRIBUNAL DE COMMERCE PRESIDE ALORS PAR S ACCORDE UN PLAN DE CONTINUATION DANS DES CONDITIONS INESPEREES. L’ENTREPRISE A UN DELAI DE 16 ANS POUR REMBOURSER SES DETTES »… LA SOCIETE T OBTIENT DE LA MAIRIE DE MONTPELLIER UN PERMIS DE CONSTRUIRE POUR LE MOINS SURPRENANT… DES EVENEMENTS SEMBLANT DECLENCHES PAR DES FORCES OCCULTES REVIENNENT REGULIEREMENT. SANS TOMBER DANS LA PARANOIA, ON POURRAIT DECRYPTER CERTAINS ASPECTS DE CETTE AFFAIRE EN Y VOYANT L’INFLUENCE DE RESEAUX FRANCS-MACONS QUI NE FONT PAS QUE REFLECHIR A LA PENSEE PHILOSOPHIQUE. SI L’ON SE REFERE A L’OUVRAGE DU JOURNALISTE JACQUES MOLENAT «LE MARIGOT DES POUVOIRS», LES BONNES FEES DE LA SOCIETE T PORTENT L’HABIT DU CLUB DES R, LE CERCLE MACONNIQUE LE PLUS INFLUENT DE MONTPELLIER… CELUI PAR QUI CHAQUE FIL DE L’AFFAIRE ABOUTIT S’APPELLE Q… IL REALISE LE GRAND SCHELEM… « ON SE CROIRAIT DANS UN PAYS DU TIERS MONDE EN CE QUI CONCERNE LA JUSTICE ». [Dumas a évoqué sans problème les sections spéciales : ils doivent encore en rire en chargeant les canons lors des agapes] L’HOMME… SAIT DE QUOI IL PARLE. LE JUGE… QUI INSTRUISAIT… VIENT DE PARTIR… SOUHAITONS QUE SON SUCCESSEUR MONTRE… QUE MONTPELLIER N’EST PAS L’AFRIQUE ET ENCORE MOINS UNE REPUBLIQUE BANANIERE. » 
AGGLO-RIEUSE 6/4/05 p 1-2 : « LE PLUS JEUNE FRANC-MACON DE FRANCE POURSUIT SON PERE EN JUSTICE. CET HERAULTAIS DE 23 ANS RECLAME 18 MILLIONS D’EUROS A SON PERE… JEAN-FRANCOIS C…. BRILLANTES ETUDES A SUP DE CO, OFFICIER DANS L’ARMEE… PRECOCE CHEF D’ENTREPRISE… LE 28 JUIN 2003 IL ‘RECOIT LA LUMIERE »… IL Y AVAIT UNE TRENTAINE DE FRERES ET L’UN D’EUX M’A INTERPELLE EN DISANT « C’EST UNE HONTE D’ATTAQUER SON PERE EN JUSTICE » RACONTE JEAN-FRANCOIS… »… J’AI MIS UNE BAFFE A MON ACCUSATEUR ET JE SUIS SORTI »… COMME LE DEPLORE A MI-VOIX LE JEUNE HOMME « IL Y A DES POROSITES ENTRE UNE FRACTION DU MILIEU JUDICIAIRE ET LES FRERES » [C’EST DONC OFFICIEL DE SOURCE  MACONNIQUE, M.PERBEN : ALLEZ-VOUS SANCTIONNER LES RENARD LOCAUX OU ATTENDREZ-VOUS UNE FOIS DE PLUS D’Y ETRE CONTRAINT PAR LES EVENEMENTS ?] … MON PERE AVAIT 90% ET MOI 10%… J’APPRENDS QUE J’AURAI CEDE TOUTES MES PARTS… ON A IMITE SA SIGNATURE [MEME SCENARIO DANS L’AIN POUR UN MAIRE CORROMPU QUI DONNE DES PARTS DE SA FEMME A SA MAITRESSE EN IMITANT LA SIGNATURE ET QUI FINIRA… A MONTPELLIER!]. IL PORTE PLAINTE POUR FAUX ET USAGE DE FAUX A L’ENCONTRE DE SON PERE ET DE SA NOUVELLE COMPAGNE A QUI BENEFICIE CETTE CESSION… LE PERE QUI EST RICHISSIME POSSEDE UNE GRANDE PARTIE D’UNE ZONE D’ACTIVITE HERAULTAISE… LE PAPA DE JEAN-FRANCOIS SERAIT UN ANCIEN DE LA CELEBRE LOGE P2… » 

« Arrêtons le jeu de massacre » de Loisel et Bourlet (ouvrage remis à tous les députés) p 206-208 : « L’affaire Cotsaftis. Une belle propriété de famille fait l’objet de convoitises de professionnels du droit, qui mettent au point un savant mécanisme juridique, dont l’objectif final non avoué, est de s’accaparer ce bien à vil prix. L’accaparement du bien d’autrui par des professionnels avertis est au cœur du sujet. De plus en plus, dans notre société, des personnes non averties peuvent être confrontées à une telle démarche et se retrouver du jour au lendemain, en position de victimes d’un système dont elles ne soupçonnaient pas l’existence… Le récit de l’histoire vécue par ces personnes s’inscrit en fait dans une démarche de spoliation.

Monsieur Cotsaftis a hérité, dans les années 80 d’une grande maison, située dans le quartier historique d’une ville universitaire du Sud de la France. Cette maison, transmise de père en fils, appartenait depuis près d’un siècle à sa famille « honorablement connue sur la place, le grand-père et le père de monsieur Cotsafis y ayant établi leur cabinet médical, tout en y exerçant une fonction de consul de leur pays d’origine, la Grèce ». A la suite de sa mutation de Paris vers sa ville natale et après plusieurs années de travaux de remise en état de sa maison « financés par plusieurs prêts », il s’installe avec sa famille dans cette demeure, qui devient leur résidence principale.

Quelques années après, les travaux étant quasiment terminés, son épouse crée dans la partie non occupée par eux, une entreprise offrant à ses clients de multiples activités : centre culturel et de remise en forme, activité de conseil en entreprise et restauration, permettant l’organisation d’ateliers, de séminaires, d’expositions et de spectacles…

Avec cette entreprise, aux activités en plein essort, les Cotsaftis n’imaginent alors pas l’importance du risque qui va planer sur leur résidence, en cas de difficultés économiques. En effet, grâce aux disciplines mises en œuvre, de nombreux clients ou visiteurs vont bénéficier des activités dispensées, mais aussi admirer les caractéristiques exceptionnelles de cette belle maison. Et « certains » seront désormais à l’affût de la moindre faiblesse pour assouvir leurs convoitises… Parmi eux, on retiendra la présence de personnages avertis dans l’inivers du droit qui, par le biais de subtiles et habiles manœuvres, finiront par acquérir cet immeuble à vil prix, au moment opportun.

Et tel a été le cas, lorsque M.Cotsaftis s’est retrouvé brutalement « licencié économique », après trente années de bons et loyaux services. Les époux Cotsaftis disposaient pourtant à ce moment-là d’un patrimoine, fruit de plusieurs vies de travail, qui aurait alors dû leur permettre de sortir de cette situation difficile.

Mais, lorsque M.Cotsaftis fait l’objet dudit licenciement, les compagnies d’assurances qui avaient pourtant couvert les prêts bancaires ASSORTIS D’UNE ASSURANCE PERTE D’EMPLOI (associés à ces investissements) ne respecteront pas les contrats signés. Il en résulterat une évidente difficulté économique au sein de la famille, dont les revenus ne permettent plus d’honorer les échéances desdits prêts, difficulté qui sera le point de départ des problèmes qu’ils vont rencontrer, malgré le succès croissant du centre pluridisciplinaire.

Les murs de la maison seront donc vendus à vil prix, aux enchères publiques « par le biais d’une société écran », à des personnages peu scrupuleux, juristes confirmés, rôdés aux pratiques d’acquisition de biens de personnes en difficulté, qui iront jusqu’à détruire brutalement l’instrument économique dudit centre pluridisciplinaire, sans procédure préalable et ce, malgré le bail existant.

En parallèle, ils obtiendront successivement des tribunaux locaux, l’extension de la liquidation judiciaire de monsieur Cotsaftis à son épouse (alors qu’ils étaient mariés sous le régime de la séparation de biens) et à la société locataire des lieux (propriétaire du fonds de commerce préalablement détruit), puis l’autorisation d’expulser les Cotsaftis et leurs enfants de leur maison de famille, malgré les procédures civiles et pénales en cours d’instruction dénonçant ces faits. En conséquence, la famille Cotsaftis se retrouvera alors « à la rue et sans travail » avec des créances pour la plupart indues ou gonflées dans des proportions anormales, ce qu’ils ont également dénoncé, sans suite !

Dans cette affaire, comme dans beaucoup d’autres, certes un peu difficile à résumer, parce que parsemée d’embûches, il faut s’interroger sur le rôle de certains personnages soit disant conseil plus préoccupés de faire « de bonnes affaires », que d’assurer sérieusement la défense de ceux qui viennent les solliciter… Moralité de cette affaire, sur fond de décisions de juridiction économique, nous observons que les juridictions et les victimes ont été manipulées. Elles n’ont pas su ou pu découvrir « les manœuvres astucieuses » mises au point par certains professionnels du droit, ce qui a conduit ces justiciables, après une longue vie de travail et de réussite professionnelle, à quelques années de la retraite, vers un véritable cauchemar [les manœuvres dolosives constituent un bénéfice psychologique secondaire : les affaires Dutroux, disparues de l’Yonne et Alègre ont montré le lien corruption échangisme SM pédocriminalité serial-killers].

Dans ce contexte, les Cotsaftis vont tenter de récupérer ce dont ils ont été dépossédés. Mais ils sont CONFRONTES A UNE VRAIE BANDE ORGANISEE, ce qui les contraint aujourd’hui à subir de multiples procédures judiciaires qui n’en finissent pas et dont ils doivent assumer le coût élevé [localement leur cas n’est pas unique].

DANS CETTE AFFAIRE, COMME DANS TANT D’AUTRES, ON PEUT SE POSER LA QUESTION DE SAVOIR COMMENT DANS NOTRE SOCIETE DE PLUS EN PLUS « JUDICIARISEE », DES PERSONNAGES INFLUENTS, PROFESSIONNELS AVERTIS DU DROIT, PEUVENT REGNER DURABLEMENT EN « MAITRES » AU COEUR DES JURIDICTIONS, GRACE A LA MAITRISE DES PROCEDURES, APPAREMMENT SANS AUCUN CONTROLE, NI RAPPEL A L’ORDRE, AFIN DE S’ACCAPARER « PAR DES PROCEDES SUBTILS » ET TOUJOURS DANS DE TRES BONNE CONDITIONS, LE BIEN D’AUTRUI. Et comme le dit madame Cotsaftis : des affaires comme la nôtres « une famille ruinée et dépossédée de ses biens, une entreprise détruite et liquidée sans raison » il y en a beaucoup en France.

Il est donc important dans l’intérêt de tous, de dénoncer ces différentes affaires afin… de trouver des solutions, qui permettront un jour aux victimes spoliées de retrouver leurs biens et leur honneur. »

Le livre de Fontenelle « La baie des affaires. Enquête sur les dysfonctionnements de la justice a Nice. » a un dernier chapitre stupéfiant que toutes les françaises et tous les français devraient lire pour s’informer sur l’état de la justice : « …les dysfonctionnements de la justice à Nice ne sont pas une vue de l’esprit d’Eric de Montgolfier, contrairement à ce que semble penser l’Inspection générale des services judiciaires… Le juge Renard confie le dossier [« suicide Vito »] à la juge d’instruction Anne Vella[Point 12/1/01 p59 : Anne Vela, juge d’instruction… a joué la transparence et révélé sa propre appartenance à la franc-maçonnerie… »]…Le parquet de Nice requiert… la mise en examen et le placement sous mandat de dépôt… la juge d’instruction rend une ordonnance de refus de plus ample informer… le chambre d’accusation… présidée par Yves le Bourdon [défenseur de Renard au CSM] … confie le dossier Vito à… Jean-Paul Renard… La cour d’appel, en revanche, ne s’interroge pas – mais ce n’est pas sa vocation – sur les raisons pour lesquelles Anne Vella ne s’est pas livrée à ces vérifications les plus élémentaires… Et pourtant, le 23 janvier 2001, le juge Renard, comme avant lui Anne Vella, renvoie le docteur C. devant le tribunal correctionnel… les juges de la cinquième chambre constatent que « les faits déférés au tribunal correctionnel sous la qualification de délit sont de nature à entraîner une peine criminelle », et se déclarent incompétents… Les avocats de Cédric Vito… ont mis le doigt sur UN ASPECT ASSEZ TROUBLANT DE CE DOSSIER : ILS ONT DECOUVERT QUE PLUSIEURS DE SES PROTAGONISTES ETAIENT FRANCS-MACONS A LA GLNF…»
« La vendetta française » Coignard p 96 : « … COUR D’APPEL D’AIX-EN-PROVENCE. CETTE COUR, CONNUE POUR ABRITER DES FRANCS-MACONS DE HAUT RANG, DONT ON NE PEUT ECRIRE LES NOMS SOUS PEINE D’INTERMINABLES ET COUTEUX PROCES… La piste des représailles fraternelles [contre de Montgolfier] est d’autant plus crédible que L’INSPECTION GENERALE DES SERVICES JUDICIAIRES ELLE-MEME COMPTE JUSQU’AU PLUS HAUT NIVEAU DE NOMBREUX FRANCS-MACONS DANS SES RANGS… »
Article L731-1 du Code de l’Organisation judiciaire… la récusation d’un juge peut être demandée… s’il existe un lien de subordination [le serment maçonnique] entre le juge… et l’une des parties… s’il y a amitié [la solidarité maçonnique]… notoire [d’où la nécessité impérative de lever le secret maçonnique, mais la répétition crée la suspicion légitime cf le roman de Renard et ses appuis hiérarchiques francs-maçons décryptés par Coignard] entre le juge et l’une des parties…
La demande de renvoi pour suspicion légitime est une demande de dessaisissement d’une Chambre de la juridiction saisie lorsqu’une des parties fait valoir que les magistrats qui la composent pris collectivement et non individuellement , font preuve , ou risquent de faire preuve d’inimitié , ou d’ animosité à son égard .(articles 356 et suivants du Nouveau Code de Procédure civile). L’article 668 du Code de Procédure Pénale dit que tout juge peut être récusé s’il y a entre lui et l’une des parties « toutes manifestations assez graves pour faire suspecter son impartialité ».

Monde 10/7/03 p15 : « Plus qu’un état des lieux du tribunal, le document de l’IGSJ constitue UNE CHARGE AU VITRIOL A L’ENCONTRE DU CHEF DE PARQUET… M. de Montgolfier avait choqué plus d’un magistrat en évoquant publiquement [Borrel, Jambert, Line Galbardi, ne seraient-ils pas vivants s’ils avaient communiqué ?] les « influences » exercées par une « franc-maçonnerie d’affaires » sur le cours de certains procédures judiciaires. Disparition de dossiers au sein même du palais de justice [marqueur répétitif commun désormais à nombre d’affaires de La Boisse à la scientologie en passant par les carnets d’adresses d’Auxerre-Appoigny et Toulouse], instructions étouffées, procédures bâclées… L’Inspection consacre une bonne partie de son rapport à ces affaires. Sa conclusion ? « Si le traitement de certaines procédures n’était pas toujours exempt de critiques, les signalement effectués n’ont que très rarement permis de mettre en évidence des défaillances professionnelles ou déontologiques ». PARADOXALEMENT, L’EXAMEN DE LA PLUPART DES DOSSIERS ETUDIES PAR L’IGSJ DONNE LE SENTIMENT EXACTEMENT INVERSE… s’il « peut être reproché à M.Renard d’avoir fait preuve de légèreté et d’imprudence en conservant des relations, même occasionnelles, avec une personne déjà condamnée dont les activités paraissent douteuses, rien, en l’état et sauf rebondissement, ne permet pour autant de douter de sa probité »… CONCERNANT L’EXISTENCE D’UNE « MACONNERIE D’AFFAIRES », L’INSPECTION ASSURE QUE SES INVESTIGATIONS « N’ONT PAS PERMIS DE CONFIRMER LA THESE DE L’EXISTENCE D’UN TEL RESEAU »… OUTRE LE DOSSIER QUI A VALU A M.RENARD D’ETRE POURSUIVI, CETTE AFFIRMATION SE HEURTE AUX DEVELOPPEMENTS DE L’ENQUETE SUR LES MARCHES PUBLICS DE NICE. CETTE INSTRUCTION, QUI A VALU A PLUSIEURS PROCHES DU MAIRE DE NICE D’ETRE MIS EN EXAMEN AU MOIS DE MARS, A PRECISEMENT MIS EN LUMIERE L’EXISTENCE D’UN « RESEAU » MACONNIQUE… »

Madeleine Le Guillou Présidente d’Association Contre la Corruption met en exergue le point nodal systémique du rapport de l’IGSJ sur de Montgolfier : grâce à celui-ci, LES ENQUETES SUR LES MORTS SUSPECTES SONT PASSEES A NICE DE 3 A 59 PAR AN. DE MONTGOLFIER EST SANCTIONNE « EN BANDE ORGANISEE » POUR AVOIR FAIT SON DEVOIR CONTRE LA JUSTICE DEVOYEE « EN BANDE ORGANISEE ».

Nouvel Obs 28/10/04 http://www.nouvelobs.com/dossiers/p2086/a252700.html : « … Alors qu’à Paris Renard perd pied, son principal adversaire reste introuvable. Tous les journalistes cherchent à joindre Eric de Montgolfier. On voudrait une réaction, une de ces phrases bien senties dont il a le secret. Le procureur de Nice, qui avait le premier dénoncé l’influence des loges sur la justice locale, est en vacances à Rome. Il savoure sa victoire dans la Ville éternelle. Quel incroyable retournement! Il y a près d’un an, c’était lui le vaincu. Ses ennemis et la chancellerie avaient bien failli avoir sa peau en rejetant sur lui la responsabilité des fautes qu’il dénonçait! Illustration presque trop parfaite du vieil adage: «Le premier qui dit la vérité…» Le procureur iconoclaste a failli tomber dans un traquenard qui aurait pu lui coûter son poste à Nice et sa réputation. L’une de ces machines infernales politico-médiatiques, sur fond de connivences maçonniques, d’arrière-pensées politiques et de lâcheté institutionnelle dont il est souvent difficile de se relever. Devant le CSM, il y a quinze jours, le représentant du ministère de la Justice a stigmatisé la «perte complète des repères déontologiques» de Jean-Paul Renard et «ses manquements graves et répétés» aux devoirs d’un magistrat. Il n’a pas prononcé une seule fois le mot «franc-maçon». Pourtant, l’ombre des frères planait sur tous les dossiers examinés: magistrats maçons, élus maçons, policiers maçons, chefs d’entreprise maçons, délinquants maçons… In fine, le représentant du garde des Sceaux a demandé la sanction maximum: la révocation. Il a aussi affirmé que la chancellerie avait tout fait pour diligenter l’enquête du CSM… C’EST EN FAIT L’INVERSE QUI S’EST PASSE…. il faut revenir sur l’invraisemblable bras de fer qui oppose le procureur de Nice et Jean-Paul Renard depuis près de cinq ans. Un duel qui illustre toute la complexité du combat contre les fameux «réseaux francs-maçons» dans la justice, dénoncés par Eric de Montgolfier, quelque temps après son installation sur la Côte… enfin, un homme finit par bouger: c’est le premier président de la cour d’appel d’Aix-en-Provence, Bernard Bacou. Fraîchement débarqué dans le Sud, il est sidéré par le contenu du rapport. Sidéré aussi par l’assourdissant silence du pouvoir politique. Bien que la loi l’y autorise, Bacou se refuse dans un premier temps à saisir, seul, le Conseil supérieur de la Magistrature. «Etant donné le niveau de gravité des actes reprochés au juge Renard, il me semblait plus approprié que ce soit la chancellerie qui effectue cette saisine. D’autant que je ne possédais pas tous les éléments», explique-t-il aujourd’hui au «Nouvel Observateur». Bernard Bacou fait alors savoir qu’il attend une réaction du ministère jusqu’au mois de janvier 2004. Las. La chancellerie ne donnant toujours pas signe de vie, le magistrat décide de monter seul au créneau. Mi-janvier, il saisit de lui-même le CSM…

Pour l’instant, le magistrat a sombré seul. Mais pendant ces vingt-deux années passées dans les Alpes-Maritimes, il aurait accumulé suffisamment de «munitions» contre suffisamment de personnes, franc-maçonnes ou pas. Il serait une «bombe vivante» dont la possible déflagration ferait trop de dégâts et ruinerait l’image de la justice… Une dernière hypothèse court dans les couloirs du tribunal de Nice. De nombreux magistrats ne comprennent pas non seulement pourquoi l’IGSJ a rendu un rapport aussi «abracadabrantesque» au printemps 2003 mais aussi pourquoi la chancellerie a mis autant de temps à réagir. Certains évoquent, bien sûr, les «réseaux maçons» qui irradient toute la magistrature. Jusqu’à l’IGSJ? Jusqu’au CSM? [il suffisait de lire « La vendetta française » de Coignard pour avoir la réponse] En 2000, quand le juge Murciano de Grasse a été convoqué par l’instance disciplinaire, il a carrément mis en cause un des magistrats qui siégeait, en évoquant son appartenance à la même loge que Michel Mouillot… http://www.nouvelobs.com/dossiers/p2086/a252702.html

« Un juge au-dessus des lois ? » Fontenelle : « … le palais de justice de Nice a été, pendant – au moins – une dizaine d’années, une zone de non-droit… Il n’est pas sain qu’un magistrat fasse partie d’un réseau qui a pour principe le secret… Le patron d’un groupement de francs-maçons profite d’un entretien avec la ministre de la Justice pour formuler des menaces contre le procureur de la République de la quatrième ville de France… madame la ministre a déclaré au boss du Grand Orient de France « qu’aucun changement n’interviendrait concernant le secret d’appartenance à une structure maçonnique ou autre »… [viol des premiers articles de la Constitution de la France]… Un homme se lève alors pour défendre le juge Renard, et l’histoire devient vraiment très, très belle. Il s’agit d’Yves Le Bourdon, président de la chambre de l’instruction (ex-chambre d’accusation) de la cour d’appel d’Aix-en-Provence… Lancé, Yves Le Bourdon, qui ne peut certes pas deviner que ses affirmations se retourneront contre lui trois ans plus tard, semble ne plus pouvoir s’arrêter… les sept enquêteurs de l’IGSJ sont à Nice… le procureur général d’Aix-en-Provence, Gabriel Bestard, leur envoie un signal fort. Il stigmatise publiquement Eric de Montgolfier, le décrivant comme « habile et dangereux »… A Nice, en 2001, les inspecteurs avaient manifestement pris une commande assez particulière : une tête de proc… Les auteurs du rapport de l’IGSJ écrivent, à la page 130, qu’ils n’ont recueilli « aucun élément à même de confirmer, ou de révéler, des faits mettant en cause la probité de M.Renard »… Il faut préconise L’Inspection générale des services judiciaires qu’Eric de Montgolfier s’en aille… Il en va de même pour M.Dorcet… Hervé Expert, devrait aussi être muté…Cela s’est passé en France, au mois de juin 2003. Et pas dans une république bananière [dans une Etat totalitaire]… Et Dominique Perben, ministre de la Justice, semble trouver cela positivement formidable… « Ensuite, explique Vincent Lamanda, […] j’ai entendu certaines personnes du monde judiciaire exclusivement (magistrats, greffiers, avocats, gendarmes), dont l’entretien avec les membres de l’Inspection générale n’avait pas donné lieu à l’établissement d’un procès-verbal ou qui n’avaient pas été interrogées et dont il paraissait indispensable de recueillir le témoignage, ou encore, pour l’une d’elles, qui avait déclaré publiquement que ses réponses avaient été « minimisées », ou enfin, pour une autre, qui pouvait détenir de nouvelles informations […]. »… Ses tournures, tout au long de son rapport, sont visiblement l’œuvre d’un pince-sans-rire… je me demande si Vincent Lamanda, seul, n’a pas abattu beacoup plus de boulot en moins de 6 mois que n’en avaient effectué en dix mois les sept enquêteurs de l’IGSJ ?… « Robert « tenait » plusieurs personnes de haut rang autour de lui, que ce soit au niveau politique, judiciaire, fiscal et policier » [confirmation que l’Etat français totalitaire est fondé sur le chantage en sus de la bande organisée]… probablement des photos en « galante compagnie » …  JE N’AI PAS ENVIE DE PASSER LES TRENTE PROCHAINES ANNEES A ME DEMANDER, A CHAQUE FOIS QUE JE VERRAI UN ELU, UN MAGISTRAT, UN AGENT DU FISC OU UN POLICIER : « EST-CE QUE CE GARS-LA EST « TENU » ? »… Le sous-préfet, au téléphone, m’a simplement dit : « Si vous saviez ce que je sais, vous ne désigneriez pas M.Renard. » [donc le système dirigeant de la France, qui a couvert Renard avec acharnement, était parfaitement au courant]… Vincent Lamanda… : « Au vu des éléments recueillis, DE NOUVELLES ENQUETES MERITERAIENT SANS DOUTE D’ETRE ENTREPRISES TANT SUR DES FAITS IMPUTABLES A M.RENARD… QU’A L’EGARD D’AUTRES MAGISTRATS… »…

Aujourd’hui en France 19/11/05 p 16 : « La procureur Anne de Fontette a requis hier une peine de six mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende à l’encontre de l’ex-juge niçois Jean-Paul Renard… des « faits particulièrement graves… une atteinte à la crédibilité de l’appareil judiciaire [Dutroux-DEFI-Nice-Antibes-Perpignan, disparues de l’Yonne, de Mourmelon, Alègre, Borrel, Bérénovoy, Grossouvre qui venait de prévenir Mobutu de ne pas prendre l’avion d’Habyarimana, Barbara COLL, Murciano, Lévy, affaires de Montpellier, de La Boisse…], aux libertés individuelles que les magistrats sont censés garantir »… Il s’agit « d’une perte totale de repères déontologiques » et d’UN MELANGE ENTRE LE SERMENT IRREVOCABLE QUE PRETE LE MAGISTRAT ET LE SERMENT QUE PRONONCE L’IMPETRANT LORS DE SON ENTREE DANS UNE LOGE MACONNIQUE, a estimé le procureur… »

Aujourd’hui en France 3/1/05 p 18 : « Le juge d’instruction de Grasse Jean-Pierre Murciano, spécialiste des affaires politico-financières, vient d’être définitivement réhabilité. Le 16 décembre, le Conseil supérieur de la magistrature a rendu un non-lieu dans l’affaire du Crédit Lyonnais, qui avait valu au magistrat d’être sanctionné par ses pairs [ce qui avait permis à de Montgolfier de tirer la sonnette d’alarme sur le roman de Renard en venant témoigner]… L’acharnement a commencé en septembre 1999, lorsque j’instruisais les dossiers du Crédit Lyonnais et de la Compagnie générale des eaux liés à l’ex-maire de Cannes… cinq ans plus tard les faits me donnent raison… DES CENTAINES DE MILLIARDS DE FRANCS ONT ETE DETOURNES … VOUS AFFIRMEZ QUE LA FRANC-MACONNERIE OCCUPE UNE PLACE PREPONDERANTE DANS LA CORRUPTION… LES AFFAIRES MOUILLOT ONT DEMONTRE QUE LES PRINCIPAUX ACTEURS DU SYSTEME APPARTENAIENT A LA MEME LOGE. EN EFFET POUR QU’IL Y AIT PACTE DE CORRUPTION, IL FAUT INCLURE DANS LE PROCESSUS les promoteurs, qui bénéficiaient d’autorisations induites, MAIS AUSSI LES FONCTIONNAIRES MUNICIPAUX AINSI QUE LES ELUS ET LES FONCTIONNAIRES D’ETAT QUI SONT LA POUR CONTROLER… Ce qui me pousse à continuer, ce sont les messages d’encouragement de certains confrères qui combattent la corruption, ainsi que les courriers de soutien de citoyens en quête d’une justice sereine et équitable… »

Le Point du 12/1/01 évoque un dragueur franc-maçon de l’ENM Ecole Nationale de la Magistrature doté à la Chancellerie d’un fort pouvoir disciplinaire.

Cour de cassation 23/2/01 assemblée pleinière : « constitue une faute lourde toute déficience caractérisée par un fait ou une série de faits traduisant l’inaptitude du service public de la justice à remplir la mission dont il est investi. » http://www.motus.ch/actions/politiquedevie/comm011016.html

Lacan, dans « Ces magistrats qui tuent la justice », p264 précise : « … le 31 mai 2001, il débarque place Vendôme, au ministère de la Justice, pour une perquisition. C’est une première audacieuse dans l’histoire de la justice française mais l’initiative est payante : le magistrat instructeur apprend dans les documents saisis que l’IGSJ a recommandé à la chancellerie de traduire [un ancien sous-directeur à la chancellerie] devant la formation disciplinaire du Conseil supérieur de la magistrature. Une demande que ni Elisabeth Guigou ni son successeur, Marilyse Lebranchu, n’ont daigné honorer. Dans sa visite musclée au ministère, le juge s’aperçoit aussi que le secret de son instruction a été violé : des pages entières de procès-verbaux se trouvent dans les bureaux de la place Vendôme… » et l’ancien sous-directeur va récidiver! » http://www.denistouret.net/droitadmdesbiens/marches_truques.html#30mars2003

Monde 13/6/03 p1 : « Affaire Voirain : magistrature et corruption. Trois hauts magistrats ont été convoqués par les juges d’instruction, dans l’affaire Voirain, ce substitut du parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis) écroué le 11 février pour « blanchiment ». Alexandre Benmakhlouf, ancien procureur général de Paris, son successeur Jean-Louis Nadal et l’ex-procureur de Bobigny, Marc Moinard, n’ont en effet jamais engagé de poursuites contre ce substitut. Son nom était pourtant cité dans quatre affaires embarassantes depuis 1992, ce dont témoigne son dossier disciplinaire. JEAN-LOUIS VOIRAIN A ETE FAIT CHEVALIER DE LA LEGION D’HONNEUR EN 2002 [sur proposition de l’Elysées même Monde p12]« , p12 : « … LA DSJ [direction des services judiciaires du ministère de la justice] AVAIT OMIS DE LUI FAIRE PARVENIR [au juge]LA CHEMISE QUI ACCOMPAGNE CHAQUE DOSSIER DE MAGISTRAT ET QUI RECENSE LES INCIDENTS DISCIPLINAIRES… »Le Monde mentionne des éléments de lien avec l’affaire MNEF et l’Angolagate (financement de l’Association Professionnelle des Magistrats par Falcone). Le CSM avait bloqué la promotion de Voirain en décembre 2002. Monde 9/9/03 p12 : « … les enquêteurs le soupçonnent d’avoir DEMANDE LA MISE EN DETENTION D’UN CHEF D’ENTREPRISE POUR FAIRE PLAISIR A UN PROCHE. » Lacroix, tombeur de Mouillot à Cannes, a été emprisonné 28 jours ! Le Point du 19/9/03 consacre les pages 34 et 35 à Voirain. Il confirme la demande de détention de complaisance ! Il mentionne que la délégation de contrôle de la réélection de Bongo « comporte quelques bonnes copines magistrates affiliées à l’APM et l’avocat parisien proche de l’Elysée Francis Szpiner. » Il souligne : « Qu’un magistrat de son rang en poste dans un des tribunaux les plus importants de France ait pu se livrer à des exactions sans être inquiété par sa hiérarchie ni par ses ministres de tutelle successifs laisse pantois… L’impunité dont ce magistrat a bénéficié durant toutes ces années ne s’explique que par ses engagements politiques… Perben, ministre de la Justice, le propose au poste prestigieux d’avocat général, sur les instances… de Georges Fenech… » Le CSM a évité à Perben « de commettre un impair qui, politiquement, aurait pu lui coûter cher. »

Aujourd’hui en France 10/7/07 page 13 : « Conseil supérieur de la magistrature L’ex-procureur de Bayonne menacé de révocation… alors qu’il participait à un colloque de magistrats organisé, les 24 et 25 mai 2004, par le Conseil de l’Europe en Allemagne. Pierre Hontang, avait présenté un rapport sur les « principes fondamentaux d’éthique pour le ministère public »… le magistrat est soupçonné d’avoir dérobé la carte bancaire d’une secrétaire et d’avoir effectué , la nuit du 25 au 26 mai , deux paiements au Bijou, bar de nuit fréquenté par des prostituées… « M.Hontang a manqué de la plus élémentaire dignité » a estimé hier le représentant du ministère public. « Une seule issue me paraît possible, c’est la révocation pure et simple » a-t-il ajouté.

Et au final, « Les frères invisibles » de Ghislaine OTTENHEIMER et Renaud LECADRE, Pocket page 40 : « … « Un frère s’arrangera toujours avec son avocat pour que son affaire soit jugée le jour où l’audience est présidée par un frangin compréhensif », témoigne un membre de la GLF… »
Est-ce ce qui m’attend ? Serai-je le Philippe PICHON bis de Beynost (en référence à la demande infâme de dommages et intérêts du ministère de l’Intérieur officiellement sous emprise totalitaire maçonnique en violation de l’article 3 de la Constitution « La souveraineté nationale appartient au peuple… Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. ») ? Le test sera intéressant pour savoir si la France est un pays totalement totalitaire où les opposants sont traité comme en Chine, en Biélorussie, en Ukraine ou chez POUTINE et pour savoir si les magistrats de MONTGOLFIER, MURCIANO, de MAILLARD, TREVIDIC, BACOU et LAMANDA et les juges qui ont blanchi Philippe PICHON sont des exceptions statistiques du bas de la courbe de GAUSS.
Quo usque tandem abutere patientia nostra ?

Palmarès de 30 ans de dysfonctionnement de la France, dont le suivi par mes soins depuis plus de 10 ans sur le web fait de moi une cible privilégiée :

Massacres DUTROUX DEFI Nice Antibes Perpignan, ALEGRE, Angers et Outreau (la majorité des jeunes qui se suicident ont subi des violences cf le Centre ABADIE à Bordeaux), FOURNIRET en son château à vitre sans tain évacuant sa femme après chaque enlèvement, CHANAL et les disparus de Mourmelon, disparues de l’Yonne et centre de torture d’Appoigny, Paris, Perpignan, Var et Lyon,  SANTOUS, TREGOUET, JAMBERT, BORREL, JPK COURAUD, Barbara COLL, BEREGOVOY, GROSSOUVRE (qui avait prévenu MOBUTU de ne pas prendre l’avion d’HABYARIMANA), génocides du Burundi-Rwanda/opération LUCIFER ABC-Bisesero-Kivu-Zaïre-Congo-Brazzaville (officiellement guerre GO contre GLNF)-Beach à 8 millions de morts selon Pierre PEAN page 9 de « Carnages » en haut…

Affaires de l’Observatoire, des piastres, des fuites, Ben Barka, massacre des harkis, génocide des Ibos au Biafra, tuerie d’Auriol, Foncière des Champs-Elysées, Aranda, avions renifleurs, Irlandais de Vincennes, écoutes illégales du président et de ses prétoriens, Carrefour du développement, URBA-GRACCO, SAGES, Gaudino et la mafia des tribunaux de commerce, EUROCEF, EUROCEN et assassinat du policier Santous, Pacary Méry, affaire Schuller-Maréchal, COGEDIM, Carcassonne, Draguignan, Century, cliniques de Marseille, Canson, HLM de Paris, du Gard et des Alpes-Maritimes, cliniques de Marseille, lycées de l’Ile de France, conseils généraux du Gard, des Alpes-Maritime et de l’Essonne, Joséphine, Vibrachoc, Société Générale, Triangle, Crédit Lyonnais, La Chapelle d’Arblay, CFAO, Executive Life, Française des Jeux, autoamnistie, Yanacocha, GMF, MNEF, CREF, PREFON, CRH, UGAP et marchés truqués de la Gendarmerie pour ses fournitures, enveloppes illégales des fonctionnaires des Finances (cf Mathias Emmerich « La République prodigue » page 67), Luchaire, Krajina, extinction des puits de pétrole et indemnité de guerre du Golfe, Elf, héritage Giacometti, sous-marins de Karachi, frégates de Taiwan et d’Arabie Séoudite SAWARI I et II, Mouette, Shola et SLBS, contrat Shahine, chars Leclerc, pétrole contre nourriture, Angolagate, comités d’entreprise RATP, EDF et Air France, TGV, fonds secrets, questure de la Ville de Paris, fraude électorale à Paris, emplois fictifs Ville de Paris-Air France-CRI, condamnations de Chirac et Mauroy, marchés de l’eau, sang contaminé, Mediator et Isoméride, prothèses PIP, ARC, SPA, Nice, Grenoble, Lyon, Angoulême, Perben Aubert, Voirain, Verita, Renard/Cannes/Laurent le Magnifique, Piat, Arrecks, arsenal de Toulon, hélice et arbre de transmission du Charles de Gaulle, Sébastien Pisani, techniciens de la DCN tués à Karachi, pilotes militaires français de l’avion de Juvénal Habyarimana, trahison d’Etat pour le raid des Etendard sur la Bekaa, pompiers volontaires de Loriol, UIMM et 1%, réseau de corruption de Perpignan (« Les frères invisibles » page 231), héritage Canson, réseaux de spoliation de Lyon (cf « Les frères invisibles » pages 285-292 : un franc-maçon est spolié par des francs-maçons), Montpellier, Bordeaux et Marseille (Apollonia), gendarmes de Rivesaltes, GIR et gendarmes de Mayotte, BAC nord de Marseille, déchets de Marseille, faux diplômes de l’université de Toulon, Hauts de Seine, partenariats public-privé, cession des autoroutes, Sénat, népotisme addictif des élus (cf EXPRESS 10/7/13 p22-34 : Bartolone, Collard, Mancel, Plagnol, maire de Roura, maire de Ronchin, maire d’Aix-en-Provence [saga en pages 28-29], Guérini, Menucci, , Ghali, Caselli, Narducci, mairie de Marseille, ex-épouse de Muselier, maire de Fréjus [son ex, sa soeur, son fils, sa fille + l’ex-mari de sa 3e épouse !], mairie de Menton, conseil général de la Gironde, conseil régional Nord-Pas-de-Calais, conseil général du Nord, Delebarre qui recrute sa fille et son gendre à la communauté urbaine de Dunkerque qu’il préside, Martin-Lalande), Flosse, milice GIP, assassinat du journaliste JPK Couraud, Société Générale bis avec Kerviel, Caisse d’Epargne, Cahuzac et Augier, fraude fiscale, son suivi en tant que ministre du Budget plus pots de vin du cabinet Evin, OffshoreLeaks-Crédit Agricole-BNP-notables, frais d’enquête Guéant et cadres du ministère de l’Intérieur, arbitrage Tapie-CDR-ADIDAS-BREDIN-MAZEAUD-LAGARDE-RICHARD, disparues de l’Yonne et centre de torture d’Appoigny, Fourniret et son château, assassinat de Tournon, confinement absolu des rituels de pouvoir satanistes avec massacres, viols et actes de barbarie, assassinat de Géraldine Giraud et de son amie, Alègre, Dutroux Nice Antibes DEFI Perpignan, Institut de danse de Grasse, Chanal, Angers, Outreau, le juge pédocriminel qui jugeait ses pairs pédocriminels au CSM Conseil Supérieur de la Magistrature, Germanos, ministre pédocriminel au Maroc, Glencross, Doucé, reproche de Bauer à Royal d’être rétrograde en matière de pédophilie à l’été 2006 dans Aujourd’hui en France, harcèlement des gendarmes De Baets, Willy Holvoet, Candela, Calliet, Jodet, Jambert, Roussel, Mechain, scandale de l’IGS, passeurs à tabac et provocateurs régaliens traversant les rangs des CRS lors des Manifs Pour Tous, génocides Biafra, pays Bamiléké, Burundi, Rwanda [Thierry DESJARDINS « La décomposition française » page 113 : « … plus personne ne croit aujourd’hui que Bérégovoy et Grossouvre se soient, eux, suicidés…; page 114 : « … « intransportable »… Bérégovoy est mort pendant le transport… »], Kivu, Congo-Brazzaville, rôle de l’ONU dans les génocides, maraboutages des élections présidentielles [Eric BRANCA Arnaud FOLCH « Histoire secrète de la droite » page 10-11 et Sylvie JUMEL « La sorcellerie au cœur de la République »]… Affaire Eurocen, au coeur de la Préfecture de Police de Paris 0,5 milliard de francs (« l’affaire Eurocen… impliquait profondément l’interloge maçonnique de la police » [qui comporte 2 niveaux selon « Les frères invisibles »] selon Gaetner cité par « Les frères invisibles » p 346). Un milliard de francs de délit d’initié est cité pour l’affaire Société Générale, un milliard de francs de 83 à 89 pour les associations paramunicipales de Nice (« Les frères invisibles » p 95), 1 milliard de francs de marchés irréguliers pour l’UGAP (Monde 22/9/99). Air Liberté 1 milliard. Jean-Pierre chiffre les pots de vin à 1,6 milliards dans l’affaire MGM-SASEA/Crédit Lyonnais. Urba : 1,2 milliard (Montaldo « Rendez l’argent » p299) et affaires du RPR environ 1 milliard (Valdiguié « Notre honorable président » p145). Crédit Agricole de l’Yonne 2 milliards (« Disparus de l’Yonne » p126-127). Le Point du 23/3/01 mentionne de 1 à 2 milliards de détournements pour le seul arsenal de Toulon sans compter les autres arsenaux. Selon Tous contribuables n°15 de janvier 2003 : « Au total, le coût des gabegies devrait s’élever pour l’Etat à 1,2 milliard d’euros… » (près de 8 milliards de francs) pour la DCN. Pour le Monde du 21/12/2000 les détournements de Sirven à Elf se montent à 3,5 milliards. Surfacturations du TGV et des lycées d’Ile de France: 4,5 milliards. GMF : 9 milliards (« Les frères invisibles » page 315). Calvi et Pfister, dans « Le repas des fauves », mentionnent : après les bien timorés travaux de la commission d’enquête parlementaire sur le Crédit lyonnais, Charles de Courson, député UDF de la Marne, avait indiqué, en mars 1997, devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale, que « les détournements avérés des cadres ou des dirigeants » de la banque publique pouvaient être estimés à 5 milliards de francs [Express 2/4/98 p93 : « L’affaire du Crédit Lyonnais est une succession de renvois d’ascenseurs maçons. C’est explosif. » ; Express 19/4/01 p86 : le président du CDR est maçon « pour de bon »]. Angolagate 1 milliard de commissions et lien avec génocide selon l’abbé Pierre. Minearbitrage d’or de Yanacocha : « perte » de 4 milliards. « 2,3 milliards de francs versés… rétro-commissions… d’un contrat de vente de navires passé avec le Koweit en 1995… » (« Scandales à l’Elysée » p254). Contrat Shahine avec l’Arabie Séoudite : 1,75 milliards de francs (« Noir Chirac » de Verschave p 186). Frégates d’Arabie Séoudite : 2,5 milliards de francs de rétro-commissions (9,84 milliards de francs selon « Noir Chirac » de Verschave p 186). Arbitrage Tapie-CDR-ADIDAS-Bredin-Mazeaud-Lagarde-Richard-Guéant-Sarko : 400 millions d’euros. Taiwan 5 milliards de francs de retrocommissions (Monde 7/12/2000 « de droite et de gauche » selon Dumas, Figaro 23/4/2001, confirmé par le Monde du 30/10/2001 sur la découverte de 5 milliards (en fait 2,8 milliards de dollars ont transité, soit près de 17 milliards de francs) sur le compte suisse de Wang pour les frégates de Thomson, les Mirage et missiles de Dassault, SNECMA et Matra). CCR /Rochefort Finances 1 milliard. Apollonia 1 milliard d’euros soit 6,56 milliards de francs. Corse : Crédit Agricole 0,9 milliard (« Crédit Agricole hors la loi ? » Izambert), coût du terrorisme 5 milliards, pompage annuel de la métropole 12,6 milliards (B.Bonnet « Préfet en Corse » p191). Point 23/5/03 p87 : « Le char Leclerc – et le contrat abracadabrantesque avec les Emirats – est le principal responsable des pertes gigantesques de Giat Industries (4 milliards d’euros depuis 1990!). » soit 26 milliards de francs. En février 2000, coup de théâtre : Abdallah Mutawa, l’unique interlocuteur du GIAT aux Emirats, est placé en résidence surveillée. La rumeur évoque de possibles actes de corruption. (Libération 8/4/03). Une partie des fabuleuses avances du contrat a servi a spéculer sur le marché des capitaux, ce qui s’est soldé par plus de 2 milliards de perte. Affaire Apollonia 1 milliard d’euros. L’analogie systémique avec Yanacocha questionne comme les 1,2 milliards de commissions de Technip TSKJ pour Bonny Island au Nigeria (Figaro 2/6/03 p12).Les détournements/rétro-commissions dépassent-ils 50 milliards de francs au sommet de l’Etat : la question principale étant, combien pour les 200 milliards [payés en grande partie par nos impôts] et les deux incendies du Crédit Lyonnais (« Les frères invisibles » pages 312-314, « Noir Chirac » p 73-145-186-233-237 ; le Point 7/2/98 et 16/1/99 ; Laske « Ils se croyaient intouchables » pages 101 et 120 à 127 ; Lascoumes « Corruptions » page 68 et Eva Joly « Est-ce dans ce monde-là que nous voulons vivre ? » page 268, ; Figaro 23/4/2001 ; en pages 232-233 de « Noir Chirac » Verschave boucle l’affaire Joséphine levée par Montaldo, avec les vrais-faux billets de Bahrein au Tchad (!) : « L’un des intermédiaires arrêtés à Paris, Claude Sokolovitch, a déclaré que le deal envisagé visait à conclure les échanges de milliards entre Paris et la péninsule arabique amorcés en 1983 lors d’une méga opération financière Joséphine. La connaissance qu’a Jacques Chirac de ce montage explosif est aussi grande que son intimité avec Rafic Hariri, l’un des chefs artificiers de cette « USINE A GAZ » A LAQUELLE EST MENOTTE UN LARGE ECHANTILLON DE LEADERS POLITIQUES FRANCAIS. » ?…) ? »

Taïwan connection » p 59 : rétrocommissions « … 70% POUR CEUX QUI SONT AU POUVOIR ET 30% POUR CEUX DE L’OPPOSITION … ». Le Floch-Prigent (Monde du 13/11/03 p 16) : « … « Je m’en suis ouvert au président François Mitterrand, qui m’a dit qu’il vaudrait mieux REEQUILIBRER LES CHOSES, SANS TOUTEFOIS OUBLIER LE RPR »… » LA CORRUPTION FAIT PERDRE A L’ETAT 98,4 MILLIARDS DE RECETTES/AN (Point 25/10/02 p 44, source Service Central de Prévention de la Corruption). VERSCHAVE CHIFFRE, DANS « NOIR CHIRAC » p 73, A 131 MILLIARDS/AN LES « MARGES NON OFFICIELLES DEGAGEES » (Françafrique, armement, nucléaire, pétrole, finance, jeux…). Sur la base de ces chiffres la France fait largement mieux que la Grèce : « … Selon un récent rapport parlementaire, de 1975 à 2008, ce sont plus de 200 milliards qui ont été détournés par les politiques sous forme de commissions occultes sur les gros contrats commerciaux… » Source Aujourd’hui en France 31/10/11 page 12 en haut à droite. Fraude à la TVA : 10 Mds€/an en France et 100 Mds€/an en Europe. Fraude à la TVA sur les droits de pollution : 1,6 Md€ en France, 10 à 20 Mds€ en Europe (source « Carbone connexion Le casse du siècle » page 214)… Subprimes (France : opérations des banques garanties par l’État pour 320 milliards d’euros et aide à la recapitalisation des banques pour 40 milliards d’euros. Le 7 janvier 2009 en France, le chef de l’État annonce un nouveau soutien aux banques d’un montant estimé à 10,5 millards d’Euros. Source Wikipedia ) et emprunts toxiques (18,8 milliards d’euros selon la commission parlementaire) avec plantage de DEXIA, façon Crédit Lyonnais-bis, avec une facture de 12 à 17 milliards d’euros (« Dexia, une banque toxique » Nicolas CORI et Catherine LE GALL page 196), faisandage du LIBOR et de l’EURIBOR. POUR JEAN-LUC TOULY DANS “LE VRAI POUVOIR D’UN CITOYEN” PAGE 158 : “… LE CHIFFRAGE DU COUT DE LA CORRUPTION SUR LES MARCHES PUBLICS EST DE L’ORDRE DE 30 MILLIARDS D’EUROS. CE MONTANT S’AJOUTE A CELUI DE LA FRAUDE QUI EST DU MEME ORDRE…” POUR ANTOINE PEILLON, JOURNALISTE (DOS DE COUVERTURE DE SON LIVRE “CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT A LA FRANCE”) : “600 MILLIARDS D’EUROS : C’EST LA SOMME ASTRONOMIQUE QUI SE CACHE DEPUIS DES DECENNIES DANS LES PARADIS FISCAUX, SOIT PRES DE 10% DU PATRIMOINE DES FRANCAIS… »


Rappel : les démocrates-chrétiens ont voté les pleins pouvoirs à HITLER après le « chantier » de l’incendie du Reichtag. Le danger n°1 pour la France, c’est qu’elle se fasse rouler et qu’elle donne les pleins pouvoir à HITLER, comme après l’incendie- « chantier » -intox-provoc du Reichtag. Rappel : « Hitler médium de Satan » de Jean PRIEUR, « …Il rassurait les monarchistes promettant de rendre à l’Allemagne son premier rang en Europe… Il rassurait les catholiques : – « Je suis un fidèle de l’Eglise romaine, élevé dans une école religieuse. Le pieux enfant que je fus, aurait voulu devenir prêtre. Je suis avant tout un Allemand du Sud qui saura contrecarrer l’hégémonie de la Prusse, hégémonie protestante instaurée par Bismark… ». Il rassurait les protestants : « J’accomplirai au XXe siècle ce que votre grand Luther sut accomplir au XVIème. Je n’ai fait que naître en Autriche, mais mon cœur est là où se trouve le cœur de l’Allemagne, à Berlin. » Il exaltait les artistes :- « Je suis l’un d’entre vous. L’architecture, la musique, la peinture, voilà tout mon bonheur, voilà toute ma vie. Ah ! si les circonstances avaient été autres, si je n’avais pas consacré ma vie au salut de l’Allemagne…» »


Elections municipales 2014 à Beynost : plus de 100 000 €/an pour la majorité municipale pour, durant 6 ans, laisser la rue des Barronnières à l’état de coupe-gorge routier et pour, cerise sur le gâteau, y brancher, en l’état (et y compris durant le chantier ? en sachant que celui-ci n’a été abordé ni en pseudo-commission urbanisme, ni en commissions travaux au compte-goutte), les 27 logements HLM de la gare de Dynacité (et ceci en plus du bradage à la chaîne du foncier communal) , c’est de l’argent des contribuables à fonds perdus et c’est le parachèvement de 30 ans d’urbanisme ubuesque-de-bric-et-de-broc, avec pour archétype la voie le long de l’autoroute avec ses parkings et ses sorties de parkings ubuesques-de-bric-et-de-broc. En dehors de SARKO et HOLLANDE, en dehors du flop des municipalités FN, je n’ai jamais vu un tel art dans le disjonctage-concassage de l’urbanisme (idem, d’ailleurs, pour le concassage des compte-rendus de conseil municipal).


Le réseau franc-maçon qui contrôle Beynost et la Côtière, condamnant les Beynolanes et les Beynolans à l’assymétrie d’information, va-t-il faire son coming out, comme l’a recommandé en son temps Alain BAUER, ex-grand maître du GO, l’homme qui a explosé JOSPIN en cocoonant TAUBIRA, conseiller préféré de SARKO et VALLS, triumvir ami de 30 ans de VALLS et FOUKS, récompensé par SARKO par un bénéfice à l’abbaye St Martin-CNAM ?


Lors des élections municipales de 2008, Michel NICOD a pompé les programmes des deux autres listes en sortant le sien en dernier, tout en soutenant que les autres listes avaient pompé le sien, ce qui constitue un cas d’école de propagande en miroir [le programme de son opposant local préféré, qu’il a déclaré lui-même candidat lors d’un entretien en mairie antérieur au 25/10/13, sortira donc, cette fois-ci, au tout dernier moment et à l’économie, face au mur de l’argent]. Pierre FELIX m’a indiqué que Michel NICOD, maire de Beynost, l’appelait régulièrement le matin, avant la scission, pour savoir ce qu’il devait faire. Le leader position basse de Beynost (au sens de Jacques-Antoine MALAREWICZ) est-il le plus haut gradé franc-maçon ? C dans l’air 4/12/09 , Alain BAUER, ex-Grand Maître du Grand Orient, ami de 30 ans de VALLS et conseiller privilégié de SARKOZY : « dans le pouvoir local la maçonnerie est beaucoup plus présente qu’on imagine [depuis BAUER cherche désespérement à se rattraper en sortant un bouquin façon la franc-maçonnerie ne contrôle presque rien : bon, y aurait-il un début d’inquiétude chez ceux qui ne controleraient presque rien ?]. » La Ripoublique exemplaire (cf la BAC nord de Marseille versus les dommages et intérêts contre Philippe PICHON) de HOLLANDE est un Etat Totalitaire exemplaire, du local au national et du national au local. Tout cela définit un « Etat Totalement Totalitaire » violeur des articles 2, 3 et 64 de la Constitution et 2, 6, 10, 12 et 16 de la Déclaration des droits de l’homme son préambule, des articles 7, 8, 9, 10, 11, 12, 17, 19, 20, 21, 25, 26, de la Déclaration universelle des droits de l’homme, du principe de laïcité (1), de l’article 432-4 du Code Pénal… et l’article 40 du CPP, l’article de loi le plus violé de France ! La mise sous contrôle des ministères de l’Intérieur et de la Défense, en France aujourd’hui, est documentée officiellement par le Figaro Magazine du 7/12/12 page 42. Sophie COIGNARD, dans Le Point, du 18/1/07 page 39 : « … La police est un nid de francs-maçons, notamment chez les commissaires… » « Un Etat dans l’Etat » de Sophie COIGNARD page 123 « 24 juin 2003, Nicolas Sarkozy… : « La franc-maçonnerie est ici chez elle au ministère de l’Intérieur… (1) » « Place Beauvau » d’Olivia Recasens, Jean-Michel Decugis et Christophe Labbé : « … Clotilde Valter, inspectrice générale de l’administration, spécialiste des questions de police au PS et ancienne conseillère du premier ministre, Lionel Jospin, pour la sécurité : « Le poids de la franc-maçonnerie est écrasant, je n’ai jamais vu ça, nulle part ailleurs. Jamais à un tel niveau » (p. 163). Une opinion partagée par un ancien de l’équipe de Daniel Vaillant : « La franc-maçonnerie est partout au ministère de l’intérieur à tous les étages et dans tous les bureaux. On le sent dans les coups de fil au cabinet du ministre pour les nominations. » L’EXPRESS du 27/6/12 p49 sur le ministère de l’Intérieur : “une génération de quadragénaires désespérés par le plafond de verre que constitue le poids des syndicats et de la franc-maçonnerie dans la maison”. Il y a même évolution vers le droit divin : « … Place Beauvau… Le poste lui paraît d’autant plus réservé qu’il dispose de solides réseaux francs-maçons… » (Le Point 10/11/11 page 59 en haut au milieu) « … il existe deux fraternelles distinctes, l’une pour la base (4000 membres), l’autre pour les très hauts gradés (150 membres). La seconde a une réputation de faiseurs de rois… » (« Les frères invisibles » page 334 Pocket). Sur la dérive totalitaire maçonnique de la Justice, en violation des articles 2 et 3 de la Constitution et XVI de la Déclaration des droits de l’homme, voir la synthèse du Point du 1/2/11 sur internet « Les francs-maçons des justiciables pas comme les autres. Quand l’appartenance maçonnique pèse dans la balance » avec l’exemple du procès lié au conflit interne à la GLNF « Chaque camp espère tomber sur des juges compréhensifs, et reconnaît donc de façon implicite l’influence fraternelle dans les prétoires. Les frères avocats sont nombreux aussi. » :

http://www.lepoint.fr/politique/les-francs-macons-des-justiciables-pas-comme-les-autres-01-02-2011-130548_20.php

« … Récemment, une sorte d’expérience de laboratoire a eu lieu au tribunal de Paris. Des francs-maçons attaquent d’autres francs-maçons, tous de la même obédience. C’est, depuis un an, la panique à la GLNF, deuxième obédience du pays derrière le GO. Des frères sont entrés en dissidence et remettent en question la légitimité du grand maître, François Stifani, qui, selon eux, outrepasse son pouvoir. Pour régler le contentieux, il a fallu, horresco referens, faire appel à la « justice profane ». Chaque camp espère tomber sur des juges compréhensifs, et reconnaît donc de façon implicite l’influence fraternelle dans les prétoires. Les frères avocats sont nombreux aussi… »

Le chapitre 9 « Détournements de justice » de la somme « Les frères invisibles » de Ghislaine OTTENHEIMER et Renaud LECADRE, Pocket,  pages 248-275, est entièrement consacré au faisandage de la « Justice » par la franc-maçonnerie, d’un bout à l’autre de la France.

Tout cela définit un « Etat Totalement Totalitaire » violeur des articles 2, 3 et 64 de la Constitution et 2, 6, 10, 12 et 16 de la Déclaration des droits de l’homme son préambule, des articles 7, 8, 9, 10, 11, 12, 17, 19, 20, 21, 25, 26, de la Déclaration universelle des droits de l’homme, du principe de laïcité (1), de l’article 432-4 du Code Pénal… et l’article 40 du CPP, l’article de loi le plus violé de France !

 
Rappel d’archétypes de spoliations maçonniques en bande organisée :
Le Journal de la Côtière n°378 du 20 au 26 février 2003 :
– page 1 : « Jugement non appliqué. Une habitante demande justice… Vivant depuis deux ans avec le Revenu Minimum d’Insertion dans une maison sans chauffage qui est mise aux enchères, une habitante de La Boisse demande qu’un jugement du tribunal de Bourg-en Bresse lui octroyant une rente mensuelle de 1500 euros soit appliqué. Une affaire douloureuse qui met le doigt sur les dysfonctionnements de l’appareil judiciaire et sur une éventuelle dérive franc maçonnique… »,
– page 2 : « … la décision de justice n’a jamais été appliquée malgré de TRES NOMBREUSES LETTRES ECRITES AUX MAGISTRATS ET AUX HOMMES POLITIQUES… le plus hallucinant reste tout de même les multiples dysfonctionnements de l’institution judiciaire… des procès-verbaux ont disparu… », des pièces à Bourg-en-Bresse comme à Grenoble [marqueur répétitif et maintenant bien connu « disparition de documents »], « … un dossier de 229 pages qu’elle envoie en recommandé avec accusé de réception… au tribunal administratif de Lyon (TA) et au ministère de la justice. Bizarrement ce dossier a disparu aussi bien au TA qu’au ministère… Un réseau franc-maçon ?… Son seul revenu est le revenu minimum d’insertion (RMI). Bien loin des 10 000 francs mensuels et du capital de 600 000 francs que la justice lui a attribué par jugement… »
AGGLO-RIEUSE 1 et8/9/04 : « Depuis 10 ans la saga judiciaire X défraye les prétoires. Cette vieille famille montpelliéraine piégée dans un projet immobilier qui les a mis sur la paille ne s’avoue pas vaincue. En octobre dernier le juge Y met en examen la puissante société Z… Les chefs d’accusation sont « FAUX, USAGE DE FAUX ET ESCROQUERIE ». MAIS COMME PAR HASARD, LA CHANCE OU LES RESEAUX D’INFLUENCE PARALYSENT LA MACHINE JUDICIAIRE MONTPELLERAINE La famille X engage comme architecte W… détail qui tue W a caché qu’il n’est pas inscrit à l’ordre des architectes. EN 2003, LE PROCUREUR DE MONTPELLIER RELEVE A SON ENCONTRE « DES PRESOMPTIONS GRAVES DE FAUX EN ECRITURES, D’USAGE DE FAUX ET D’ESCROQUERIE » LE SUPPOSE HOMME DE L’ART CONSEILLE LES X POUR LE CHOIX DE L’ENTREPRISE… CE SERA LA SOCIETE Z, une filiale de la monumentale société V. LES DEUX DIRIGEANTS DE LA SOCIETE Z SONT DANS LE COLLIMATEUR DE LA JUSTICE, AINSI QUE T qui dirige la société V… Tous ces notables sont bien entendu présumés innocents…LA SOCIETE V DEMARRE LES TRAVAUX EN 1992… POURTANT, UNE CLAUSE STIPULE QUE L’ENTREPRENEUR NE PEUT COMMENCER LE CHANTIER AVANT QUE LE FINANCEMENT DES BANQUES SOIT EFFECTIF… IL A ETE AJOUTE A LA MAIN AU STYLO SUR LE CONTRAT QUE « LA MISE EN PLACE DU CREDIT D’ACCOMPAGNEMENT DEVRA SE FAIRE AVANT FIN 92 » LES X NE PARAPHENT PAS LE RAJOUT ; SEULE LA SIGNATURE DE LA FILIALE DE LA SOCIETE V FIGURE SUR LE DOCUMENT… LA SOCIETE V… EXIGEANT… LE PAIEMENT IMMEDIAT… LES X SONT ACCULES A LA RUINE. « MON PERE EST MORT DE CHAGRIN ET MOI, J’AI FAILLI ME FOUTRE EN L’AIR… »… LEURS DEUX VILLAS D’HABITATION SONT SAISIES, UNE AUTRE EST LA PROIE DES FLAMMES. ELLE ABRITAIT LES PIECES COMPTABLES DE L’OPERATION. BIZARRE… LE FAMEUX TERRAIN EVALUE A 15 MILLIONS DE FRANCS EN 1990 EST BRADE EN 1996 POUR 10 FOIS MOINS A LA SOCIETE T, UNE DROLE D’ENTREPRISE DANS LE COLLIMATEUR DE LA JUSTICE… SELON LE MIDI LIBRE DE L’EPOQUE, LA PROCEDURE EST TROUBLANTE : « LE TRIBUNAL DE COMMERCE PRESIDE ALORS PAR S ACCORDE UN PLAN DE CONTINUATION DANS DES CONDITIONS INESPEREES. L’ENTREPRISE A UN DELAI DE 16 ANS POUR REMBOURSER SES DETTES »… LA SOCIETE T OBTIENT DE LA MAIRIE DE MONTPELLIER UN PERMIS DE CONSTRUIRE POUR LE MOINS SURPRENANT… DES EVENEMENTS SEMBLANT DECLENCHES PAR DES FORCES OCCULTES REVIENNENT REGULIEREMENT. SANS TOMBER DANS LA PARANOIA, ON POURRAIT DECRYPTER CERTAINS ASPECTS DE CETTE AFFAIRE EN Y VOYANT L’INFLUENCE DE RESEAUX FRANCS-MACONS QUI NE FONT PAS QUE REFLECHIR A LA PENSEE PHILOSOPHIQUE. SI L’ON SE REFERE A L’OUVRAGE DU JOURNALISTE JACQUES MOLENAT «LE MARIGOT DES POUVOIRS», LES BONNES FEES DE LA SOCIETE T PORTENT L’HABIT DU CLUB DES R, LE CERCLE MACONNIQUE LE PLUS INFLUENT DE MONTPELLIER… CELUI PAR QUI CHAQUE FIL DE L’AFFAIRE ABOUTIT S’APPELLE Q… IL REALISE LE GRAND SCHELEM… « ON SE CROIRAIT DANS UN PAYS DU TIERS MONDE EN CE QUI CONCERNE LA JUSTICE ». [Dumas a évoqué sans problème les sections spéciales : ils doivent encore en rire en chargeant les canons lors des agapes] L’HOMME… SAIT DE QUOI IL PARLE. LE JUGE… QUI INSTRUISAIT… VIENT DE PARTIR… SOUHAITONS QUE SON SUCCESSEUR MONTRE… QUE MONTPELLIER N’EST PAS L’AFRIQUE ET ENCORE MOINS UNE REPUBLIQUE BANANIERE. » 
AGGLO-RIEUSE 6/4/05 p 1-2 : « LE PLUS JEUNE FRANC-MACON DE FRANCE POURSUIT SON PERE EN JUSTICE. CET HERAULTAIS DE 23 ANS RECLAME 18 MILLIONS D’EUROS A SON PERE… JEAN-FRANCOIS C…. BRILLANTES ETUDES A SUP DE CO, OFFICIER DANS L’ARMEE… PRECOCE CHEF D’ENTREPRISE… LE 28 JUIN 2003 IL ‘RECOIT LA LUMIERE »… IL Y AVAIT UNE TRENTAINE DE FRERES ET L’UN D’EUX M’A INTERPELLE EN DISANT « C’EST UNE HONTE D’ATTAQUER SON PERE EN JUSTICE » RACONTE JEAN-FRANCOIS… »… J’AI MIS UNE BAFFE A MON ACCUSATEUR ET JE SUIS SORTI »… COMME LE DEPLORE A MI-VOIX LE JEUNE HOMME « IL Y A DES POROSITES ENTRE UNE FRACTION DU MILIEU JUDICIAIRE ET LES FRERES » [C’EST DONC OFFICIEL DE SOURCE  MACONNIQUE, M.PERBEN : ALLEZ-VOUS SANCTIONNER LES RENARD LOCAUX OU ATTENDREZ-VOUS UNE FOIS DE PLUS D’Y ETRE CONTRAINT PAR LES EVENEMENTS ?] … MON PERE AVAIT 90% ET MOI 10%… J’APPRENDS QUE J’AURAI CEDE TOUTES MES PARTS… ON A IMITE SA SIGNATURE [MEME SCENARIO DANS L’AIN POUR UN MAIRE CORROMPU QUI DONNE DES PARTS DE SA FEMME A SA MAITRESSE EN IMITANT LA SIGNATURE ET QUI FINIRA… A MONTPELLIER!]. IL PORTE PLAINTE POUR FAUX ET USAGE DE FAUX A L’ENCONTRE DE SON PERE ET DE SA NOUVELLE COMPAGNE A QUI BENEFICIE CETTE CESSION… LE PERE QUI EST RICHISSIME POSSEDE UNE GRANDE PARTIE D’UNE ZONE D’ACTIVITE HERAULTAISE… LE PAPA DE JEAN-FRANCOIS SERAIT UN ANCIEN DE LA CELEBRE LOGE P2… » 
 

« Arrêtons le jeu de massacre » de Loisel et Bourlet (ouvrage remis à tous les députés) p 206-208 : « L’affaire Cotsaftis. Une belle propriété de famille fait l’objet de convoitises de professionnels du droit, qui mettent au point un savant mécanisme juridique, dont l’objectif final non avoué, est de s’accaparer ce bien à vil prix. L’accaparement du bien d’autrui par des professionnels avertis est au cœur du sujet. De plus en plus, dans notre société, des personnes non averties peuvent être confrontées à une telle démarche et se retrouver du jour au lendemain, en position de victimes d’un système dont elles ne soupçonnaient pas l’existence… Le récit de l’histoire vécue par ces personnes s’inscrit en fait dans une démarche de spoliation.

Monsieur Cotsaftis a hérité, dans les années 80 d’une grande maison, située dans le quartier historique d’une ville universitaire du Sud de la France. Cette maison, transmise de père en fils, appartenait depuis près d’un siècle à sa famille « honorablement connue sur la place, le grand-père et le père de monsieur Cotsafis y ayant établi leur cabinet médical, tout en y exerçant une fonction de consul de leur pays d’origine, la Grèce ». A la suite de sa mutation de Paris vers sa ville natale et après plusieurs années de travaux de remise en état de sa maison « financés par plusieurs prêts », il s’installe avec sa famille dans cette demeure, qui devient leur résidence principale.

Quelques années après, les travaux étant quasiment terminés, son épouse crée dans la partie non occupée par eux, une entreprise offrant à ses clients de multiples activités : centre culturel et de remise en forme, activité de conseil en entreprise et restauration, permettant l’organisation d’ateliers, de séminaires, d’expositions et de spectacles…

Avec cette entreprise, aux activités en plein essort, les Cotsaftis n’imaginent alors pas l’importance du risque qui va planer sur leur résidence, en cas de difficultés économiques. En effet, grâce aux disciplines mises en œuvre, de nombreux clients ou visiteurs vont bénéficier des activités dispensées, mais aussi admirer les caractéristiques exceptionnelles de cette belle maison. Et « certains » seront désormais à l’affût de la moindre faiblesse pour assouvir leurs convoitises… Parmi eux, on retiendra la présence de personnages avertis dans l’inivers du droit qui, par le biais de subtiles et habiles manœuvres, finiront par acquérir cet immeuble à vil prix, au moment opportun.

Et tel a été le cas, lorsque M.Cotsaftis s’est retrouvé brutalement « licencié économique », après trente années de bons et loyaux services. Les époux Cotsaftis disposaient pourtant à ce moment-là d’un patrimoine, fruit de plusieurs vies de travail, qui aurait alors dû leur permettre de sortir de cette situation difficile.

Mais, lorsque M.Cotsaftis fait l’objet dudit licenciement, les compagnies d’assurances qui avaient pourtant couvert les prêts bancaires ASSORTIS D’UNE ASSURANCE PERTE D’EMPLOI (associés à ces investissements) ne respecteront pas les contrats signés. Il en résulterat une évidente difficulté économique au sein de la famille, dont les revenus ne permettent plus d’honorer les échéances desdits prêts, difficulté qui sera le point de départ des problèmes qu’ils vont rencontrer, malgré le succès croissant du centre pluridisciplinaire.

Les murs de la maison seront donc vendus à vil prix, aux enchères publiques « par le biais d’une société écran », à des personnages peu scrupuleux, juristes confirmés, rôdés aux pratiques d’acquisition de biens de personnes en difficulté, qui iront jusqu’à détruire brutalement l’instrument économique dudit centre pluridisciplinaire, sans procédure préalable et ce, malgré le bail existant.

En parallèle, ils obtiendront successivement des tribunaux locaux, l’extension de la liquidation judiciaire de monsieur Cotsaftis à son épouse (alors qu’ils étaient mariés sous le régime de la séparation de biens) et à la société locataire des lieux (propriétaire du fonds de commerce préalablement détruit), puis l’autorisation d’expulser les Cotsaftis et leurs enfants de leur maison de famille, malgré les procédures civiles et pénales en cours d’instruction dénonçant ces faits. En conséquence, la famille Cotsaftis se retrouvera alors « à la rue et sans travail » avec des créances pour la plupart indues ou gonflées dans des proportions anormales, ce qu’ils ont également dénoncé, sans suite !

Dans cette affaire, comme dans beaucoup d’autres, certes un peu difficile à résumer, parce que parsemée d’embûches, il faut s’interroger sur le rôle de certains personnages soit disant conseil plus préoccupés de faire « de bonnes affaires », que d’assurer sérieusement la défense de ceux qui viennent les solliciter… Moralité de cette affaire, sur fond de décisions de juridiction économique, nous observons que les juridictions et les victimes ont été manipulées. Elles n’ont pas su ou pu découvrir « les manœuvres astucieuses » mises au point par certains professionnels du droit, ce qui a conduit ces justiciables, après une longue vie de travail et de réussite professionnelle, à quelques années de la retraite, vers un véritable cauchemar [les manœuvres dolosives constituent un bénéfice psychologique secondaire : les affaires Dutroux, disparues de l’Yonne et Alègre ont montré le lien corruption échangisme SM pédocriminalité serial-killers].

Dans ce contexte, les Cotsaftis vont tenter de récupérer ce dont ils ont été dépossédés. Mais ils sont CONFRONTES A UNE VRAIE BANDE ORGANISEE, ce qui les contraint aujourd’hui à subir de multiples procédures judiciaires qui n’en finissent pas et dont ils doivent assumer le coût élevé [localement leur cas n’est pas unique].

DANS CETTE AFFAIRE, COMME DANS TANT D’AUTRES, ON PEUT SE POSER LA QUESTION DE SAVOIR COMMENT DANS NOTRE SOCIETE DE PLUS EN PLUS « JUDICIARISEE », DES PERSONNAGES INFLUENTS, PROFESSIONNELS AVERTIS DU DROIT, PEUVENT REGNER DURABLEMENT EN « MAITRES » AU COEUR DES JURIDICTIONS, GRACE A LA MAITRISE DES PROCEDURES, APPAREMMENT SANS AUCUN CONTROLE, NI RAPPEL A L’ORDRE, AFIN DE S’ACCAPARER « PAR DES PROCEDES SUBTILS » ET TOUJOURS DANS DE TRES BONNE CONDITIONS, LE BIEN D’AUTRUI. Et comme le dit madame Cotsaftis : des affaires comme la nôtres « une famille ruinée et dépossédée de ses biens, une entreprise détruite et liquidée sans raison » il y en a beaucoup en France.

Il est donc important dans l’intérêt de tous, de dénoncer ces différentes affaires afin… de trouver des solutions, qui permettront un jour aux victimes spoliées de retrouver leurs biens et leur honneur. »

Le livre de Fontenelle « La baie des affaires. Enquête sur les dysfonctionnements de la justice a Nice. » a un dernier chapitre stupéfiant que toutes les françaises et tous les français devraient lire pour s’informer sur l’état de la justice : « …les dysfonctionnements de la justice à Nice ne sont pas une vue de l’esprit d’Eric de Montgolfier, contrairement à ce que semble penser l’Inspection générale des services judiciaires… Le juge Renard confie le dossier [« suicide Vito »] à la juge d’instruction Anne Vella[Point 12/1/01 p59 : Anne Vela, juge d’instruction… a joué la transparence et révélé sa propre appartenance à la franc-maçonnerie… »]…Le parquet de Nice requiert… la mise en examen et le placement sous mandat de dépôt… la juge d’instruction rend une ordonnance de refus de plus ample informer… le chambre d’accusation… présidée par Yves le Bourdon [défenseur de Renard au CSM] … confie le dossier Vito à… Jean-Paul Renard… La cour d’appel, en revanche, ne s’interroge pas – mais ce n’est pas sa vocation – sur les raisons pour lesquelles Anne Vella ne s’est pas livrée à ces vérifications les plus élémentaires… Et pourtant, le 23 janvier 2001, le juge Renard, comme avant lui Anne Vella, renvoie le docteur C. devant le tribunal correctionnel… les juges de la cinquième chambre constatent que « les faits déférés au tribunal correctionnel sous la qualification de délit sont de nature à entraîner une peine criminelle », et se déclarent incompétents… Les avocats de Cédric Vito… ont mis le doigt sur UN ASPECT ASSEZ TROUBLANT DE CE DOSSIER : ILS ONT DECOUVERT QUE PLUSIEURS DE SES PROTAGONISTES ETAIENT FRANCS-MACONS A LA GLNF…»
« La vendetta française » Coignard p 96 : « … COUR D’APPEL D’AIX-EN-PROVENCE. CETTE COUR, CONNUE POUR ABRITER DES FRANCS-MACONS DE HAUT RANG, DONT ON NE PEUT ECRIRE LES NOMS SOUS PEINE D’INTERMINABLES ET COUTEUX PROCES… La piste des représailles fraternelles [contre de Montgolfier] est d’autant plus crédible que L’INSPECTION GENERALE DES SERVICES JUDICIAIRES ELLE-MEME COMPTE JUSQU’AU PLUS HAUT NIVEAU DE NOMBREUX FRANCS-MACONS DANS SES RANGS… »
Article L731-1 du Code de l’Organisation judiciaire… la récusation d’un juge peut être demandée… s’il existe un lien de subordination [le serment maçonnique] entre le juge… et l’une des parties… s’il y a amitié [la solidarité maçonnique]… notoire [d’où la nécessité impérative de lever le secret maçonnique, mais la répétition crée la suspicion légitime cf le roman de Renard et ses appuis hiérarchiques francs-maçons décryptés par Coignard] entre le juge et l’une des parties…
La demande de renvoi pour suspicion légitime est une demande de dessaisissement d’une Chambre de la juridiction saisie lorsqu’une des parties fait valoir que les magistrats qui la composent pris collectivement et non individuellement , font preuve , ou risquent de faire preuve d’inimitié , ou d’ animosité à son égard .(articles 356 et suivants du Nouveau Code de Procédure civile). L’article 668 du Code de Procédure Pénale dit que tout juge peut être récusé s’il y a entre lui et l’une des parties « toutes manifestations assez graves pour faire suspecter son impartialité ».

Monde 10/7/03 p15 : « Plus qu’un état des lieux du tribunal, le document de l’IGSJ constitue UNE CHARGE AU VITRIOL A L’ENCONTRE DU CHEF DE PARQUET… M. de Montgolfier avait choqué plus d’un magistrat en évoquant publiquement [Borrel, Jambert, Line Galbardi, ne seraient-ils pas vivants s’ils avaient communiqué ?] les « influences » exercées par une « franc-maçonnerie d’affaires » sur le cours de certains procédures judiciaires. Disparition de dossiers au sein même du palais de justice [marqueur répétitif commun désormais à nombre d’affaires de La Boisse à la scientologie en passant par les carnets d’adresses d’Auxerre-Appoigny et Toulouse], instructions étouffées, procédures bâclées… L’Inspection consacre une bonne partie de son rapport à ces affaires. Sa conclusion ? « Si le traitement de certaines procédures n’était pas toujours exempt de critiques, les signalement effectués n’ont que très rarement permis de mettre en évidence des défaillances professionnelles ou déontologiques ». PARADOXALEMENT, L’EXAMEN DE LA PLUPART DES DOSSIERS ETUDIES PAR L’IGSJ DONNE LE SENTIMENT EXACTEMENT INVERSE… s’il « peut être reproché à M.Renard d’avoir fait preuve de légèreté et d’imprudence en conservant des relations, même occasionnelles, avec une personne déjà condamnée dont les activités paraissent douteuses, rien, en l’état et sauf rebondissement, ne permet pour autant de douter de sa probité »… CONCERNANT L’EXISTENCE D’UNE « MACONNERIE D’AFFAIRES », L’INSPECTION ASSURE QUE SES INVESTIGATIONS « N’ONT PAS PERMIS DE CONFIRMER LA THESE DE L’EXISTENCE D’UN TEL RESEAU »… OUTRE LE DOSSIER QUI A VALU A M.RENARD D’ETRE POURSUIVI, CETTE AFFIRMATION SE HEURTE AUX DEVELOPPEMENTS DE L’ENQUETE SUR LES MARCHES PUBLICS DE NICE. CETTE INSTRUCTION, QUI A VALU A PLUSIEURS PROCHES DU MAIRE DE NICE D’ETRE MIS EN EXAMEN AU MOIS DE MARS, A PRECISEMENT MIS EN LUMIERE L’EXISTENCE D’UN « RESEAU » MACONNIQUE… »

Madeleine Le Guillou Présidente d’Association Contre la Corruption met en exergue le point nodal systémique du rapport de l’IGSJ sur de Montgolfier : grâce à celui-ci, LES ENQUETES SUR LES MORTS SUSPECTES SONT PASSEES A NICE DE 3 A 59 PAR AN. DE MONTGOLFIER EST SANCTIONNE « EN BANDE ORGANISEE » POUR AVOIR FAIT SON DEVOIR CONTRE LA JUSTICE DEVOYEE « EN BANDE ORGANISEE ».

Nouvel Obs 28/10/04 http://www.nouvelobs.com/dossiers/p2086/a252700.html : « … Alors qu’à Paris Renard perd pied, son principal adversaire reste introuvable. Tous les journalistes cherchent à joindre Eric de Montgolfier. On voudrait une réaction, une de ces phrases bien senties dont il a le secret. Le procureur de Nice, qui avait le premier dénoncé l’influence des loges sur la justice locale, est en vacances à Rome. Il savoure sa victoire dans la Ville éternelle. Quel incroyable retournement! Il y a près d’un an, c’était lui le vaincu. Ses ennemis et la chancellerie avaient bien failli avoir sa peau en rejetant sur lui la responsabilité des fautes qu’il dénonçait! Illustration presque trop parfaite du vieil adage: «Le premier qui dit la vérité…» Le procureur iconoclaste a failli tomber dans un traquenard qui aurait pu lui coûter son poste à Nice et sa réputation. L’une de ces machines infernales politico-médiatiques, sur fond de connivences maçonniques, d’arrière-pensées politiques et de lâcheté institutionnelle dont il est souvent difficile de se relever. Devant le CSM, il y a quinze jours, le représentant du ministère de la Justice a stigmatisé la «perte complète des repères déontologiques» de Jean-Paul Renard et «ses manquements graves et répétés» aux devoirs d’un magistrat. Il n’a pas prononcé une seule fois le mot «franc-maçon». Pourtant, l’ombre des frères planait sur tous les dossiers examinés: magistrats maçons, élus maçons, policiers maçons, chefs d’entreprise maçons, délinquants maçons… In fine, le représentant du garde des Sceaux a demandé la sanction maximum: la révocation. Il a aussi affirmé que la chancellerie avait tout fait pour diligenter l’enquête du CSM… C’EST EN FAIT L’INVERSE QUI S’EST PASSE…. il faut revenir sur l’invraisemblable bras de fer qui oppose le procureur de Nice et Jean-Paul Renard depuis près de cinq ans. Un duel qui illustre toute la complexité du combat contre les fameux «réseaux francs-maçons» dans la justice, dénoncés par Eric de Montgolfier, quelque temps après son installation sur la Côte… enfin, un homme finit par bouger: c’est le premier président de la cour d’appel d’Aix-en-Provence, Bernard Bacou. Fraîchement débarqué dans le Sud, il est sidéré par le contenu du rapport. Sidéré aussi par l’assourdissant silence du pouvoir politique. Bien que la loi l’y autorise, Bacou se refuse dans un premier temps à saisir, seul, le Conseil supérieur de la Magistrature. «Etant donné le niveau de gravité des actes reprochés au juge Renard, il me semblait plus approprié que ce soit la chancellerie qui effectue cette saisine. D’autant que je ne possédais pas tous les éléments», explique-t-il aujourd’hui au «Nouvel Observateur». Bernard Bacou fait alors savoir qu’il attend une réaction du ministère jusqu’au mois de janvier 2004. Las. La chancellerie ne donnant toujours pas signe de vie, le magistrat décide de monter seul au créneau. Mi-janvier, il saisit de lui-même le CSM…

Pour l’instant, le magistrat a sombré seul. Mais pendant ces vingt-deux années passées dans les Alpes-Maritimes, il aurait accumulé suffisamment de «munitions» contre suffisamment de personnes, franc-maçonnes ou pas. Il serait une «bombe vivante» dont la possible déflagration ferait trop de dégâts et ruinerait l’image de la justice… Une dernière hypothèse court dans les couloirs du tribunal de Nice. De nombreux magistrats ne comprennent pas non seulement pourquoi l’IGSJ a rendu un rapport aussi «abracadabrantesque» au printemps 2003 mais aussi pourquoi la chancellerie a mis autant de temps à réagir. Certains évoquent, bien sûr, les «réseaux maçons» qui irradient toute la magistrature. Jusqu’à l’IGSJ? Jusqu’au CSM? [il suffisait de lire « La vendetta française » de Coignard pour avoir la réponse] En 2000, quand le juge Murciano de Grasse a été convoqué par l’instance disciplinaire, il a carrément mis en cause un des magistrats qui siégeait, en évoquant son appartenance à la même loge que Michel Mouillot… http://www.nouvelobs.com/dossiers/p2086/a252702.html

« Un juge au-dessus des lois ? » Fontenelle : « … le palais de justice de Nice a été, pendant – au moins – une dizaine d’années, une zone de non-droit… Il n’est pas sain qu’un magistrat fasse partie d’un réseau qui a pour principe le secret… Le patron d’un groupement de francs-maçons profite d’un entretien avec la ministre de la Justice pour formuler des menaces contre le procureur de la République de la quatrième ville de France… madame la ministre a déclaré au boss du Grand Orient de France « qu’aucun changement n’interviendrait concernant le secret d’appartenance à une structure maçonnique ou autre »… [viol des premiers articles de la Constitution de la France]… Un homme se lève alors pour défendre le juge Renard, et l’histoire devient vraiment très, très belle. Il s’agit d’Yves Le Bourdon, président de la chambre de l’instruction (ex-chambre d’accusation) de la cour d’appel d’Aix-en-Provence… Lancé, Yves Le Bourdon, qui ne peut certes pas deviner que ses affirmations se retourneront contre lui trois ans plus tard, semble ne plus pouvoir s’arrêter… les sept enquêteurs de l’IGSJ sont à Nice… le procureur général d’Aix-en-Provence, Gabriel Bestard, leur envoie un signal fort. Il stigmatise publiquement Eric de Montgolfier, le décrivant comme « habile et dangereux »… A Nice, en 2001, les inspecteurs avaient manifestement pris une commande assez particulière : une tête de proc… Les auteurs du rapport de l’IGSJ écrivent, à la page 130, qu’ils n’ont recueilli « aucun élément à même de confirmer, ou de révéler, des faits mettant en cause la probité de M.Renard »… Il faut préconise L’Inspection générale des services judiciaires qu’Eric de Montgolfier s’en aille… Il en va de même pour M.Dorcet… Hervé Expert, devrait aussi être muté…Cela s’est passé en France, au mois de juin 2003. Et pas dans une république bananière [dans une Etat totalitaire]… Et Dominique Perben, ministre de la Justice, semble trouver cela positivement formidable… « Ensuite, explique Vincent Lamanda, […] j’ai entendu certaines personnes du monde judiciaire exclusivement (magistrats, greffiers, avocats, gendarmes), dont l’entretien avec les membres de l’Inspection générale n’avait pas donné lieu à l’établissement d’un procès-verbal ou qui n’avaient pas été interrogées et dont il paraissait indispensable de recueillir le témoignage, ou encore, pour l’une d’elles, qui avait déclaré publiquement que ses réponses avaient été « minimisées », ou enfin, pour une autre, qui pouvait détenir de nouvelles informations […]. »… Ses tournures, tout au long de son rapport, sont visiblement l’œuvre d’un pince-sans-rire… je me demande si Vincent Lamanda, seul, n’a pas abattu beacoup plus de boulot en moins de 6 mois que n’en avaient effectué en dix mois les sept enquêteurs de l’IGSJ ?… « Robert « tenait » plusieurs personnes de haut rang autour de lui, que ce soit au niveau politique, judiciaire, fiscal et policier » [confirmation que l’Etat français totalitaire est fondé sur le chantage en sus de la bande organisée]… probablement des photos en « galante compagnie » …  JE N’AI PAS ENVIE DE PASSER LES TRENTE PROCHAINES ANNEES A ME DEMANDER, A CHAQUE FOIS QUE JE VERRAI UN ELU, UN MAGISTRAT, UN AGENT DU FISC OU UN POLICIER : « EST-CE QUE CE GARS-LA EST « TENU » ? »… Le sous-préfet, au téléphone, m’a simplement dit : « Si vous saviez ce que je sais, vous ne désigneriez pas M.Renard. » [donc le système dirigeant de la France, qui a couvert Renard avec acharnement, était parfaitement au courant]… Vincent Lamanda… : « Au vu des éléments recueillis, DE NOUVELLES ENQUETES MERITERAIENT SANS DOUTE D’ETRE ENTREPRISES TANT SUR DES FAITS IMPUTABLES A M.RENARD… QU’A L’EGARD D’AUTRES MAGISTRATS… »…

Aujourd’hui en France 19/11/05 p 16 : « La procureur Anne de Fontette a requis hier une peine de six mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende à l’encontre de l’ex-juge niçois Jean-Paul Renard… des « faits particulièrement graves… une atteinte à la crédibilité de l’appareil judiciaire [Dutroux-DEFI-Nice-Antibes-Perpignan, disparues de l’Yonne, de Mourmelon, Alègre, Borrel, Bérénovoy, Grossouvre qui venait de prévenir Mobutu de ne pas prendre l’avion d’Habyarimana, Barbara COLL, Murciano, Lévy, affaires de Montpellier, de La Boisse…], aux libertés individuelles que les magistrats sont censés garantir »… Il s’agit « d’une perte totale de repères déontologiques » et d’UN MELANGE ENTRE LE SERMENT IRREVOCABLE QUE PRETE LE MAGISTRAT ET LE SERMENT QUE PRONONCE L’IMPETRANT LORS DE SON ENTREE DANS UNE LOGE MACONNIQUE, a estimé le procureur… »

Aujourd’hui en France 3/1/05 p 18 : « Le juge d’instruction de Grasse Jean-Pierre Murciano, spécialiste des affaires politico-financières, vient d’être définitivement réhabilité. Le 16 décembre, le Conseil supérieur de la magistrature a rendu un non-lieu dans l’affaire du Crédit Lyonnais, qui avait valu au magistrat d’être sanctionné par ses pairs [ce qui avait permis à de Montgolfier de tirer la sonnette d’alarme sur le roman de Renard en venant témoigner]… L’acharnement a commencé en septembre 1999, lorsque j’instruisais les dossiers du Crédit Lyonnais et de la Compagnie générale des eaux liés à l’ex-maire de Cannes… cinq ans plus tard les faits me donnent raison… DES CENTAINES DE MILLIARDS DE FRANCS ONT ETE DETOURNES … VOUS AFFIRMEZ QUE LA FRANC-MACONNERIE OCCUPE UNE PLACE PREPONDERANTE DANS LA CORRUPTION… LES AFFAIRES MOUILLOT ONT DEMONTRE QUE LES PRINCIPAUX ACTEURS DU SYSTEME APPARTENAIENT A LA MEME LOGE. EN EFFET POUR QU’IL Y AIT PACTE DE CORRUPTION, IL FAUT INCLURE DANS LE PROCESSUS les promoteurs, qui bénéficiaient d’autorisations induites, MAIS AUSSI LES FONCTIONNAIRES MUNICIPAUX AINSI QUE LES ELUS ET LES FONCTIONNAIRES D’ETAT QUI SONT LA POUR CONTROLER… Ce qui me pousse à continuer, ce sont les messages d’encouragement de certains confrères qui combattent la corruption, ainsi que les courriers de soutien de citoyens en quête d’une justice sereine et équitable… »

Le Point du 12/1/01 évoque un dragueur franc-maçon de l’ENM Ecole Nationale de la Magistrature doté à la Chancellerie d’un fort pouvoir disciplinaire.

Cour de cassation 23/2/01 assemblée pleinière : « constitue une faute lourde toute déficience caractérisée par un fait ou une série de faits traduisant l’inaptitude du service public de la justice à remplir la mission dont il est investi. » http://www.motus.ch/actions/politiquedevie/comm011016.html

Lacan, dans « Ces magistrats qui tuent la justice », p264 précise : « … le 31 mai 2001, il débarque place Vendôme, au ministère de la Justice, pour une perquisition. C’est une première audacieuse dans l’histoire de la justice française mais l’initiative est payante : le magistrat instructeur apprend dans les documents saisis que l’IGSJ a recommandé à la chancellerie de traduire [un ancien sous-directeur à la chancellerie] devant la formation disciplinaire du Conseil supérieur de la magistrature. Une demande que ni Elisabeth Guigou ni son successeur, Marilyse Lebranchu, n’ont daigné honorer. Dans sa visite musclée au ministère, le juge s’aperçoit aussi que le secret de son instruction a été violé : des pages entières de procès-verbaux se trouvent dans les bureaux de la place Vendôme… » et l’ancien sous-directeur va récidiver! » http://www.denistouret.net/droitadmdesbiens/marches_truques.html#30mars2003

Monde 13/6/03 p1 : « Affaire Voirain : magistrature et corruption. Trois hauts magistrats ont été convoqués par les juges d’instruction, dans l’affaire Voirain, ce substitut du parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis) écroué le 11 février pour « blanchiment ». Alexandre Benmakhlouf, ancien procureur général de Paris, son successeur Jean-Louis Nadal et l’ex-procureur de Bobigny, Marc Moinard, n’ont en effet jamais engagé de poursuites contre ce substitut. Son nom était pourtant cité dans quatre affaires embarassantes depuis 1992, ce dont témoigne son dossier disciplinaire. JEAN-LOUIS VOIRAIN A ETE FAIT CHEVALIER DE LA LEGION D’HONNEUR EN 2002 [sur proposition de l’Elysées même Monde p12]« , p12 : « … LA DSJ [direction des services judiciaires du ministère de la justice] AVAIT OMIS DE LUI FAIRE PARVENIR [au juge]LA CHEMISE QUI ACCOMPAGNE CHAQUE DOSSIER DE MAGISTRAT ET QUI RECENSE LES INCIDENTS DISCIPLINAIRES… »Le Monde mentionne des éléments de lien avec l’affaire MNEF et l’Angolagate (financement de l’Association Professionnelle des Magistrats par Falcone). Le CSM avait bloqué la promotion de Voirain en décembre 2002. Monde 9/9/03 p12 : « … les enquêteurs le soupçonnent d’avoir DEMANDE LA MISE EN DETENTION D’UN CHEF D’ENTREPRISE POUR FAIRE PLAISIR A UN PROCHE. » Lacroix, tombeur de Mouillot à Cannes, a été emprisonné 28 jours ! Le Point du 19/9/03 consacre les pages 34 et 35 à Voirain. Il confirme la demande de détention de complaisance ! Il mentionne que la délégation de contrôle de la réélection de Bongo « comporte quelques bonnes copines magistrates affiliées à l’APM et l’avocat parisien proche de l’Elysée Francis Szpiner. » Il souligne : « Qu’un magistrat de son rang en poste dans un des tribunaux les plus importants de France ait pu se livrer à des exactions sans être inquiété par sa hiérarchie ni par ses ministres de tutelle successifs laisse pantois… L’impunité dont ce magistrat a bénéficié durant toutes ces années ne s’explique que par ses engagements politiques… Perben, ministre de la Justice, le propose au poste prestigieux d’avocat général, sur les instances… de Georges Fenech… » Le CSM a évité à Perben « de commettre un impair qui, politiquement, aurait pu lui coûter cher. »

Aujourd’hui en France 10/7/07 page 13 : « Conseil supérieur de la magistrature L’ex-procureur de Bayonne menacé de révocation… alors qu’il participait à un colloque de magistrats organisé, les 24 et 25 mai 2004, par le Conseil de l’Europe en Allemagne. Pierre Hontang, avait présenté un rapport sur les « principes fondamentaux d’éthique pour le ministère public »… le magistrat est soupçonné d’avoir dérobé la carte bancaire d’une secrétaire et d’avoir effectué , la nuit du 25 au 26 mai , deux paiements au Bijou, bar de nuit fréquenté par des prostituées… « M.Hontang a manqué de la plus élémentaire dignité » a estimé hier le représentant du ministère public. « Une seule issue me paraît possible, c’est la révocation pure et simple » a-t-il ajouté.

 France Totalitaire : « Les frères invisibles » de Ghislaine OTTENHEIMER et Renaud LECADRE, Pocket 1°) page 40 : « … « Un frère s’arrangera toujours avec son avocat pour que son affaire soit jugée le jour où l’audience est présidée par un frangin compréhensif », témoigne un membre de la GLF… », 2°) page 273 : « … Les avocats… Cette profession bat… tous les records en matière d’engagement maçonnique… parfois pour le pire. Combien de clients, lâchés la veille d’une audience ou non prévenus de sa date, ont eu un jour le sentiment que leur avocat défendait une autre cause cachée ?… » Les bâtonniers et l’Odre sont-ils noyautés ?
 Philippe PICHON (en référence à la demande infâme de dommages et intérêts du ministère de l’Intérieur officiellement sous emprise totalitaire maçonnique en violation de l’article 3 de la Constitution « La souveraineté nationale appartient au peuple… Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. ») constitue le test pour savoir si la France est un pays totalement totalitaire où les opposants sont traité comme en Chine, en Biélorussie, en Ukraine ou chez POUTINE et pour savoir si les magistrats de MONTGOLFIER, MURCIANO, de MAILLARD, TREVIDIC, BACOU et LAMANDA et les juges qui ont blanchi Philippe PICHON sont des exceptions statistiques du bas de la courbe de GAUSS.

Avec une lueur d’espoir :

http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/2013/03/13/stifani-glnf-contre-lexpress-une-autre-relaxe/

Palmarès de 30 ans de dysfonctionnement de la France, dont le suivi par mes soins depuis plus de 10 ans sur le web fait de moi une cible privilégiée :

Massacres DUTROUX DEFI Nice Antibes Perpignan, ALEGRE, Angers et Outreau (la majorité des jeunes qui se suicident ont subi des violences cf le Centre ABADIE à Bordeaux), FOURNIRET en son château à vitre sans tain évacuant sa femme après chaque enlèvement, CHANAL et les disparus de Mourmelon, disparues de l’Yonne et centre de torture d’Appoigny, Paris, Perpignan, Var et Lyon,  SANTOUS, TREGOUET, JAMBERT, BORREL, JPK COURAUD, Barbara COLL, BEREGOVOY, GROSSOUVRE (qui avait prévenu MOBUTU de ne pas prendre l’avion d’HABYARIMANA), génocides du Burundi-Rwanda/opération LUCIFER ABC-Bisesero-Kivu-Zaïre-Congo-Brazzaville (officiellement guerre GO contre GLNF)-Beach à 8 millions de morts selon Pierre PEAN page 9 de « Carnages » en haut…

Affaires de l’Observatoire, des piastres, des fuites, Ben Barka, massacre des harkis, génocide des Ibos au Biafra, tuerie d’Auriol, Foncière des Champs-Elysées, Aranda, avions renifleurs, Irlandais de Vincennes, écoutes illégales du président et de ses prétoriens, Carrefour du développement, URBA-GRACCO, SAGES, Gaudino et la mafia des tribunaux de commerce, EUROCEF, EUROCEN et assassinat du policier Santous, Pacary Méry, affaire Schuller-Maréchal, COGEDIM, Carcassonne, Draguignan, Century, cliniques de Marseille, Canson, HLM de Paris, du Gard et des Alpes-Maritimes, cliniques de Marseille, lycées de l’Ile de France, conseils généraux du Gard, des Alpes-Maritime et de l’Essonne, Joséphine, Vibrachoc, Société Générale, Triangle, Crédit Lyonnais, La Chapelle d’Arblay, CFAO, Executive Life, Française des Jeux, autoamnistie, Yanacocha, GMF, MNEF, CREF, PREFON, CRH, UGAP et marchés truqués de la Gendarmerie pour ses fournitures, enveloppes illégales des fonctionnaires des Finances (cf Mathias Emmerich « La République prodigue » page 67), Luchaire, Krajina, extinction des puits de pétrole et indemnité de guerre du Golfe, Elf, héritage Giacometti, sous-marins de Karachi, frégates de Taiwan et d’Arabie Séoudite SAWARI I et II, Mouette, Shola et SLBS, contrat Shahine, chars Leclerc, pétrole contre nourriture, Angolagate, comités d’entreprise RATP, EDF et Air France, TGV, fonds secrets, questure de la Ville de Paris, fraude électorale à Paris, emplois fictifs Ville de Paris-Air France-CRI, condamnations de Chirac et Mauroy, marchés de l’eau, sang contaminé, Mediator et Isoméride, prothèses PIP, ARC, SPA, Nice, Grenoble, Lyon, Angoulême, Perben Aubert, Voirain, Verita, Renard/Cannes/Laurent le Magnifique, Piat, Arrecks, arsenal de Toulon, hélice et arbre de transmission du Charles de Gaulle, Sébastien Pisani, techniciens de la DCN tués à Karachi, pilotes militaires français de l’avion de Juvénal Habyarimana, trahison d’Etat pour le raid des Etendard sur la Bekaa, pompiers volontaires de Loriol, UIMM et 1%, réseau de corruption de Perpignan (« Les frères invisibles » page 231), héritage Canson, réseaux de spoliation de Lyon (cf « Les frères invisibles » pages 285-292 : un franc-maçon est spolié par des francs-maçons), Montpellier, Bordeaux et Marseille (Apollonia), gendarmes de Rivesaltes, GIR et gendarmes de Mayotte, BAC nord de Marseille, déchets de Marseille, faux diplômes de l’université de Toulon, Hauts de Seine, partenariats public-privé, cession des autoroutes, Sénat, népotisme addictif des élus (cf EXPRESS 10/7/13 p22-34 : Bartolone, Collard, Mancel, Plagnol, maire de Roura, maire de Ronchin, maire d’Aix-en-Provence [saga en pages 28-29], Guérini, Menucci, , Ghali, Caselli, Narducci, mairie de Marseille, ex-épouse de Muselier, maire de Fréjus [son ex, sa soeur, son fils, sa fille + l’ex-mari de sa 3e épouse !], mairie de Menton, conseil général de la Gironde, conseil régional Nord-Pas-de-Calais, conseil général du Nord, Delebarre qui recrute sa fille et son gendre à la communauté urbaine de Dunkerque qu’il préside, Martin-Lalande), Flosse, milice GIP, assassinat du journaliste JPK Couraud, Société Générale bis avec Kerviel, Caisse d’Epargne, Cahuzac et Augier, fraude fiscale, son suivi en tant que ministre du Budget plus pots de vin du cabinet Evin, OffshoreLeaks-Crédit Agricole-BNP-notables, frais d’enquête Guéant et cadres du ministère de l’Intérieur, arbitrage Tapie-CDR-ADIDAS-BREDIN-MAZEAUD-LAGARDE-RICHARD, disparues de l’Yonne et centre de torture d’Appoigny, Fourniret et son château, assassinat de Tournon, confinement absolu des rituels de pouvoir satanistes avec massacres, viols et actes de barbarie, assassinat de Géraldine Giraud et de son amie, Alègre, Dutroux Nice Antibes DEFI Perpignan, Institut de danse de Grasse, Chanal, Angers, Outreau, le juge pédocriminel qui jugeait ses pairs pédocriminels au CSM Conseil Supérieur de la Magistrature, Germanos, ministre pédocriminel au Maroc, Glencross, Doucé, reproche de Bauer à Royal d’être rétrograde en matière de pédophilie à l’été 2006 dans Aujourd’hui en France, harcèlement des gendarmes De Baets, Willy Holvoet, Candela, Calliet, Jodet, Jambert, Roussel, Mechain, scandale de l’IGS, passeurs à tabac et provocateurs régaliens traversant les rangs des CRS lors des Manifs Pour Tous, génocides Biafra, pays Bamiléké, Burundi, Rwanda [Thierry DESJARDINS « La décomposition française » page 113 : « … plus personne ne croit aujourd’hui que Bérégovoy et Grossouvre se soient, eux, suicidés…; page 114 : « … « intransportable »… Bérégovoy est mort pendant le transport… »], Kivu, Congo-Brazzaville, rôle de l’ONU dans les génocides, maraboutages des élections présidentielles [Eric BRANCA Arnaud FOLCH « Histoire secrète de la droite » page 10-11 et Sylvie JUMEL « La sorcellerie au cœur de la République »]… Affaire Eurocen, au coeur de la Préfecture de Police de Paris 0,5 milliard de francs (« l’affaire Eurocen… impliquait profondément l’interloge maçonnique de la police » [qui comporte 2 niveaux selon « Les frères invisibles »] selon Gaetner cité par « Les frères invisibles » p 346). Un milliard de francs de délit d’initié est cité pour l’affaire Société Générale, un milliard de francs de 83 à 89 pour les associations paramunicipales de Nice (« Les frères invisibles » p 95), 1 milliard de francs de marchés irréguliers pour l’UGAP (Monde 22/9/99). Air Liberté 1 milliard. Jean-Pierre chiffre les pots de vin à 1,6 milliards dans l’affaire MGM-SASEA/Crédit Lyonnais. Urba : 1,2 milliard (Montaldo « Rendez l’argent » p299) et affaires du RPR environ 1 milliard (Valdiguié « Notre honorable président » p145). Crédit Agricole de l’Yonne 2 milliards (« Disparus de l’Yonne » p126-127). Le Point du 23/3/01 mentionne de 1 à 2 milliards de détournements pour le seul arsenal de Toulon sans compter les autres arsenaux. Selon Tous contribuables n°15 de janvier 2003 : « Au total, le coût des gabegies devrait s’élever pour l’Etat à 1,2 milliard d’euros… » (près de 8 milliards de francs) pour la DCN. Pour le Monde du 21/12/2000 les détournements de Sirven à Elf se montent à 3,5 milliards. Surfacturations du TGV et des lycées d’Ile de France: 4,5 milliards. GMF : 9 milliards (« Les frères invisibles » page 315). Calvi et Pfister, dans « Le repas des fauves », mentionnent : après les bien timorés travaux de la commission d’enquête parlementaire sur le Crédit lyonnais, Charles de Courson, député UDF de la Marne, avait indiqué, en mars 1997, devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale, que « les détournements avérés des cadres ou des dirigeants » de la banque publique pouvaient être estimés à 5 milliards de francs [Express 2/4/98 p93 : « L’affaire du Crédit Lyonnais est une succession de renvois d’ascenseurs maçons. C’est explosif. » ; Express 19/4/01 p86 : le président du CDR est maçon « pour de bon »]. Angolagate 1 milliard de commissions et lien avec génocide selon l’abbé Pierre. Minearbitrage d’or de Yanacocha : « perte » de 4 milliards. « 2,3 milliards de francs versés… rétro-commissions… d’un contrat de vente de navires passé avec le Koweit en 1995… » (« Scandales à l’Elysée » p254). Contrat Shahine avec l’Arabie Séoudite : 1,75 milliards de francs (« Noir Chirac » de Verschave p 186). Frégates d’Arabie Séoudite : 2,5 milliards de francs de rétro-commissions (9,84 milliards de francs selon « Noir Chirac » de Verschave p 186). Arbitrage Tapie-CDR-ADIDAS-Bredin-Mazeaud-Lagarde-Richard-Guéant-Sarko : 400 millions d’euros. Taiwan 5 milliards de francs de retrocommissions (Monde 7/12/2000 « de droite et de gauche » selon Dumas, Figaro 23/4/2001, confirmé par le Monde du 30/10/2001 sur la découverte de 5 milliards (en fait 2,8 milliards de dollars ont transité, soit près de 17 milliards de francs) sur le compte suisse de Wang pour les frégates de Thomson, les Mirage et missiles de Dassault, SNECMA et Matra). CCR /Rochefort Finances 1 milliard. Apollonia 1 milliard d’euros soit 6,56 milliards de francs. Corse : Crédit Agricole 0,9 milliard (« Crédit Agricole hors la loi ? » Izambert), coût du terrorisme 5 milliards, pompage annuel de la métropole 12,6 milliards (B.Bonnet « Préfet en Corse » p191). Point 23/5/03 p87 : « Le char Leclerc – et le contrat abracadabrantesque avec les Emirats – est le principal responsable des pertes gigantesques de Giat Industries (4 milliards d’euros depuis 1990!). » soit 26 milliards de francs. En février 2000, coup de théâtre : Abdallah Mutawa, l’unique interlocuteur du GIAT aux Emirats, est placé en résidence surveillée. La rumeur évoque de possibles actes de corruption. (Libération 8/4/03). Une partie des fabuleuses avances du contrat a servi a spéculer sur le marché des capitaux, ce qui s’est soldé par plus de 2 milliards de perte. Affaire Apollonia 1 milliard d’euros. L’analogie systémique avec Yanacocha questionne comme les 1,2 milliards de commissions de Technip TSKJ pour Bonny Island au Nigeria (Figaro 2/6/03 p12).Les détournements/rétro-commissions dépassent-ils 50 milliards de francs au sommet de l’Etat : la question principale étant, combien pour les 200 milliards [payés en grande partie par nos impôts] et les deux incendies du Crédit Lyonnais (« Les frères invisibles » pages 312-314, « Noir Chirac » p 73-145-186-233-237 ; le Point 7/2/98 et 16/1/99 ; Laske « Ils se croyaient intouchables » pages 101 et 120 à 127 ; Lascoumes « Corruptions » page 68 et Eva Joly « Est-ce dans ce monde-là que nous voulons vivre ? » page 268, ; Figaro 23/4/2001 ; en pages 232-233 de « Noir Chirac » Verschave boucle l’affaire Joséphine levée par Montaldo, avec les vrais-faux billets de Bahrein au Tchad (!) : « L’un des intermédiaires arrêtés à Paris, Claude Sokolovitch, a déclaré que le deal envisagé visait à conclure les échanges de milliards entre Paris et la péninsule arabique amorcés en 1983 lors d’une méga opération financière Joséphine. La connaissance qu’a Jacques Chirac de ce montage explosif est aussi grande que son intimité avec Rafic Hariri, l’un des chefs artificiers de cette « USINE A GAZ » A LAQUELLE EST MENOTTE UN LARGE ECHANTILLON DE LEADERS POLITIQUES FRANCAIS. » ?…) ? »

Taïwan connection » p 59 : rétrocommissions « … 70% POUR CEUX QUI SONT AU POUVOIR ET 30% POUR CEUX DE L’OPPOSITION … ». Le Floch-Prigent (Monde du 13/11/03 p 16) : « … « Je m’en suis ouvert au président François Mitterrand, qui m’a dit qu’il vaudrait mieux REEQUILIBRER LES CHOSES, SANS TOUTEFOIS OUBLIER LE RPR »… » LA CORRUPTION FAIT PERDRE A L’ETAT 98,4 MILLIARDS DE RECETTES/AN (Point 25/10/02 p 44, source Service Central de Prévention de la Corruption). VERSCHAVE CHIFFRE, DANS « NOIR CHIRAC » p 73, A 131 MILLIARDS/AN LES « MARGES NON OFFICIELLES DEGAGEES » (Françafrique, armement, nucléaire, pétrole, finance, jeux…). Sur la base de ces chiffres la France fait largement mieux que la Grèce : « … Selon un récent rapport parlementaire, de 1975 à 2008, ce sont plus de 200 milliards qui ont été détournés par les politiques sous forme de commissions occultes sur les gros contrats commerciaux… » Source Aujourd’hui en France 31/10/11 page 12 en haut à droite. Fraude à la TVA : 10 Mds€/an en France et 100 Mds€/an en Europe. Fraude à la TVA sur les droits de pollution : 1,6 Md€ en France, 10 à 20 Mds€ en Europe (source « Carbone connexion Le casse du siècle » page 214)… Subprimes (France : opérations des banques garanties par l’État pour 320 milliards d’euros et aide à la recapitalisation des banques pour 40 milliards d’euros. Le 7 janvier 2009 en France, le chef de l’État annonce un nouveau soutien aux banques d’un montant estimé à 10,5 millards d’Euros. Source Wikipedia ) et emprunts toxiques (18,8 milliards d’euros selon la commission parlementaire) avec plantage de DEXIA, façon Crédit Lyonnais-bis, avec une facture de 12 à 17 milliards d’euros (« Dexia, une banque toxique » Nicolas CORI et Catherine LE GALL page 196), faisandage du LIBOR et de l’EURIBOR. POUR JEAN-LUC TOULY DANS “LE VRAI POUVOIR D’UN CITOYEN” PAGE 158 : “… LE CHIFFRAGE DU COUT DE LA CORRUPTION SUR LES MARCHES PUBLICS EST DE L’ORDRE DE 30 MILLIARDS D’EUROS. CE MONTANT S’AJOUTE A CELUI DE LA FRAUDE QUI EST DU MEME ORDRE…” POUR ANTOINE PEILLON, JOURNALISTE (DOS DE COUVERTURE DE SON LIVRE “CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT A LA FRANCE”) : “600 MILLIARDS D’EUROS : C’EST LA SOMME ASTRONOMIQUE QUI SE CACHE DEPUIS DES DECENNIES DANS LES PARADIS FISCAUX, SOIT PRES DE 10% DU PATRIMOINE DES FRANCAIS… »

(1) viol du principe de laïcité :

Nouvel Obs 24/10/09 pages 38-42 : « … Au Gabon, les loges sont omniprésentes et pourtant tellement taboues… « Au Gabon, explique le pasteur [Ernest TOMO] , vous ne pouvez pas être ministre, cadre administratif, patron ou même évêque si vous n’appartenez pas à une loge. »… « Si tu n’en es pas, on ne te voit pas et on ne te considère pas pour ce que tu es. »… [BONGO] aussi membre des sociétés secrètes traditionnelles du bwiti et du ndjobi… « C’est le pays d’Afique noire qui compte le plus grand nombre de maçons par habitant… »… Ils détiennent les postes clés au sein de la classe politique et de l’appareil d’Etat. « Neuf directeurs d’administration centrale sur dix en font partie », estime un haut fonctionnaire… Réunion des Obédiences africaines humanistes (Romah) organisée en 2007 à Brazzaville [au pays du génocide maçonnique officiel dans le cadre d’une guerre civile entre obédiences !]… Et Stifani [grand maître de la GLNF avocat d’affaires à Nice] se félicite de la présence à ses grands messes d’un Sassou-Nguesso ou d’un Bongo en gants blancs, tablier et sautoir. Nous sommes fiers qu’ils se tournent vers nous. Cet attachement est remarquable. »… Bauer est un intime de la famille. Il a supervisé le diplôme de troisième cycle d’Ali à la Sorbonne… Un travail « propre » [ ?]… La franc-maçonnerie suscite aussi un rejet croissant au sein de la population. Et nourrit tous les fantasmes… Nombre de Gabonais sont aujourd’hui convaincus que les réseaux maçons couvrent les crimes rituels pratiqués dans le pays, comme dans une bonne partie de l’Afrique de l’Ouest. Au Gabon, on décompterait par an quatre-vingts de ces meurtres qui relèvent du fétichisme. C’est en tout cas ce qu’affirme Jean Elvis Ebang Ondo, qui lutte contre ce fléau depuis qu’on lui a rendu, en 2005, le corps mutilé de son fils de 12 ans… les enquêtes n’aboutissent jamais [comme en France l’affaire Alègre, en Belgique l’affaire Dutroux et en Allemagne l’affaire Krombach]… Un frère franco-gabonais balaie cette accusation récurrente [de façon hallucinante, en reconnaissant les faits] : « Parmi ces criminels, il y a sans doute des francs-maçons, mais leurs actes n’ont rien à voir avec les pratiques maçonniques. »… »

CROWLEY : « 24. Le meilleur sang est celui de la lune, mensuel : puis le sang frais d’un enfant, ou gouttant de l’armée (2) du ciel : puis des ennemis ; puis du prêtre ou des adorateurs : enfin de quelque bête, n’importe quoi. 25. Brûle cela : fais-en des gâteaux & mange pour moi… 26. Tue-les, nommant tes ennemis ; & ils tomberont devant toi. » [le site web peut-être trouvé en copiant des portions de ce texte dans Google.com] « 22. Aussi il tuera un jeune enfant sur l’autel, et le sang couvrira l’autel avec un parfum pareil à celui des roses… 37. Tu consoleras le coeur de la pierre secrète avec le sang chaud. Tu feras une subtile décoction de délices, et les Veilleurs en boiront. »[le site web peut-être trouvé en copiant des portions de ce texte dans Google.com]

Jean-Pierre BAYARD dans « Le Guide des sociétés secrètes » page 80-84 établit un lien Eglise gnostique Martinisme AMORC GLF Memphis Misraïm et page 87 un lien Rose-Croix OTO Golden Dawn franc-maçonnerie. Page 82 : « … Jules Boucher adhèrera à l’OMT… » Page 87 : « … Aujourd’hui, de nombreuses sociétés se considèrent comme les héritiers de la confrérie de la Rose-Croix. Certaines sont très proches de la Franc-Maçonnerie, d’autres comme l’Ordo Templi Orientis, la Golden Dawn ou le BOTA, ont une attache avec la Franc-Maçonnerie occultiste, théurgique… » Page 84 : « … les évêques gnostiques se recrutent principalement dans les milieux martinistes, dans l’ordre de Memphis-Misraïm ; peu nombreux, ils sont choisis parmi des adeptes ayant fait de larges preuves dans leur ordre… » Page 75 « … Dans des groupes français et belges nous voyons des personnalités se recommander des mêmes titres , et ce dans des sociétés différentes (Memphis-Misraïm, martinistes, église gnostique…)… » Page 90, il mentionne un ordre martiniste OMT intérieur à l’AMORC. Page 93, REUSS du Rite Memphis Misraïm a assuré la direction de l’OTO. Page 94 la Golden Dawn est mentionnée avec une recherche de magie rituelique de haut niveau. L’Egypte est évoquée en pages 75 et 97. Page 88 : « … la meilleure tradition de la Rose croix, avec ses symboles et sa pensée ésotérique figure dans le 18e degré du Rite Ecossais Ancien et accepté… » Page 79 : « … Dans cette maçonnerie particulière, le rituel possède de fort beaux symboles… Le masque du martiniste est un « loup »… » André WAUTIER dictionnaire des gnostiques et des principaux initiés : « Pour pouvoir être admis dans l’Ordre kabbalistique de la Rose Croix, il fallait être déjà titulaire au moins du deuxième grade du martinisme. On pouvait alors accéder, moyennant certaines épreuves, au titre de bachelier et de licencié en kabbale et enfin, après la soutenance d’une thèse, à celui de docteur en kabbale. En 1891 toutefois, Papus ayant réformé le martinisme, beaucoup de membres rejoindront celui-ci et les autres fusionneront un peu plus tard l’ordre kabbalistique avec le Rite de Misraim. » Un site web mentionne « … Voici quelques documents relatifs à l’Eglise Gnostique : – Certificat des Ordres Réau-Croix et Martinistes de Philippe Pissier. – Certificat de Consécration Episcopale de Phillippe Pissier…. »

« … Le but du franc-maçon de notre rite est de comprendre le plan divin… » « … Ce travail… les sciences traditionnelles (alchimie, Kabbale, théurgie, gnose, …), étudiées avec sérieux et rigueur en déterminent quelques références…Car tel est le but de toute démarche initiatique: donner du sens à ce que l’on est et à ce que l’on fait en allant à la rencontre du sacré… »

« … Le Rite Ancien et Primitif de Memphis et Misraïm est un double système maçonnique… Il part de la base elle-même, la Maçonnerie « bleue » pour atteindre les cimes rosicruciennes de la Gnose… un des objectifs du R.A.P.M.M. est de fournir les éléments nécessaires à la compréhension de la TRADITION GNOSTIQUE CLASSIQUE, étant donné que de tels enseignements sont peu diffusés et traités superficiellement pendant les travaux qui se déroulent au sein des rituels de la Maçonnerie Bleue Universelle… »

« … dans le Rite de Memphis-Misraïm… la dernière Série révèle l’ésotérisme de la maçonnerie, la Gnose, cette connaissance qui… illumine aujourd’hui notre institution… on comprendra facilement que le rite de Memphis-Misraïm ne peut convenir qu’à un nombre très retreint d’individus… plus aptes que les autres à comprendre l’ésotérisme de la Maçonnerie… désireux de remonter… jusqu’à la source réelle de nos institutions et d’étudier la partie occulte et transcendante de la Franc-Maçonnerie. »

« La lettre G du pentagramme est la troisième du Tarot… la puissance suprême… le dieu de la Gnose… »

Foster BAILEY « Esprit de la Maçonnerie » Editions Lucis Trust : « … la franc-maçonnerie sera rétablie comme la gardienne des Mystères de la vie spirituelle sur la terre, et prouvera qu’elle est la force de vie au coeur de toute religion véritable ». Alice Ann BAILEY [fondatrice du New Age et de Lucis Trust ONG de l’ONU, un temps Lucifer Publishing Company, adepte de la Théosophie de Blavatsky qui fait de Lucifer un ange dont la chute aurait été un acte de sacrifice] « L’extériorisation de la Hiérarchie » Editions Lucis Trust : « … La Franc-maçonnerie est un mouvement bien plus occulte qu’on peut l’imaginer. Elle est destinée à être l’école de formation des futurs occultistes les plus évolués. Il n’y a aucune séparation entre l’Eglise Une et Universelle, cette partie invisible de la Franc-Maçonnerie, et les cercles les plus secrets de toutes les Sociétés Esotériques ».

Pour ARIES (« Satanisme et vampyrisme Le livre noir » page 49 ed GOLIAS octobre 2004) : « Ces mouvements satano-nazis… se font teutoniques en Alsace, cathares dans le sud-ouest, celtiques ou druidiques en Bretagne… »

L’ouvrage très documenté, « Les Cathares », ed. MSM, avec la collaboration de Julie ROUX-PERINO et le conseil historique d’Anne BRENON présente pages 13, 35, 53-54-55, gnostiques, bogomiles et cathares… avec « relents de gnosticisme » (sic) pour ces derniers page 53.

« Lettre ouverte à Jean-Paul II »… Les connaissances scientifiques qui, en cette aube du XXIème siècle, ont été rassemblées montrent que la religion des Cathares était en fait authentiquement et profondément chrétienne… Toulouse, le 26 janvier 1998 Les premiers signataires… Dominique Baudis, maire de Toulouse, député de Haute-Garonne Bertran de la Farge, président de la Flamme cathare… publié dans La Dépêche du Midi du samedi 21 février 1998 et en annexe de l’ouvrage «Raimon VI» par Bertran de la Farge… Voir: LA VOIE CATHARE – Aux Sources Du Christianisme Auteur(s) : Bertran La Farge (de) Éditeur : DIFFUSION ROSICRUCIENNE Collection : UNIVERSITE ROSE-CROIX INTERNATIONALE Genre : ESOTERISME

Le scénario du futur amorcé par les BD ésotéristes, Da Vinci code et Apocalypse sur ARTE, est-il un scénario gnostique, succédant aux Lumières et au rationalisme, ces derniers n’étant qu’un paravent et la loi de 1905 n’étant qu’une gestion de la concurrence ?

« In 1995, Gabriel López de Rojas founded Illuminati Order in Barcelona (Spain), after contacting with two members of The Illuminati of United States (Grand Lodge Rockefeller), and he elaborated the Operative Rite of The Illuminati of Bavaria of Illuminati Order. Illuminati Order had a slow growth to 1999, and since this year it grew and extended in the world. Today, it has members in twenty five countries of Europe, America and Africa, being considerate the authentic successor of Bavarian Illuminati. His chapters (lodges) are in Spain, France, Bolivia, Brazil, USA… The Illuminati’s history keeps on forward with the Illuminati Order and the authentic Illuminati. They honor the tradition of The Illuminati, with coherence and great devotion. A conclusion is that The Illuminati have transcended in the time, in spite of many persecutions and sufferings because of the inquisitors and they are constructors of a New World Order, thanks to their fight. López de Rojas incorporated in the Rite of the Illuminati Order (Operative Rite of The Illuminated of Bavaria) his experience as high degree in several masonic Rites like Ancient and Accepted Scottish Rite (33º), Ancient and Primitive Memphis-Misraïm Rite (96º and 97º), Egyptian Rite… Initiation System of López de Rojas is structured in two Masonic Rites: Illuminati Order’s one with thirteen degrees (Operative Rite of The Illuminated of Bavaria) and Societas OTO’s one with ten degrees (Operative Rite of Memphis-Misraïm), which have important Masonic degrees. Operative Rite of The Illuminated of Bavaria gives importance to fundamental pillars of initiation as the true wish, the will, awakening of the conscience of ‘sleeping’ man, the respect to cycles and order, the coherence; to traditional initiation ways (yoga, tantra, cabala, symbolism, alchemy); and to initiated transformation in own godhead using operative work, in divine and alchemical androgyny, always searching that initiated project on extern his intern evolution. Furthermore, in this Rite, figure of god of Light, Baphomet, is very important. Initiation is complete only with Baphomet . Complete initiation is not possible; initiation work is ‘castrated’ with slavery gods, their fetters, etc. It’s interesting to say that Liber Zion, revealed to Gabriel López de Rojas by Baphomet in 1999-2000, and Commandments of The Illuminati, crown the Rite, with its initiation, equalitarian and libertarian message. »

« … le Baphomet… du baptême ésotérique des Templiers, analogue au baptême de lumière des Francs-maçons… la science sacrée dont le Baphomet est à la fois le résumé et la clef… Par le rite de la décapitation symbolique [le Lotus bleu de Tintin correspond à une référence ésotérique !] , les Templiers captaient l’esprit et la puissance spirituelle, se mettaient en phase avec le divin… émergence… à un moment donné du rite… d’un « daimon-démon »… catharsis… aboutissant à la captation d’un Gnose… »

Témoignage d’un scientifique 18e degré chevalier Rose-Croix, passé par les Rose-Croix : « Les esprits répondaient comme je vous parle… Donne-moi ton âme, et tu seras riche. » Pas de chance pour les esprits, le scientifique avait lu Faust.

Dans le chapitre XII intitulé Of the Bloody Sacrifice, [Du sacrifice sanglant] (p. 94), CROWLEY écrit [le site web peut être trouvé avec le texte ci-après]: « Il serait peu sage de condamner comme irrationnelle la pratique des sauvages qui arrachent le coeur et le foie d’un adversaire, les dévorant encore chauds. En tout cas, selon la théorie des anciens magiciens, tout être vivant est une réserve d’énergie, qui varie en quantité selon la taille et la santé du sujet, et en qualité selon son caractère moral et mental. A sa mort, l’énergie est soudainement libérée ». « Pour les plus hauts travaux spirituels on doit, en accord avec ces principes, choisir une victime ayant la plus grande et la plus pure énergie. Un enfant mâle d’une parfaite innocence et d’une haute intelligence est la victime adéquate la plus satisfaisante. » Plus récemment, la tradition des sacrifices humains fut promue par Anton LaVey, fondateur de l’Eglise de Satan, qui écrivit dans la Satanic Bible, [La Bible satanique] (p. 88) que « le seul moment où un sataniste devrait procéder à un sacrifice humain est s’il poursuit un objectif double, cela étant pour permettre au magicien d’exprimer son courroux en jetant un mauvais sort et, plus important, de se débarrasser d’une personne totalement odieuse et méritoire. » Hitler avait annoncé tout ce qu’il ferait dans Mein Kampf.

Décodage systémique. Qui a écrit : « Il existe dans le monde un certain nombre de sectes qui, bien qu’elles diffèrent les unes des autres par le nom, les rites, la forme, l’origine, se ressemblent et sont d’accord entre elles par l’analogie du but et des principes essentiels. En fait, elles sont identiques à la franc-maçonnerie, qui est pour toutes les autres comme le point central d’où elles procèdent et où elles aboutissent … si l’on va au fond des choses, on peut voir qu’elles appartiennent à la famille des sociétés clandestines et qu’elles en gardent les allures. Il y a, en effet, chez elles, des espèces de mystères que leur constitution interdit avec le plus grand soin de divulguer, non seulement aux personnes du dehors, mais même à bon nombre de leurs adeptes… en faisant de la dissimulation une règle constante de conduite, comme autrefois les manichéens, les francs-maçons n’épargnent aucun effort pour se cacher … ceux qui sont affiliés doivent promettre d’obéir aveuglément et sans discussion aux injonctions des chefs [ce qui caractérise le fait sectaire]… se vouant d’avance, en cas contraire, aux traitements les plus rigoureux et même à la mort. DE FAIT, IL N’EST PAS RARE QUE LA PEINE DU DERNIER SUPPLICE SOIT INFLIGEE A CEUX D’ENTRE EUX QUI SONT CONVAINCUS, SOIT D’AVOIR LIVRE LA DISCIPLINE SECRETE, SOIT D’AVOIR RESISTE AUX ORDRES DES CHEFS; ET CELA AVEC UNE TELLE DEXTERITE QUE, LA PLUPART DU TEMPS, L’EXECUTEUR DE CES SENTENCES DE MORT ECHAPPE A LA JUSTICE… Nous ne prétendons pas appliquer toutes ces réflexions à chacun de leurs membres pris individuellement. Parmi eux, en effet, il peut s’en trouver et même en bon nombre, qui… ignorent le but final que ces sociétés s’efforcent d’atteindre… »? Jules DOINEL-Jean KOSTKA dans « Lucifer démasqué » précise page 164 : « Je me hâte de dire que dans l’état actuel de la maçonnerie française, deux pour cent à peine des Maîtres connaissent la signification diabolique de leur grade. »

« Une guerre » de Dominique LORENTZ aux éditions des Arènes, sur l’assassinat de BAROIN et de sa fille – lors du Grand Climax- ? Page 61 de « Une guerre » : « … Charpentier [haut-gradé du Grand Orient selon Lorentz] articule péniblement : « La lettre A, on l’utilise rarement. Cela veut dire : « Arrête ». – Mais encore ? « Arrête », ou il t’arrivera quoi ? » Charpentier répond dans un souffle : « Arrête ou on t’élimine… Il n’y a que les hauts dignitaires qui connaissent ce symbole… »

La Croix 12/6/09 page 10 : « … Il y eut sept rencontres connues entre Nicolas Sarkozy et le président gabonais au cours des douze mois précédant la présidentielle de 2007… »

Analyse de contenu. Dans « Témoignage » de janvier 2008, SARKOZY s’indigne du traitement des affaires Disparues de l’Yonne et Chanal : qu’a fait concrêtement SARKOZY (en dehors de recevoir Elisabeth BORREL quand le vent a commencé à tourner en faveur de celle-ci) alorsque le gendarme JAMBERT a pris 2 balles dans la tête (et qu’une partie de son crâne a disparu après autopsie) et que ROYAL a soutenu, seule, les familles des disparues de l’Yonne et a combattu, seule [Aujourd’hui en France du 25/8/06 : « …Alain Bauer… « On est très amnésique avec Ségolène… Qu’il s’agisse de la famille, de la sexualité, DE LA PEDOPHILIE, de la délinquance juvénile, elle a adopté des positions extrêmement conservatrices… » Les dossiers du Canard « La Cour sous le règne de Nicolas le Petit » page 42 : « … RIEN, au ministère, ne se fait sans les conseils, l’impulsion, les idées d’Alain Bauer. » Nicolas SARKOZY décembre 2006], la pédocriminalité à l’école ? SARKOZY pourrait décorer le président de « Stop à l’oubli », comme ROYAL a décoré le président de l’ADHY. SARKOZY n’évoque pas l’affaire ALEGRE, sauf pour soutenir BAUDIS (tête de liste UMP pour le sud-ouest pour les élections européennes de 2009) : pas un mot sur le faisandage par deux médecins légistes des autopsies de jeunes femmes (Hadja BENYOUCEF-DAROLLES, Martine MATIAS, Valérie TARIOTE, Edith SCHLEICHARDT) massacrées (dont deux à des dates de rituels de sang satanistes) soit-disant suicidées, pas un mot sur le rapport BREARD (point clé du livre « Affaire Alègre, la vérité assassinée » du journaliste de La dépêche du midi Gilles SOUILLES ; toutes les Françaises et tous les Français devraient lire les pages 264 à 277 de ce livre), pas un mot sur l’analogie systémique des 5 affaires Alègre, Louis, Chanal, Fourniret, Dutroux… [en 97, ALEGRE a tué 4 personnes en 8 mois : si c’était son rythme de croisière, cela fait 60 personnes en 10 ans…] Etonnante, à l’inverse, la façon dont SARKOZY réagit pour sa poupée vaudoue. Capital juin 2009 page 26 : « La vidéo intitulée «Le best de Frédéric Lefebvre» fait un malheur sur Dailymotion. On y voit le député et porte-parole de l’UMP… comparer les poupées vaudoues à «des armes»… » [la poisse que connaît SARKOZY depuis l’automne 2009 (cf l’article de DOMENACH dans Marianne) valide-t-elle scientifiquement l’axiome de Frédéric Lefebvre ?]

Quid du témoignage des enfants ROCHE suite aux aveux de leur père magistrat peu de temps avant son assassinat ? « … Il y a apparemment des sortes de cérémonies animées par un célébrant, comme s’il s’agissait d’une secte où d’on ne sait trop quel culte. C’est au cours de ce genre de soirées que sont pratiqués des sortes de rituels allant du sacrifice d’un animal à l’homicide pur et simple (c’est en tout cas ce que notre père prétendait avoir vu de ses yeux), en passant par d’autres joyeusetés telles que la scarification de l’adepte. Ce qui nous amène aux aspects les plus sombres des soirées plus « communes » (moins « solennelles »), où la célébration commence par une partie fine entre bourgeois au terme de laquelle on en vient à des choses terriblement plus sérieuses, plus extrêmes, qui ont toutes pour point commun de tourner autour du thème de la mortification de la chair. Notre père nous évoquait entre autres des images de chairs transpercées, de brûlures de cigarettes ou de personnes attachées pour une séance de torture – parfois réclamée par un malade consentant et parfois administrée à une victime involontaire, mais qui n’aura plus l’occasion d’aller s’en plaindre ultérieurement… » [analogie systémique avec le centre de torture d’Appoigny]

C’est Françoise CHANDERNAGOR qui a la première craché le morceau sur ces rituels dans « L’archange de Vienne ».

Djamel (affaire Alègre-Toulouse) meurt (les médias parlent d’abord de suicide) moins d’une semaine après Chantal Guéroult (affaire Bédier). Comme celle-ci, il passe d’hôpital en hôpital pour finir dans une clinique où il meurt comme Chantal Guéroult d’ »une absorption massive de médicaments ». Il avait maintenu son témoignage sur le volet pédocriminalité de l’affaire Alègre-Toulouse. Sa mort était systémiquement prévisible. « Le rapport Omerta 2004″ de Coignard mentionne p79 : « Des enquêteurs soulignent qu’une fois déjà, dans une enquête judiciaire, un témoin capital est décédé de la même manière: c’était dans l’affaire Yann Piat. .. rien n’a percé, quatre mois après le décès, de l’enquête sur les causes de la mort… s’il y avait quelque chose à cacher, on ne s’y prendrait pas autrement… » Monde 24/9/03 p 14, [comme le gendarme Jambert de l’affaire des disparues de l’Yonne (Auxerre-Appoigny)], Djamel devait voir le juge (à sa demande): « Il voulait s’expliquer sur les fausses déclarations qu’il avait faites dans l’affaire Alègre. »

Le carnet d’adresses [comme pour les affaires Dutroux et Alègre] des participants aux séances de torture d’Appoigny, près d’Auxerre, a disparu dans le bureau du juge d’instruction (selon « Le livre de la honte » p192, le même juge reperdra des pièces dans deux affaires de pédophilie dans l’est de la France). Dans le Var, la qualification de viol est écartée pour E.Louis pour le camping de Roquebrune (« Les disparues d’Auxerre » p222), de même que Charrier directeur de l’IME APAJH d’Auxerre ne passe pas aux assises (« Les disparues d’Auxerre » p 52). Le Figaro du 18/02/02 mentionne en page 12 à propos du Var : « Aux yeux d’une partie de l’opinion, les violeurs d’enfants bénéficient sinon d’une totale impunité, du moins d’une indulgence coupable. Plusieurs cas troublants, semble-t-il mal instruits sur le plan judiciaire, peuvent expliquer ce sentiment. » Le Journal du Dimanche (7/12/97) évoque un cadre du centre des Tournelles de l’Education Surveillée (sans fortune personnelle mais propriétaire ou copropriétaire d’une dizaine de logements, avec un prêt du Crédit Lyonnais de 3 MF), mis en cause dès 73 pour attentat à la pudeur sur mineurs, mis en examen en 97 pour viols sur mineurs, libéré par référé-liberté au bout de 5 jours, une juge à laquelle sa hiérarchie reproche sa « légèreté », le SRPJ mis sur écoute, les RG recevant l’ordre de rompre le contact, la venue de l’IGS : « Si (ce cadre) est aussi protégé, confie-t-on dans le milieu de l’enquête, c’est que sa chute pourrait éclabousser beaucoup de monde. » Parmi les inculpés des ballets roses de Le Troquer, Président de l’Assemblée Nationale, on trouvait un haut-fonctionnaire, un commissaire et deux inspecteurs de police ! Coignard (« L’omerta française » p236) évoque : « les « notes blanches » du ministère mettant en cause le goût pour les petits garçons de ce journaliste chargé des affaires policières ou de cet ancien conseiller d’Alain Juppé à Matignon… Jusqu’à l’Elysée où, sous Mitterrand, les amis des petits enfants avaient leurs entrées. » Point 3/6/04 p28 : « D’HABITUDE CELA SE REGLE EN DOUCEUR [tout est donc permis aux politiques]… Auprès de ses amis, Raffarin s’offusque [pour Ambiel]. Il cite le nom d’un homme de gauche réputé à tort ou à raison pour ses frasques sexuelles. En 1988, sur une écoute téléphonique, la gendarmerie [gendarme Candela cité par Coignard dans l’Omerta ?] avait surpris l’épouse de ce dernier en conversation avec un organisateur de soirées très spéciales sur la Côte d’Azur… »

Vingt témoins ou acteurs de l’affaire Dutroux ont trouvé une mort violente depuis son arrestation en août 1996 (« Le livre de la honte » p158, « Dossier pédophilie. Le scandale de l’affaire Dutroux » Nicolas et Lavachery p159), il y a eu six morts collatéraux à Auxerre-Appoigny.

Un juge a refusé un supplément d’enquête au motif que les faits relatés sont « inimaginables » (c’est exactement le même scénario que pour l’incrédulité face aux camps de la mort) : « Attendu, en effet, que si on ne peut nier l’existence des sectes en France, ni leur emprise grandissante, il apparaît en revanche inimaginable que, dans le cadre de ces groupements, il puisse y avoir, ainsi que le déclare Marie, « des têtes d’enfants au bout de pics qui brûlent, une tête et des mains d’enfants coupées et des bocaux sur une table contenant des mains d’enfants. » » (« Le livre de la honte » p144). Pour Van der Smissen, avocate de Régina Louf témoin X1 de l’affaire Dutroux, dans « Silence on tue des enfants ! » p22 : « … Ainsi, il est déjà arrivé à plusieurs reprises, en Belgique et en France notamment, que des juges d’instruction refusent des devoirs d’investigation complémentaires sollicités par les parties civiles (les parents d’enfants présumé abusés) au motif que les faits de sévices ou de tortures révélés par l’enfant sont inimaginables. OR CES FAITS INIMAGINABLES EXISTENT. NOUS AVONS VU DE TELLES IMAGES SUR DES CD-ROM ET SUR INTERNET… » Selon de Muizon : « Les scènes décrites par les « repentis » qui sont parvenus à quitter ces sectes, font plonger dans une horreur telle qu’on ne peut s’empêcher d’avoir un réflexe d’incrédulité face à des actes qui atteignent un tel degré de barbarie… Des milliers de personnes… sont sorties de l’ombre aux Etats-Unis, en Europe et en Amérique du Sud pour raconter leurs histoires… Beaucoup… n’ont pas le courage moral, ni la capacité de supporter cette réalité… » » « Dossier pédophilie. Le scandale de l’affaire Dutroux. » p49 : « … une filière de snuff-movies aux Pays-Bas qui sert des clients français, belges et allemands… L’Anglais me propose alors ce qu’il a de meilleur : LA MISE A MORT D’ENFANTS. IL S’AGIT D’EMBARQUER A PLUSIEURS SUR SA PENICHE, DE PRENDRE LA MER ET DE SE SATISFAIRE SEXUELLEMENT AVEC UN GOSSE AVANT QUE CELUI-CI NE SOIT JETE A L’EAU… IL ME FAUDRAIT PAYER 115 000 F… », p 258 : « … meurtre d’enfants dans les Ardennes et au Luxembourg dans des parties de chasse… », p259 : « … château des Amerois… lieu où se déroulent des soirées de type sataniques et pédophiles avec sacrifice d’enfants… », p261 : « … son récit dépasse les limites de l’entendement tant il avance des faits de violence et de barbarie insoutenables… Des récits insoutenables que l’on pourrait rapprocher sans peine des horreurs vécues par LES VICTIMES DES TORTIONNAIRES NAZIS OU RWANDAIS… » p267 : « … des dizaines d’enfants tués à l’arbalète lors de véritables chasses à courre dans les parcs privés de luxueuses résidences… » Régina Louf décrit une de ces chasses en p117-121 de « Silence on tue des enfants ! » et localise 3 sites de chasse p25 sur une carte de la Belgique.

Schwartzenberg questionne p13 de « Silence on tue des enfants ! Voyage jusqu’au bout des réseaux » : « pourquoi, après ces aveux [de Tony bourreau de Régina enfant], les magistrats ont-ils décidé de clore les dossiers… » Van der Smissen, avocate de Régina Louf, note p20 : « … Quatre rapports de relecture sont rédigés par la nouvelle équipe d’enquêteurs. Ces rapports… sont censés démontrer que le témoignage de X1 ne tient pas la route… Toutes les critiques publiées sur le témoignage de Regina Louf ne sont en réalité qu’un condensé des rapports de relecture… » [il y a là un invariant fonctionnel systémique analogue au traitement de l’affaire Renard-de Montgolfier]

Willy Holvoet : « …La manipulation de la presse, par exemple. La diffusion d’informations erronées. Où l’ordre de ne pas diffuser certaines informations. Cela a d’ailleurs été confirmé dans un article du Monde signé par un ancien rédacteur en chef d’un célèbre quotidien belge, « Le Soir », pour le nommer et qui expliquait les pressions et les menaces (notamment sur l’emploi) dont les journalistes belges sont victimes par le pouvoir politique . Le mensonge quasi systématique est une autre méthode qui fonctionne car on utilise le fait que le peuple fait confiance automatiquement à ce que peut dire un ministre ou un parlementaire… »

En postface le psychiatre Reisinger expose la systémique du négationnisme : « Pour maintenir un enfant en état d’esclavage sexuel, il faut le convaincre qu’il ne trouvera de secours nulle part… On a vu – dans un passé plus ou moins proche – des sociétés « délirer » et lyncher des femmes adultères, des noirs, des juifs… De telles choses sont-elles possibles dans une société démocratique contemporaine ? Je regrette de devoir répondre affirmativement. J’ai moi-même senti le souffle de la haine aveugle qui enveloppe tous ceux qui ont voulu venir en aide à Régina Louf… Nous nous trouvons aujourd’hui dans cette situation paradoxale, où la presse décrète qu’une victime est folle, au mépris des experts psychiatres… Or, le seul motif pour lequel on prétend qu’elle est folle, c’est que son récit est incroyable. Qui pourrait prétendre en effet que des membres de la haute société belge soient assez pervers pour prendre plaisir à tuer des enfants ? C’est incroyable… donc c’est faux !… Rappelons-nous qu’au cours de la deuxième guerre, les Alliés disposaient des informations nécessaires sur Auschwitz, mais personne ne voulait y croire… EN TANT QUE CITOYEN JE DOIS AVOUER MA GRANDE INQUIETUDE… Une enquête arrêtée sous des prétextes fallacieux. Des enquêteurs écartés sans raison. UNE PRESSE MANIPULEE. Tout ceci donne à penser que l’enquête sur X1 a été étouffée. Pour quelles raisons ? Les noms des personnalités citées dans le témoignage de Régina Louf permettent sans doute de répondre à la question : il s’agit d’hommes politiques, d’industriels et de financiers généralement considérés comme intouchables, et qui sont capables de mettre en jeu d’ENORMES MECANISMES DE PROTECTION… Ce livre… nous permet de comprendre de l’intérieur comment le réseau se constitue, comment il recrute ses victimes, comment il établit sa domination sur elles, et comment il se protège… UN ETAT QUI RENONCE A TIRER AU CLAIR UNE TELLE AFFAIRE N’EST QU’UN SIMULACRE DE DEMOCRATIE. LA SAUVEGARDE DELA VIE – ET PARTICULIEREMENT DE CELLE DES ENFANTS – CONSTITUE LE PREMIER DEVOIR D’UN ETAT DE DROIT… » »

Début mars 2008, le centre de torture, de viol et de massacre d’enfants du Haut de la Garenne à Jersey constitue l’archétype systémique pour les affaires Alègre, disparues de l’Yonne/Jambert/centre de torture d’Appoigny, Dutroux/Nice, Fourniret avec son château des Ardennes, avec Edward PAISNEL ouvertement ésotériste et sataniste et un processus négationniste du type Dutroux et Alègre qui s’amorce : comme pour ces affaires les négationnistes permettent de saisir en creux le réseau. Edward PAISNEL disparaît avant de sortir de prison.

Le système est-il symboliquement analogue au domaine d’Edward PAISNEL avec deux pièces fermées à clé, la dernière comportant une bibliothèque murale abondamment garnie d’ouvrages ésotériques et un placard basculant avec des ouvrages consacrés aux démons, une sorte d’autel avec le journal du maniaque : « Satan , mon maître, je suis ton esclave. Ordonne et j’obéirai », PAISNEL se prenant pour la réincarnation de Gilles de Rais… il dédie chacun des crimes qu’il a commis au prince des ténèbres… ?

TF1 5/7/01 20h : « Depuis l’âge de 5 ans, violée et vendue par ses parents adeptes d’une secte satanique, Véronique, 20 ans, a vécu l’enfer… Elle témoigne de l’existence de réseaux de notables pédophiles et adeptes de rituels sataniques, de trafics très lucratifs d’enfants (africains et français), de hautes protections dont bénéficieraient les membres de la secte, d’un sacrifice d’enfant en 1994 auquel elle dit avoir participé sous la menace d’une arme brandie par « celui qui dirige la gendarmerie de… (bip de TF1) », de la présence d’hommes de loi aux rituels, d’un lieu où seraient enfermés les petits cadavres…  » C dans l’air 19/5/09 sur les sectes : Jacky CORDONNIER, spécialiste du satanisme, mentionne le contact de l’UNADFI avec une jeune femme qui témoigne avoir subi un viol à l’âge de 6 ans lors d’un rituel satanique et dont la plainte, déposée en 2004 a été égarée. François de MUIZON décrit les messes rouges avec sacrifices humains pages 203-205 de « Les derniers exorcistes » éd. Filipacchi 1996 et présente pages 302-306 des dessins d’enfants analogues à ceux présentés par Lise LUCET sur France 3 : « C’est une scène de baptême sataniste. L’enfant est plongé dans un cours d’eau qui se trouve dans une forêt, jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Dans certains cultes, les membres ont des costumes de prêtres, de policiers ou de personnages religieux, comme ici des habits de moines. Quand l’enfant revient à lui, on lui dit qu’il est né à Satan. » « Cette fillette est enfermée dans un coffre avec des serpents pendant la cérémonie appelée « mariage avec la bête », c’est-à-dire avec Satan. On convainc l’enfant que s’il y avait un Dieu, il arrêterait la douleur ». [Page 202, il mentionne «… que les restes d’une cérémonie satanique avaient été découverts dans les sous-sols du ministère de la Défense en 1985… » (référence à Géo septembre 1989 « Quand frappent les esprits »).] France3-Reportage: viols, sacrifices, charniers d’enfants en France : Présenté par la journaliste Elise Lucet. Parole d’ Enfants / Viols d’enfants : la fin du silence ?Le 27 Mars 1999 Une investigation menée par la journaliste Pascale Justice.

Pour le lien génocide/occultisme, Smith « Négrologie. Pourquoi l’Afrique meurt » p121 (voir aussi le film « Lord of war ») : « … Chef de guerre devenu chef d’Etat, Charles Taylor continue le pillage non seulement du Libéria, mais aussi de la Sierra-Leone voisine qu’il a embrasée dès 1991, en y déléguant l’un de ses lieutenants originaire de ce pays, Foday Saybana Sankoh… grand initié de la société secrète traditionnelle Poro… Foday Sankoh a instauré la terreur en Sierra Leone, notamment en ordonnant l’amputation des bras des prisonniers (« manches courtes » au niveau des coudes, « manches longues » au niveau des aisselles)… »

Le Point 26/11/09 page 66 : Dadis CAMARA le massacreur et violeur de Guinée « fait recruter des féticheurs de renom dans toute l’Afrique de l’Ouest. »

Pour le lien franc-maçonnerie-sorcellerie-génocide voir « L’Afrique subsaharienne. Une géographie du changement » de Dubresson Raison qui mentionne p160 : « Sassou Nguesso passait pour le plus grand sorcier du Congo. » (toutes les Françaises et tous les Français devraient lire les p 205-237 de « Noir Chirac » de Verschave pour savoir où en est leur pays, se désolidariser et entrer en Résistance face à l’innommable : faire des clics sur la flèche en bas http://congo-brazzaville.ifrance.com/noir_chirac.htm).

http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article80

Christian Bouchet : Docteur Jeckyll ou Mister Hyde

Publié le 21 janvier 2003, mise à jour le 25 octobre 2007

Publié à l’automne 1998

Cette passion ne date pas d’hier. Durant l’automne 1982, Bouchet fonde la société Aleister Crowley ; il édite depuis cette époque la revue Thelema à laquelle s’est jointe une société d’édition, les Éditions du Chaos. Ces différentes structures visent la diffusion des enseignements d’Aleister Crowley, né en 1875 en Angleterre et fils d’un grand brasseur dont il a hérité la fortune à l’âge de 12 ans. Grâce à cet argent, Crowley a étudié et a voyagé. Il s’est très rapidement immergé dans les structures ésotériques britanniques dont la plus célèbre est l’Ordre Hermétique de l’Aube Dorée (la Golden Dawn [1], branche dissidente de la Rose-Croix) et a fondé en 1907 sa propre société : l’Astrum Argentinum (AA).

Codifiés, ses pratiques et préceptes [2] sont rassemblés dans Le Livre de la Loi, texte fondateur du « thélèmisme » et véritable bible des disciples de Crowley. Celui-ci assurait en avoir reçu le contenu lors d’un voyage au Caire en 1904, voyage au cours duquel lui serait apparu l’esprit Aiwass. Se présentant à ses débuts comme une Golden Dawn rénovée, l’ordre de l’AA déboucha sur une communauté fondée à Cefalu en Sicile en 1920, l’Abbaye de Thélème, dont Crowley est le grand maître sous la dénomination de « Grande Bête 666 ». Il s’y adonne à sa « Magick sexuelle », système essayant de réaliser la synthèse de toutes les sources de sagesse depuis la plus haute antiquité et qui lui vaut l’estime de divers courants maçonniques, dont l’Ordo Templi Orientis. Cet ordre avait été fondé en 1895 par l’industriel autrichien Karl Kellner. Crowley l’intégra en 1912. Finalement, les Thélémites furent expulsés d’Italie par le régime fasciste en 1923 après le décès d’un membre de « l’abbaye » empoisonné par de l’eau impropre à la consommation. Crowley mourut en 1947 mais son influence lui survit largement.

Un itinéraire spirituel logique…

C’est vers l’âge de 15 ans et sous l’influence de son oncle maternel passionné de sciences occultes et de mystiques orientales que Christian Bouchet s’est initié à cet univers. Il a en particulier découvert le tantrisme, ce qui l’a logiquement amené à lire les textes de Julius Evola. Il a fait un séjour d’un an en Inde au cours duquel il a approfondi sa maîtrise du yoga tantrique. Revenu en France, il a soutenu une thèse de doctorat en ethnologie à Paris VII sur Aleister Crowley dont l’œuvre lui avait été révélée par les écrits d’Evola le concernant, ainsi qu’un mémoire d’Histoire sur le même personnage. Il devient aussi membre de plusieurs sociétés magiques issues de l’enseignement de Crowley, dont notamment l’une des branches de l’Ordre du Temple d’Orient (OTO). Depuis la mort d’Aleister Crowley, celui-ci s’est en effet scindé en six branches principales ainsi qu’en mouvements dérivés. Il existe alors en particulier la loge Agape, qui comprend l’OTO à laquelle s’intéresse Christian Bouchet, l’Étoile d’Argent et l’Église Gnostique Catholique (EGC). Ces trois noms reprennent des dénominations déjà utilisées du temps de Crowley, aussi bien l’OTO que l’AA, l’EGC (fondée par le mage Papus avant la Première Guerre mondiale) et la Loge Agape (fondée par l’Anglais Wilfred Smith à Pasadena (USA) en 1936).

Dans ces divers groupes, on pratique la « magie sexuelle » chère à Crowley ainsi que l’expérimentation des hallucinogènes (champignons notamment). En novembre 1993, une enquête du journaliste de L’Événement du Jeudi Serge Faubert éclaire quelque peu cette nébuleuse de sociétés maçonniques à laquelle participe Bouchet, en particulier le Groupe de Thèbes, fondé par Rémi Boyer. Celui-ci se veut une structure rassemblant les principaux responsables de sociétés maçonniques ou occultes ayant une certaine importance en France. Derrière le Groupe, on trouve un deuxième cercle, encore plus discret, le Cercle d’Alexandrie. Bouchet s’y trouve en bonne compagnie mystique et politique puisqu’il y côtoie J.-P. Giudicelli [3], ancien d’Ordre Nouveau (ON) et Troisième Voie (TV), Georges Magne de Cressac, organisateur d’une conférence de Robert Faurisson à Limoges en septembre 1987, J.-M. d’Asembourg, proche du russe Alexandre Douguine, responsable du Front national bolchevique et de la Nouvelle Droite russe, et même un ancien des Brigades rouges, Paolo Fogagnolo, qui affirme avoir vu la Vierge à la suite d’une grève de la faim en prison et veut « sensibiliser les foules au fait que le communisme révolutionnaire doit être conjugué à la sacralité spirituelle, comme l’était le christianisme à ses débuts ». Suite à ce dossier, le Groupe de Thèbes est dissous mais C. Bouchet n’en continue pas moins ses activités mystiques, puisqu’il a participé entre autres au colloque organisé à Paris en février 1996 par la revue ésotérique L’Originel. Il y a côtoyé des représentants du GRECE [4], des animateurs des revues Réfléchir & Agir, Combat, Muninn, Antaïos et également Arnaud d’Apremont, de son vrai nom Arnaud Dupont, ancien du GRECE et associé de Philippe-André Duquesne, alias Philippe Randa, lui-même ancien du GRECE et ancien responsable de la librairie parisienne l’Æncre, animateur de la revue Secrets & sociétés, consacrée à ces thèmes [5]. Il est d’ailleurs clair que l’action de l’ex-Groupe de Thèbes se poursuit sous forme de rencontres, d’organisation de colloques et de participation à des publications.

… mais un itinéraire honteux ?

L’enquête de Serge Faubert, pourtant datée de 1993, continue à servir de référence pour tous les dossiers consacrés au sujet. C’est ainsi que l’on retrouve une partie de ses informations dans les communiqués de presse diffusés par le PCN en 1996 après la scission survenue au sein de NR, et dans le dossier réalisé par l’équipe de la revue Golias sur « l’internationale satanique » [6]. Christian Bouchet y a opposé un vigoureux démenti [7], publié en mars-avril 1997, dans lequel il affirmait : « Je ne suis pas un sataniste pour la bonne raison que je suis athée et qu’en conséquence je ne crois ni en dieu ni au diable, ni dans les anges ni dans les démons. Je ne suis pas le (ou l’un des) responsables de l’Ordo Templi Orientis. Si j’ai fréquenté cette organisation (comme j’ai aussi fréquenté la Golden Dawn, les martinistes, les obédiences maçonniques égyptiennes, etc.), si j’ai participé à ses réunions, cela a été dans le cadre de mes études (j’ai en effet effectué une maîtrise d’histoire et un doctorat d’ethnologie sur Aleyster Crowley et ses disciples) et dans une optique “d’ethnologie participative et d’immersion”. Rien de plus. J’ajouterai que l’OTO n’est absolument pas une structure sataniste mais une organisation initiatique fort classique dont les rituels et la pratique s’apparentent étroitement à la maçonnerie, et dont la majeure partie des membres sont d’ailleurs maçons. Crowley lui-même n’était pas sataniste et sa pensée relève du gnosticisme ». Cette réponse appelle certains commentaires, aussi bien quant à l’intérêt porté par Crowley et Bouchet à l’ésotérisme luciférien [8] qu’au regard de l’implication de ce dernier au sein de l’OTO.

En ce qui concerne Crowley, il est certain qu’une grande partie de ses déclarations satanistes étaient faites pour « choquer le bourgeois ». Certaines appellations étaient directement issues de sa conception du monde. Il en va ainsi de son auto-dénomination de Grande Bête 666. Crowley considérait en effet avoir atteint un degré de magicien tel qu’il puisse se considérer Maître Thérion, Bête de l’Apocalypse annonciatrice d’une nouvelle période (« éon »). Il est évident que de telles affirmations ne pouvaient qu’entretenir la confusion sur son engagement sataniste supposé. les analyses de J. Evola dans Masques et visages du spiritualisme contemporain et de Massimo Introvigne dans son Enquête sur le satanisme nous semblent extrêmement convaincantes sur le cas Crowley : l’occultisme du mage anglais n’avait guère besoin de s’embarrasser d’un satanisme de pacotille dont la principale caractéristique est selon Evola « un plaisir pour la perversion en tant que telle », ce qui n’était pas le cas de Crowley à l’évidence. Il en va tout autrement de l’intérêt porté par Bouchet à l’ésotérisme. Les communiqués du PCN ont été extrêmement clairs et précis à ce propos, même s’il nous faut garder une grande prudence à l’égard des assertions de ce groupuscule, qui peuvent n’être qu’une vulgaire vengeance étant donné que Bouchet est l’un de ceux qui ont révélé l’existence d’une cassette vidéo vendue en Allemagne, dans laquelle on pouvait assister aux exploits sexuels du petit Duce du PCN, Luc Michel et que des membres du PCN issus de NR multiplient les procès contre Bouchet [9]. Néanmoins il est sorti suffisamment d’éléments de l’ombre à l’occasion des profanations de Toulon [10] et Aix pour que des recoupements soient possibles. Bouchet n’est pas le premier à utiliser cet argument d’ »ethnologie participative » et son activité ésotérique dépasse largement ce qui est nécessaire pour des études de ce type. Il affirmait d’ailleurs il y a deux ans dans la revue Murmures d’Irem : « Quant à moi, pour conclure, je ne fais quasiment aucune différence entre mon engagement politique et mon engagement occultiste. J’ai la conviction que l’un et l’autre participent à un engagement plus vaste et réellement existentiel ».

Par ailleurs, les liens entre occultisme et nationalisme sont pour le moins anciens. C’était par exemple le cas de la société fondée en mars 1908 par l’Allemand Guido von List et qui réunissait des militants nationalistes, pangermanistes, occultistes (théosophistes) et antisémites. List lui-même conçut un projet impérial qui s’appuyait sur un assujettissement impitoyable des non-Aryens aux Aryens.

Ces conceptions politico-mystiques s’inscrivaient dans un vaste mouvement de pensée dont les nazis ont hérité au début des années 1920 via la Société Thulé issue du Germanenorden. Le fascisme italien a d’ailleurs eu la plus grande part de sympathie des occultistes européens des années 1920. Quant à l’OTO du début du siècle, il est issu de la fusion typiquement allemande entre héritage templier et rites maçonniques déviants. De fait, comme le souligne Bouchet dans son droit de réponse à Golias, l’OTO était un ordre templier calqué sur la franc-maçonnerie. Néanmoins, la proximité spirituelle avec d’autres ordres comme l’Ordo Novi Templi fondé en 1907 comme une association aryenne d’aide mutuelle, avec le but de promouvoir la conscience raciale par la recherche généalogique et héraldique, les concours de beauté et la fondation de communautés racistes dans les régions sous-développées du monde, fait de l’OTO un ordre occultiste bien plus proche, de façon anachronique, des préoccupations du Reichführer SS Himmler que de celles des petits chanteurs à la croix de bois. C’est d’ailleurs bien en cela que les engagements politique et ésotérique de Christian Bouchet sont intéressants : ils montrent l’attachement spirituel à des courants religieux profondément réactionnaires, basés sur un aristocratisme sans faille et un pseudo anticapitalisme qui a bien du mal à masquer une haine farouche de l’égalité sociale.

Ne parlons que de ce qui fâche !

Au singulier parcours de Bouchet mêlant à la fois politique et occultisme s’ajoute un certain nombre de questions sur le rôle et l’itinéraire de Nouvelle Résistance. Tant sur le plan politique que sur celui des relations internationales, NR a accumulé les volte-face et le double langage.

C’est bien sûr le cas à l’égard du FN. Alors que NR s’est construite sur une ligne d’opposition systématique au discours droitiste de Malliarakis et à l’intégration de celui-ci dans l’orbite frontiste, elle a peu à peu modifié ses attaques contre le FN en ne visant plus que certaines tendances du courant lepéniste, à savoir les catholiques intégristes. Dès le deuxième congrès tenu à Valenciennes en août 1995, André-Yves Beck (devenu depuis attaché de communication du maire FN d’Orange Jacques Bompard [11]) avait déposé une motion au nom de la région Rhône-Alpes qui prônait une politique de rapprochement avec certains secteurs du FN. Le renvoi d’ascenseur a d’ailleurs été efficace puisqu’à l’occasion de la polémique autour de la bibliothèque d’Orange, on a pu apprendre que la mairie achetait régulièrement des livres et revues à l’ARS (Association Recherche & Solidarité), structure de VPC dirigée par Bouchet au profit de NR. Le pas final a été franchi avec la scission de l’été 1996 qui a vu une partie des militants claquer la porte et s’avérer très bavards sur la vie interne de l’organisation. L’ ex-NR [12] n’est donc plus maintenant qu’un satellite du FN ; cela ne vient pas pour autant effacer l’aspect trouble de certaines activités passées ou liens sur le plan international. En cela, NR est bien l’héritière des structures nationalistes-révolutionnaires des années 1970 qui ont toujours entretenu d’excellents rapports avec les barbouzes d’État. Déjà en 1973-1974, l’Organisation Lutte du Peuple (OLP) dans laquelle militait Bouchet avait passé des accords avec le SAC pour lutter en commun contre les « gauchistes ».

En 1975, c’est la DST qui établissait des contacts avec les Cahiers du Centre de Documentation politique et universitaire, organe d’une fraction des nationalistes-révolutionnaires où l’on retrouvait des anciens de l’OLP (Yves Bataille, Yannick Sauveur) et qui était dirigé par Michel Schneider. Plus près de nous, on connaît la filière des militants d’extrême droite qui allaient se battre en pays Karen et que l’on retrouvait par la suite dans des structures barbouzardes comme celle de Bob Denard. Eux aussi travaillaient pour certains services de renseignement. Dans une interview à Réfléchir & Agir, Christian Bouchet, décrivant son itinéraire politique, avouait sans mal qu’il « avait rejoint l’OLP en 1973 et n’avait plus quitté le courant pro-Thiriart et nationaliste-révolutionnaire depuis, même s’il avait participé à diverses infiltrations qui sont l’une des actions caractéristiques des groupes partisans de Thiriart », le même Thiriart dont la collaboration avec les services de renseignements occidentaux dans les années 1960 et 1970 est avérée. Décidément, la propension de certains militants politiques à lécher les bottes de ceux qui nous oppriment sera toujours pour nous un sujet inépuisable de curiosité et d’étonnement…

Droit de réponse de l’association-Loi de 1901 « NOUVELLE RÉSISTANCE » (NR) au bimestriel REFLEXes, NOTA : Dire que ce droit de réponse nous a bien fait rigoler serait malhonnête : il nous a seulement bien fait ricaner… Rustres que nous sommes ! Nous avons osé mettre le bout du nez dans l’univers impitoyable des nationalistes-révolutionnaires français où tout n’est que fiel et procès… Inutile, pensons-nous, de préciser que nous ne publions des extraits de cette lettre que pour l’édification de nos lecteurs. Pauvre Christian Bouchet ! En but à la concurrence féroce et à la hargne de P. Pissier dans le domaine ésotérique, le voilà traîné en justice pour utilisation illégale de nom d’association. Mais qu’il se rassure, le PCN aura bientôt droit à un petit missile de notre part. Patience et longueur de temps…

Le 27 janvier 1998

Mis en cause dans des articles intitulés respectivement « Comme un indien métropolitain » et « Zik et Zina – Quand la musique fait boum », publiés dans l’édition de décembre 1997 du bimestriel Réflexes, le bureau légal de l’association « NOUVELLE RÉSISTANCE » (NR) tient à apporter les rectificatifs suivants :

1° L’association-Loi de 1901 « NOUVELLE RÉSISTANCE » est la seule détentrice légale de sa dénomination statutaire et son bureau est le seul à pouvoir parler en son nom.

2° Christian Bouchet a été exclu dans les formes légales, par la majorité des membres, de l’association en septembre 1996.

3° Depuis cette date, il continue à prétendre parler au nom de l’association. Il fait pour ce chef l’objet de plusieurs plaintes avec constitutions de parties civiles dont les instructions sont en cours à Bobigny et à Nantes, pour abus de biens sociaux, escroqueries et utilisation illégale de la dénomination légalement protégée d’une association déposée en préfecture. […]

4° En juillet 1996, NR a été secouée par une première crise qui a vue la sortie du mouvement de son aile progressiste au congrès d’Alençon. En septembre 1996, la majorité des membres du bureau de NR a décidé d’exclure C. Bouchet, A.-Y. Beck, F. Robert, G. Ombrouck et plusieurs autres cadres pour collaboration avec le FN. […]. Le mouvement a en outre décidé de fusionner avec le réseau français du Parti Communautaire National-européen (PCN), dans lequel la plupart des Groupes de base et Fédérations de NR se sont intégrés. L’immense majorité des militants de NR ont approuvé ce choix, qui implique une stratégie offensive contre l’extrême droite en Europe comme en France. Un quarteron d’exclus continuant dans un but de provocation médiatique à utiliser en toute illégalité la dénomination de l’association. […]

5° Depuis octobre 1996, de nombreux militants de NR sont des cadres actifs de la structure francophone, active en France, Belgique et Suisse, du PCN, spécialisée dans la lutte contre l’extrême droite, le Collectif Résistance Européenne – Europaïsche Widerstand.

6° NR ne cautionne donc nullement la stratégie pro-FN de Bouchet et de ses amis, pas plus que les liens avec les mouvances néonazies, skins, satanistes et autres, que nous avons été les premiers à dénoncer.

Pour le bureau, Fabrice Beaur

—— Cet article est libre de droit, mais nous vous demandons de bien vouloir en préciser la source si vous en reprenez les infos : REFLEXes http://reflexes.samizdat.net , contact : reflexes(a)samizdat.net ——

[1] Dont faisait également partie le poète irlandais Yeats comme le rappelle Bouchet dans une note de lecture publiée dans la revue Sol Invictus, dirigée par Christophe Levalois. Sol Invictus n°1, printemps-été 1987

[2] Dont le principal est « Fais Ce Que Voudras Sera Toute La Loi » qui est également la devise da l’abbaye de Thélème (Thelema : volonté libre) décrite par Rabelais dans Gargantua.

[3] Giudicelli semble également être le dirigeant d’une petite secte luciférienne, MYRIAM, fondée par Bertrand De Cressac de la Bachelerie, ancien collaborationniste.

[4] Groupe de Recherches et d’Études sur la Civilisation Européenne.

[5] Ne sont évoquées dans ce court article que les personnes ayant un rapport direct avec Bouchet. Il est évident qu’un article plus complet sur le sujet devrait comporter des allusions à des hommes comme le néo-nazi musulman Claudio Mutti, le païen Christophe Levallois, des groupes comme la communauté de Theilhède ou des références philosophico-occultistes comme J. Evola.

[6] Golias n°51, nov.-déc. 1996.

[7] Il a également démenti les affirmations de la Lettre du Réseau Voltaire n°102 concernant l’implication éventuelle des nationalistes-révolutionnaires dans les incidents survenus dans le sud-est de la France depuis quelques années (profanation de Carpentras, incendie criminel du temple maçonnique d’Orange). Réfutant toute appartenance au courant satanique, Bouchet précisait : « Je n’ai jamais été mis en cause dans l’enquête judiciaire sur la profanation du cimetière de Carpentras. Je n’ai jamais été en contact avec la police ou avec un juge concernant cette déplorable affaire. » (in La Lettre du Réseau Voltaire, 11 fév. 1997)

[8] cf. Aleister Crowley, « Hymne à Satan », in Thelema volume I n°2 et J. Mousseau, « Un compagnon de Lucifer : Aleister Crowley », in Thelema volume I n°3.

[9] cf. le « Droit de réponse » de l’association Nouvelle Résistance à la fin de cet article.

[10] Ces profanations ont quelque peu perturbé le petit milieu musical nationaliste-révolutionnaire et païen militant, au point que la revue marseillaise Combat, l’un des fleurons de ce courant, s’est sentie obligée de préciser en en-tête d’un dossier consacré au groupe de black-métal Burzum (n°31) : « À la suite de l’incident détestable survenu à Toulon et des amalgames tentants [sic] qui pourraient en résulter, la rédaction tient à préciser que la présentation de groupes Black-Métal ne signifie en aucun cas un soutien à des pratiques sataniques que nous tenons pour un christianisme inversé. Notre optique est païenne seulement et strictement ; seule la musique et le renouveau qu’elle apporte nous intéresse. Le satanisme est le symbole de l’avilissement d’une jeunesse gavée de bonne moralité chrétienne. Il ne peut pas être, il n’est pas une alternative. » Quand les rats (noirs) quittent le navire…

[11] cf. REFLEXes n°47

[12] C’est-à-dire tous les militants rassemblés autour de la revue Résistance !, de la revue Jeune Résistance et Fabrice Robert et enfin de l’Appel des 31 pour l’unité des nationalistes révolutionnaires. »

Source page web précitée : http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article80


« J’ai 80 ans et je ne supporte pas d’être enfermée, même dans un mouroir doré sur tranche. Si je sors vivante de mon gagatorium, me suis-je promis, je témoignerai pour tous les vieux qui n’ont pas la parole. Après quatre ans de cauchemar, j’ai enfin pu m’évader de la résidence privée et très bling-bling de Ker-Eden. Mais j’y ai laissé ma santé et mon modeste patrimoine. Aujourd’hui, j’accuse ! J’accuse la mafia de “l’or gris” de commettre bien des abus, en toute impunité, et d’exercer une maltraitance physique, morale et financière sur les vieux. J’accuse les pouvoirs publics, responsables du vide juridique abyssal qui permet tous ces abus. J’accuse les familles, trop souvent indifférentes, qui ferment les yeux. Malmenés, plumés, bâillonnés, ce sont vos parents qui vivent dans des gagatoriums. Demain, si vous n’y prenez garde, ce sera vous. » Source « Gagatorium: Quatre ans dans un mouroir doré » de Christie RAVENNE. Chaîne de la valeur de l’infamie : les silos à vieux sont l’autoroute de l’euthanazie après que le GIR ait été exploité par grabatisation et pompage du patrimoine en un an en moyenne.


Elections municipales 2014 à Beynost : comment le candidat-maire (candidat officiellement depuis juin selon le Progrès) peut-il se permettre de menacer son adversaire (c’est lui qui m’a appris que j’étais candidat lors d’un entretien en salle de réunion du 1er étage en mairie où je travaillais) en abordant, de lui-même, lors du dernier conseil municipal le recours au TA au titre de la sauvegarde du « vaste mail planté piétons-cyclistes »prévu au PLU et dans Beynost-Info, puis en déclarant à son opposant le plus actif du mandat (le plus actif, car retraité et compétent sur la finance et l’urbanisme) : « Monsieur REYNAUD vous gérez votre risque » (étonnant après que le maire ait reconnu en conseil municipal que le viol du courrier, adressé à Bernard REYNAUD conseiller municipal en mairie, par le directeur de cabinet de GUEANT, ministre de l’Intérieur, était un délit !), après que j’ai déclaré que rien ne s’opposait au démarrage du chantier par Dynacité. Le maire aurait-il des informations privilégiées ? Un « chantier » est-il en cours ?